Recherche

Time to Market, le bon produit au bon moment

Publié par le

Aider les entreprises à créer de la valeur par l'innovation. Le credo de François Prévot est devenu le concept de son nouveau cabinet conseil Time to Market. Pour accompagner l'idée jusqu'à sa réussite commerciale.

  • Imprimer


Qu'est ce qui fait qu'un nouveau produit réussit ou échoue ? Comment être "time to market" comme le Palm Pilot et ne pas finir comme Yolka, la glace au yaourt qui devait révolutionner le monde de la glace avant de fondre dans l'anonymat. Avec une économie qui redémarre et 15 ans de crise économique derrière eux, « c'est la question stratégique que se posent 9 patrons sur 10 », reconnaît François Prévot, fondateur et directeur associé de Time to Market. Un constat éclairé pour celui qui, après avoir travaillé plus de dix ans sur des problématiques d'innovation dans l'industrie et en tant que conseil, a décidé d'accompagner concrètement les entreprises dans leur conquête de parts de marché. Le cabinet conseil propose de fiabiliser les projets d'innovation tout en augmentant leur marge finale de 5 à 40 %.

Des plans d'intervention sur mesure


Cabinet très "melting pot", il se compose de quatre associés, cinq consultants tous issus de chez Procter et Gamble, Danone, Bongrain, Valeo, l'Aérospatiale ou Messier Bugatti. Et de plus de 150 partenaires experts. Une expérience en management suffisamment complète pour intervenir auprès d'un volant très large d'entreprises. Pas question pour François Pévost de « mettre un pansement sur une jambe de bois ». En d'autres termes, faire des séminaires de créativité ou vendre des concepts innovants à une entreprise qui n'est pas configurée pour innover. « Nous tachons de mettre en place une organisation efficace du management de projets d'innovation avant toute intervention sur le produit », précise-t-il. Ainsi, les grands groupes industriels ou de grande consommation ont besoin de soutien aux opérationnels pour accélérer un projet, former les équipes à la créativité ou diagnostiquer les dysfonctionnements et proposer des solutions. Les PME, quant à elles, où les fonctions sont souvent polyvalentes, ont besoin d'outils pointus pour résoudre des problèmes d'échecs répétés, améliorer l'organisation, voire coacher un directeur de projets. Faire gagner du temps en sélectionnant les prestataires en innovation. Les start-up, elles, évoluent dans une "nouvelle économie" qui ne tolère que les premiers. Externalisation du marketing de l'innovation et coaching de jeunes P-dg de 23 ans peuvent leur permettre de limiter les risques d'erreurs et de monter en puissance. Dans ce cas, les équipes techniques se concentrent sur le développement.

Isabel Gutierrez