Recherche

Un damier bien gardé

Publié par le

Lustucru mène une croisade incessante pour lutter contre l'utilisation, par ses concurrents, du motif à damiers qui fait partie de la marque.

  • Imprimer


Lustucru vient d'obtenir gain de cause devant le Tribunal de grande instance de Paris face à Danone - pour ses produits fromagers Galbani -, accusé d'y utiliser un damier s'apparentant au sien. Sous le contrôle de la RCL depuis 1911, la marque au damier lutte chaque année pied à pied pour garder l'exclusivité de son motif, dans l'univers alimentaire mais aussi dans celui des articles de cuisines tels que couverts, passoires, assiettes, etc. « Cela représente 40 affaires par an, détaille Frédéric Tort, responsable juridique du groupe Skalli. Le damier, les carreaux, c'est Lustucru. Quand un motif similaire voit le jour, nous attaquons systématiquement. Et nous gagnons régulièrement Dans certains cas, l'Inpi rejette notre position mais nous faisons toujours appel. » Le damier étant défini comme "une suite de carreaux de couleurs alternées", l'Inpi estime parfois que le damier d'un concurrent se fond dans d'autres éléments visuels et n'est pas de nature à nuire à l'image de Lustucru. Mais les personnes qui voudraient s'en inspirer doivent être vigilantes : le damier est en effet protégé quelles que soient les couleurs utilisées, un motif "vichy" est donc jugé contrefaisant Une rigueur qui incite à rappeler que lorsqu'une entreprise estime qu'un concurrent dépose une marque qui lui crée préjudice, elle doit former opposition pour convaincre l'Inpi et ou les tribunaux. Le dossier doit être nourri par les parties. L'Inpi a enregistré 3 700 oppositions en 1997.

V.M