Recherche
Se connecter

Trois Français sur quatre favorables à l'agriculture raisonnée

Publié par le

Confiée à l'Institut Louis Harris par le Farre, l'organisme chargé de faire connaître l'agriculture raisonnée, l'étude de perception de ce modèle respectueux de l'environnement rend compte d'une attente réelle des Français en la matière.

  • Imprimer


A l'heure ou le Salon international de l'agriculture ouvre ses portes et six mois après la publication du rapport Paillotin proposant l'agriculture raisonnée comme le modèle souhaitable de demain, le sondage initié par le Farre (le Forum de l'Agriculture Raisonnée Respectueuse de l'Environnement) arrive à point nommé. Les Français, secoués par les scandales alimentaires et environnementaux à répétition, s'y révèlent non seulement au courant des grands principes de cette nouvelle forme d'agriculture (32 %) mais également favorables à une mise en place rapide. 73 % plébiscitent le principe qui consiste à soigner et nourrir les plantes et les animaux avec les méthodes modernes, mais en n'utilisant que les quantités de produits strictement nécessaires, de manière à produire bons et sains, tout en respectant l'environnement. A mi-chemin entre le bio qui refuse toute utilisation de produits chimiques et le productivisme qui use et abuse d'engrais et de pesticides, les Français se montrent donc raisonnables mais pressés. On trouve la même tonalité chez les agriculteurs qui connaissent à 91 % le principe et le plébiscite à 78 %. L'enjeu de société provoque une effervescence jusque dans la filière agricole pourtant réputée pour ses lourdeurs. Un amendement français a introduit l'agriculture raisonnée dans le projet de loi sur les nouvelles régulations économiques (LNRE) et le Conseil de l'Agriculture Française a constitué une Commission spécifique ainsi que le Conseil Supérieur d'Orientation de la Politique Agricole et Alimentaire. En outre, Farre et cinq autres organisations nationales (allemande, britannique, luxembourgeoise, suédoise et italienne) viennent de présenter un projet de Codex européen (ensemble de codes communs) et signé l'acte de naissance de l'EISA (Initiative européenne pour le développement durable en agriculture) afin d'être l'interlocuteur des autorités européennes en la matière. Espérons qu'à l'aube d'une nouvelle réglementation française, le volet communication et marketing sera à la hauteur de l'enjeu. Et clarifiera notamment la déjà cacophonique liste des appellations sur le sujet où s'entrechoquent agriculture intégrée et durable, PFI (production fruitière intégrée), PBI (protection biologique et intégrée) et une multitude d'appellations, certifications et marques commerciales. Vous avez dit raisonnable ?

MÉTHODOLOGIE


Sondage réalisé par téléphone, les 16/17 déc. 2000, sur 1 000 Français de 18 ans et plus, représentatifs de la population française suivant les critères de sexe, âge, CSP du chef de famille, région et catégorie d'agglomération (quotas).

Isabel Gutierrez

La rédaction vous recommande

Etude: Les consommateurs français en ligne
Etude: Les consommateurs français en ligne

Etude: Les consommateurs français en ligne

Par Limelight Networks

Dans cette etude vous decouvrirez impact de usage des smartphones dans les comportements achat experience utilisateur la rapidite et les performances [...]

Sur le même sujet

La montée en puissance des marques locales se poursuit
Etudes
La montée en puissance des marques locales se poursuit

La montée en puissance des marques locales se poursuit

Par La rédaction

Le classement Kantar Worldpanel des marques nationales les plus choisies en France et dans le monde révèle que La montée en puissance des marques [...]

Études: la fin des sens interdits
Etudes
Études: la fin des sens interdits

Études: la fin des sens interdits

Par Clément Fages

Bardé de capteurs ou dans une simulation virtuelle, le panéliste du futur voit ses cinq sens mis à contribution: plus que son avis, ce sont [...]

Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques
Etudes
Business
Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques

Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques

Par Business via Marketme

Le branding ne suffit plus à créer du lien avec des consommateurs de plus en plus méfiants... Et les jeunes diplômés sont dans le même état [...]