Recherche

Un wiki, oui mais pour qui ?

Publié par le

Après les sites, les blogs, les forums, les wikis de marque débarquent en France. Rip Curl vient de lancer le sien ce mois-ci. Un exemple à suivre ?

  • Imprimer


Que ceux qui ne sont jamais tombés sur la page Wikipédia, étoile montante de la Toile, se fassent connaître ! Que vous cherchiez des informations sur les astres, les félins, ou la musique, ce site abrite toujours plus d'articles rédigés par les internautes. En cinq ans, l'encyclopédie en ligne est entrée dans le top 50 des sites les plus visités avec une ambition : “Fournir à tout internaute, quelle que soit sa situation géographique, un accès gratuit à l'ensemble des connaissances humaines dans la langue de son choix” et vite…Tout cela grâce à une révolution technologique, le “wiki”, inspiré du mot “wikiwiki” qui signifie “vite” en hawaïen. Le wiki est donc un site sur lequel tout internaute peut modifier ou créer une page en temps réel à partir d'un simple clic et une inscription préalable. Un site tout simplement libre, collectif et collaboratif. Si, à ce jour, un seul wiki a été créé par une marque, d'autres pourraient bien se lancer dans l'aventure. Reste néanmoins à savoir si ce travail collaboratif est un exemple à suivre pour les entreprises. Et surtout, à quelles conditions. Pour l'heure, seule Rip Curl a saisi la vague. Conseillée par l'agence Heaven, la marque de vêtements et d'équipement de surf a lancé, début mai, Wikiriders.com, le premier wiki de marque. « A ne pas confondre avec un blog où les internautes vont commenter une idée, avertit Olivier Camus, directeur des opérations au sein de l'agence conseil en communication et web on line. Le wiki n'a pas le côté éphémère du blog, ce n'est pas que du kilomètre. Le site part d'une problématique et libre à chacun de donner son avis.» En outre, Riders.com se veut un site pratique pour les surfers et un guide de voyages pour le grand public. Partant d'une problématique simple pour Rip Curl (s'ancrer dans cette pratique du surf et bien s'installer chez les pratiquants de surf tout en appréhendant les préoccupations de sa cible), Heaven a conduit au préalable un audit de taille afin d'identifier les personpersonnalités influentes du surf dans le monde et connaître les attentes et les besoins des pratiquants. S'appuyant sur le constat que l'un des besoins les plus importants pour les surfeurs est de trouver les bons spots, le site, exclusivement destiné à cette communauté, permet surtout de répertorier les meilleurs (avec l'aide de Google Earth) et de mettre en avant les commentaires des spécialistes. Car voilà, l'une des clés du succès d'un site est, selon l'agence, d'identifier des personnalités clés. « Quinze personnes ont été sélectionnées et ont accepté de commencer à diffuser des informations, note Sophie Noël, directrice des opérations de l'agence. Nous avons senti que ces personnes avaient réellement quelque chose à dire sur le sujet, car le principal objectif est de donner la parole à sa communauté.» Une position alléchante pour les marques qui voudraient à la fois ancrer leur positionnement sur leur secteur et mieux connaître les attentes de leurs consommateurs. Prendre la vague dans le bon sens Alors un wiki, oui, mais pour qui ? Pour Sophie Noël, il est nécessaire de respecter certaines conditions. « Il est impératif d'apporter du contenu, de déployer les bons outils et de savoir entretenir son wiki », glisse cette dernière avant de prévenir : « Un wiki n'est pas un arbre de Noël où l'on fait clignoter ses marques. » En outre, cette dernière ne propose pas à tous ses clients cette démarche qui doit être fondée et réfléchie : « Il est préférable d'être la première marque d'un secteur et d'avoir une légitimité. Il faut réellement une authenticité.» Wikiriders - la marque Rip Curl n'est mentionnée qu'en bas du site -, s'est fixé pour objectif 250 000 visites par mois au bout de six mois. Une perspective qui pourrait devenir vite alléchante pour d'autres marques s'adressant à des communautés. Avec toutefois certaines règles à respecter afin de ne pas boire la tasse.

Ava Eschwège

Synthesio étoffe sa suite de social analytics

Synthesio étoffe sa suite de social analytics

Synthesio étoffe sa suite de social analytics
L'équipe de Social Karma avec au centre son CEO Thierry Soubestre.

Synthesio, spécialiste des solutions d'écoute pour les entreprises, poursuit sa conquête du marché des social analytics au travers de l'acquisition [...]

&Then, l'événement phare du data driven marketing

&Then, l'événement phare du data driven marketing

&Then, l'événement phare du data driven marketing

&Then, tourné sur l'anticipation, fait la part belle à l'intelligence artificielle et à la créativité. L'événement, organisé par la DMA, se [...]

Publicité recherche visibilité désespérément

Publicité recherche visibilité désespérément

Publicité recherche visibilité désespérément

Grâce aux solutions de visibilité dont s'équipe le marché, les annonceurs disposent de meilleures garanties. Il faut toutefois garder à l'esprit [...]

Let's have a Shoptalk in Copenhague !

Let's have a Shoptalk in Copenhague !

Let's have a Shoptalk in Copenhague !

Du 9 au 11 octobre aura lieu, à Copenhague, la première édition de ShopTalk, qui réunit l'ensemble des acteurs du retail, des e-commerçants [...]