En ce moment En ce moment

Sortir d'une conception réactionnaire du marché

Publié par le

Selon certains piètres penseurs, critiquer la pornographie équivaudrait à s'attaquer à la liberté d'expression. Mieux vaudrait rire de cette levée de boucliers qui prône une sexualité archaïque. Xavier Deleu, auteur du "Consensus pornographique"* et réalisateur de documentaires, explique les raisons de cette bien pensance pornographique.

  • Imprimer

L'invasion de la pornographie serait-elle la faute de la libération sexuelle des années soixante-dix ?


Certainement pas ! La libération sexuelle a été vécue par les démocraties libérales comme le signe avant-coureur d'une révolution dangereuse, d'une contestation plus globale de l'organisation et des valeurs de la société. Depuis, le capitalisme a réussi à faire du désir une marchandise qu'il peut moduler et encadrer.

Qu'entendez-vous par "consensus pornographique" ?


Nous sommes dans un contexte d'accélération qui ne laisse plus de temps à la création. Notre société est celle du recyclage permanent et des vases communicants ordonnancés par un marketing sans imagination. Ainsi, les images de la sexualité commerciale dominante s'inspirent des modèles du cinéma X. L'espace public est soumis à l'impératif du "faire obscène". Rocco Siffredi est devenu l'idéal-type de la mythologie sexuelle marchande.

Quelle est la responsabilité de la publicité ?


Elle répand les codes du porno comme nec plus ultra de l'esthétique capitaliste. C'est la vogue du fameux "porno-chic" et sa prolifération de soumission féminine, de violence et de perversions. L'obscénité au quotidien fait recette, de Ruquier à Ardisson. Malheureusement, ces frénésies anachroniques font obstacle à la mixité et altèrent le cheminement amoureux. Toutes ces représentations de la soumission féminine, tous ces recyclages de stéréotypes surannés font que le désir n'est jamais interrogé.

Les vrais réactionnaires sont-ils du côté de la pornographie ?


Bien sûr. L'univers du cinéma X est dominé par les représentations masculines. En simplifiant, on pourrait dire qu'il s'agit de la subordination de la marchandise-femme aux forces de production-homme, donc d'un prolétariat-femme à un patronat-homme. L'infériorisation systématique des femmes, la dégradation de leur identité est devenue la norme. La pornographie n'est certainement pas une libération des corps et des esprits.

Dans votre ouvrage, vous tenez des propos très sévères sur Internet. Pourquoi ?


Le Web est un outil technique sophistiqué, mais il amplifie les pires préjugés archaïques des sociétés traditionnelles. Il fait écho massivement aux anciens clichés misogynes. Pour résumer, je dirais qu'Internet est la continuation de la domination masculine réelle par des moyens virtuels. C'est une nouvelle conquête de l'idéologie sexiste. Certains y voient même une revanche, dans le domaine virtuel, de l'indépendance progressive des femmes dans le réel. Internet aggrave la déliquescence du langage dans une société moderne en proie à un imaginaire obsessionnellement iconographique. Il accroît le contentieux entre les genres au lieu de les rapprocher dans une mixité créative. * Editions Mangodocument

STIRÉSIUS

Autres articles

Les gains de budget de la semaine (13-17 novembre 2017)
Agences
Les gains de budget de la semaine (13-17 novembre 2017) Les gains de budget de la semaine (13-17 novembre 2017)

Les gains de budget de la semaine (13-17 novembre 2017)

Par Mégane Gensous

Chaque vendredi, découvrez notre récap' des compétitions et des appels d'offres remportés par les agences, les régies publicitaires et les prestataires [...]

5 start-up qui réinventent le marketing par l'IA
Data
5 start-up qui réinventent le marketing par l'IA

5 start-up qui réinventent le marketing par l'IA

Par Eloïse COHEN

Mettre à profit l'intelligence artificielle pour bousculer les visions marketing. Tel est l'objectif de 5 des start-up venues pitcher, le 15 [...]

Bad buzz : comment Electronic Arts a tué son image de marque ?
Social media
Bad buzz : comment Electronic Arts a tué son image de marque ?

Bad buzz : comment Electronic Arts a tué son image de marque ?

Par Clément Fages

Après avoir tenté ce 13 novembre de justifier sur Reddit le modèle économique de son dernier jeu, Electronic Arts a dû faire face à un appel [...]

Liste de Noël de la French Tech : la sélection de la rédaction
Veille
Liste de Noël de la French Tech : la sélection de la rédaction

Liste de Noël de la French Tech : la sélection de la rédaction

Par Stéphane Guillard

Le Noël de la French Tech, le collectif de start-up qui a pour objectif de promouvoir l'innovation issue des jeunes pousses françaises, a dévoilé [...]

L’outil innovant pour les agences de marketing digitales
Agences

Article écrit par Channable

Channable
L’outil innovant pour les agences de marketing digitales

L’outil innovant pour les agences de marketing digitales

Par Nathalie van der Linden

En tant qu’agence marketing, vous effectuez les activités promotionnelles pour augmenter la notoriété et les ventes de vos clients. Vous êtes [...]

La SVoD séduit 1 internaute sur 5
Média
La SVoD séduit 1 internaute sur 5

La SVoD séduit 1 internaute sur 5

Par Stéphane Guillard

+40%: c'est l'évolution du nombre d'utilisateurs de la vidéo à la demande par abonnement, selon le baromètre SVoD de Médiamétrie. Un engouement [...]

Social Selling : l'inventeur du concept livre ses 3 conseils
Social media
Social Selling : l'inventeur du concept livre ses 3 conseils

Social Selling : l'inventeur du concept livre ses 3 conseils

Par Clément Fages

Koka Sexton ne revendique pas le titre d'inventeur du Social Selling, mais il est incontestablement l'un de ses précurseurs et plus grands promoteurs. [...]