En ce moment En ce moment

Téléphonie, enfin la simplicité

Publié par le

Conscients du casse-tête que représente le choix d'un opérateur téléphonique, les derniers arrivés sur le marché jouent la carte de la simplification de l'offre.

  • Imprimer


Après le 7, voici le 4. Depuis le 24 mars dernier, le numéro fétiche de Cegetel compte, en effet, un nouveau concurrent avec le 4 de Télé2. « Notre offre est bâtie autour de la volonté de libérer les Français des contraintes du téléphone pour qu'ils puissent téléphoner plus en dépensant moins », résume Jean Donadieu, directeur marketing pour la France. La principale innovation du 4 consiste à proposer un tarif unique judicieusement fixé à 44 centimes TTC la minute partout en France, quels que soient le jour et l'heure. Le système est le même pour les appels à l'étranger basés sur quatre tarifs selon les pays. Aucun abonnement n'est nécessaire pour accéder au 4 et l'utilisateur conserve son poste et ses numéros de téléphone et de fax. Il ne paye, par ailleurs, que la durée réelle des conversations, sans coût minimum par appel. Télé2 Europe, qui s'est vu attribuer sa licence d'exploitation pour la France en juillet dernier, opère déjà en Allemagne, Autriche, Suisse et aux Pays-Bas après la Scandinavie où elle est leader avec plus de trois millions d'abonnés pour les mobiles, Internet et la téléphonie fixe. Son objectif est de couvrir 80 % de l'Union européenne à la fin de l'année. Filiale de la SEC (Société européenne de communication), elle bénéficie de la force de frappe de ce groupe de télécommunication paneuropéen lui-même adossé au géant suédois Kinnevik, spécialisé depuis vingt ans dans les télécommunications.

3 MDF d'investissements


« Nous avons l'ambition d'atteindre un million de clients en France la première année et 3 millions à moyen terme, explique Jean-Louis Constanza, Dg de Télé2 France. Pour cela, nous comptons investir 1 à 3 milliards de francs dans les trois à quatre prochaines années. » Une campagne TV et presse conçue par DDB sur le thème "Pourquoi continuer à payer trop cher" est d'ores et déjà lancée pour accélérer le mouvement. Télé2 a également créé une structure spécifique dédiée aux revendeurs qui sont notamment informés par le biais d'une newsletter. Car comme les autres opérateurs, ce dernier aura fort à faire pour vaincre les réticences des Français face à l'offre actuelle... « Après un an de déréglementation, 45 licences de téléphonie fixe ont été concédées et les clients se sentent un peu perdus face à toutes ces propositions, constate Christian Blondeau, directeur de développement à la Sofres. Peu de particuliers ont pris une offre alternative à celle de France Télécom qui n'a perdu que 3 % sur ce marché. » Une enquête réalisée les 4 et 5 février 1999 par l'institut pour le compte de Télé2, sur un échantillon de 1 004 Français de 15 ans et +, interrogés par téléphone, montre, en effet, que 64 % trouvent la tarification compliquée. Deux sur trois font attention à la période à laquelle ils appellent et à la durée de la communication et six sur dix téléphoneraient davantage ou plus longtemps si les prix baissaient. 63 % d'entre eux s'estiment sous-informés sur les offres concurrentes de France Télécom et, probablement sous l'effet de la concurrence sauvage qui règne pour les mobiles, 71 % se déclarent prêts à comparer et choisir les meilleures offres. Décidément sur tous les fronts, le groupe Pinault-Printemps-Redoute propose depuis peu de le faire à leur place via sa filiale télécom Kertel. Après avoir démarré en juin dernier avec les cartes prépayées - plus de 400 000 vendues en huit mois -, Kertel continue, en effet, avec une nouvelle technologie dans le domaine de la téléphonie résidentielle, baptisée le Kerbox. Ce routeur télécom est un petit boîtier intelligent qui reconnaît automatiquement en temps réel le numéro composé et qui, à partir de là, choisit l'opérateur le plus avantageux, pour les appels nationaux longue distance, les mobiles et l'international. L'utilisateur conserve, pour sa part, son abonnement habituel, ne paye aucun frais de dossier ou de résiliation et se voit offrir le montant du prix du boîtier en communications au bout d'un an de souscription. « Un consommateur qui voudrait s'y retrouver dans l'opacité des tarifs devrait changer d'opérateur tous les quinze jours pour bénéficier des meilleures offres », déclare François-Henri Pinault, président de la Fnac, première enseigne du groupe à commercialiser le produit.

LÉNA ROSE

Autres articles

SMS : Faites vibrer votre stratégie marketing direct !
SMS : Faites vibrer votre stratégie marketing direct !

SMS : Faites vibrer votre stratégie marketing direct !

Par

51 Milliards cest le nombre approximatif dindividus qui detiennent un telephone dans le monde On ne peut pas dire que cest un effet de mode [...]

Le Mobile World Congress va-t-il disparaître ?
Le Mobile World Congress va-t-il disparaître ?

Le Mobile World Congress va-t-il disparaître ?

Par

Si le salon regroupait la base des operateurs de telephonie mobile il su au fil des annees se reinventer Le point avec Laure Anne Warlin Head [...]

Cdiscount à l'assaut de la téléphonie mobile
Cdiscount à l'assaut de la téléphonie mobile

Cdiscount à l'assaut de la téléphonie mobile

Par

200 minutes 200 smsmms et 200 mo Internet pour euros est avec cette offre simple et competitive que Cdiscount lance son offensive sur le marche [...]

[Vidéo] Wiko veut révolutionner le monde du mobile
[Vidéo] Wiko veut révolutionner le monde du mobile

[Vidéo] Wiko veut révolutionner le monde du mobile

Par

Penetrer le marche du mobile Un defi releve avec brio par la marque Wiko qui avec millions de telephones vendus en 2016 en France est aujourd [...]