Recherche

Vers un nouveau management pour les entreprises du XXIe siècle

Publié par le

Prospective. Pour sortir pour de bon de la crise, les entreprises devraient peut-être changer de perspective. et l'holacratieEtymologiquement, le terme «holacratie» (HolacracyTM en anglais) provient des mots grecs «Holos» qui désigne «une entité qui est simultanément un tout et une partie d'un tout» (ex : un atome, une cellule) et de «kratos» qui signifie «pouvoir». Il s'agit donc de donner le pouvoir de gouvernance à l'organisation ellemême plutôt qu'à ses membres. HolacracyTM est une marque déposée de HolacracyOne Inc. pourrait bien être la voie à suivre. né aux Etats-Unis il y a plus de dix ans, ce concept propose un nouveau mode de gouvernance. A méditer avant de l'adopter.

  • Imprimer

Si la crise économique semble se résorber et les statistiques s'améliorer, ne nous y trompons pas, nous ne sommes pas tirés d'affaire ! La crise de civilisation systémique que nous traversons reste bel et bien d'actualité. Nous avons temporairement calmé les symptômes mais nous n'avons pas traité le mal à sa racine. L'échec de Copenhague l'illustre bien. Tant que les pays ou les individus resteront arcboutés sur leurs intérêts et leurs ambitions personnels, aucun changement ne sera possible et nous continuerons d'aligner des compromis boiteux. Aujourd'hui, au vu de l'urgence, il nous faut changer de perspective.

Comme le disait Einstein mes auxquels nous sommes confrontés ne peuvent être résolus au niveau et avec la façon dépenser qui les a engendrés». Il est donc nécessaire de créer au niveau mondial un contexte moral, éthique, philosophique voire spirituel qui, non seulement, nous permette de relever les défis actuels, mais nous pousse également individuellement à adopter une vision intégrale pour faire évoluer notre niveau global de conscience et transformer notre culture.

Ce même changement de perspective doit advenir aux entreprises. Combien de conflits, d'injustices, de suicides, de réorganisations «miracles» seront nécessaires pour comprendre qu'il faut ouvrir la porte à une nouvelle culture entrepreneuriale qui donne au collectif son véritable sens ? Il est temps d'adopter une nouvelle gouvernance qui permette aux individus de transcender leurs peurs et leurs ambitions personnelles pour laisser enfin la place aux valeurs humaines les plus fondamentales.

Pour répondre aux enjeux sociétaux et environnementaux, il est primordial d'appliquer un système de gouvernance qui implique l'ensemble des collaborateurs, un système vivant capable de tirer la quintessence d'un collectif partageant les mêmes valeurs. Or, lorsqu'une divergence émerge entre la vision de l'entreprise et celle de ses membres, le système de hiérarchie pyramidale montre ses limites ; les salariés se sentent de moins en moins impliqués, et se déresponsabilisent.

Pour remédier à cela, la gouvernance holacratique*, conceptualisée aux Etats-Unis il y a près de dix ans, propose, par la pratique de l'intelligence collective, de donner le pouvoir de gouvernance à l'organisation elle-même plutôt qu'à ses membres. La hiérarchie n'est pas remise en cause, mais la structure pyramidale laisse place à une structure en cercles concentriques avec comme règles directrices : un pilotage dynamique de l'entreprise grâce à des réunions et à un processus de facilitation spécifique, des représentants élus au sein de chaque cercle, des décisions prises par consentement et non par consensus.

Soyons acteurs de la vision et des projets de l'entreprise

L'entreprise devient agile, capable de s'adapter en temps réel aux événements internes et externes, à la manière d'un organisme vivant, afin de réaliser sa vision et de satisfaire ses objectifs. Le système de gouvernance holacratique est révolutionnaire. Il transforme une organisation fragmentée, souvent inconsciente des interdépendances et des enjeux du monde et de son marché, en un éco-organisme cohérent et intégré, fort de l'expérience, de la compétence et de la capacité d'innovation collective de ses membres. C'est un outil efficient pour développer la cohésion, fluidifier les rapports, libérer la créativité et l'authenticité des collaborateurs. Cette approche permet à chaque individu de devenir acteur de la vision et des projets de l'entreprise.

Le corollaire de ce qui précède est que la solution aux maux du monde passe d'abord par les choix de chacun d'entre nous, puisque nous avons littéralement créé le monde à notre image. Nous connaissons le monde qu'ont engendré les peurs et les désirs de l'ego, et nous n'en voulons plus. Alors, comme le disait Gandhi, «Soyons le changement que nous souhaitons voir dans le monde.»

Il n'est pas trop tard...

Eric Allodi, directeur général d'Integral Vision

Eric Allodi

[Tribune] Data driven: il reste du chemin à faire!

[Tribune] Data driven: il reste du chemin à faire!

[Tribune] Data driven: il reste du chemin à faire!

Si les marques brandissent bien haut l'étendard de la data, toutes ne la gèrent pas de façon optimale, loin s'en faut. Ainsi, 62,5% des entreprises [...]

Marketing BtoB : plus d'opportunités que jamais !

Marketing BtoB : plus d'opportunités que jamais !

Marketing BtoB : plus d'opportunités que jamais !

Le marketing BtoB a souvent été le parent pauvre du marketing, souffrant d'une image austère, laissant moins de place à la créativité. Pourtant, [...]

Les 5 (+1) forces de la concurrence

Les 5 (+1) forces de la concurrence

Les 5 (+1) forces de la concurrence

L'intensité de la concurrence dans une industrie dépend, d'après Michael Porter, de 5 forces fondamentales. 1. Les concurrents directs : rivalité [...]