Recherche

"Snacking Packaging", une recette pour grignoter des parts de marché

Publié par le

Figure emblématique du snacking à l'américaine, le pot en carton rempli de pop-corn a traversé l'Atlantique. Les comptoirs confiserie de la plupart des salles de cinéma de l'Hexagone l'ont adopté. Mais ce compagnon du grand écran envahit également les linéaires de la grande distribution. Un nouveau mode de conditionnement, le "snacking packaging", est né. Et l'on peut parier qu'il a de beaux jours devant lui, tant il permet aux marques de grignoter de nouvelles parts de marché.

  • Imprimer


Le "home snacking", ou grignotage à domicile, est une tendance de consommation en plein essor. Même s'il est encore loin du modèle américain, selon une étude de l'institut TNS Sécodip diffusée en janvier 2002, le "snacking à la française" pèse aujourd'hui 10 % des dépenses alimentaires des familles avec enfants. C'est un marché en forte croissance avec une progression en 2001 de plus de 10 euros par ménage, soit plus de 5 % en valeur. Une nouvelle manne pour les marques en mal de croissance ! En analysant de plus près le secteur, on constate que, si les produits sucrés représentent encore deux fois le chiffre d'affaires des produits salés, il semble bien que l'écart puisse se combler rapidement avec les nouvelles offres proposées aux consommateurs. Des univers, comme la saucisserie, la charcuterie, la volaille, sont en train de dynamiser le marché. Ces nouvelles offres de produits très diversifiées répondent toutes à deux grandes attentes des consommateurs : la gourmandise et la praticité. Consommer, réchauffer les produits directement dans leurs conditionnements n'est plus la démonstration d'un manque de savoir-vivre ou de non-respect des traditions culinaires à la française. C'est une gestuelle d'usage contemporaine : "la snack attitude". Aujourd'hui, les produits à grignoter se dégustent dans leur emballage. Il n'est donc pas étonnant que, pour mieux transmettre leur message, les marques qui se lancent sur le marché ont, de concert, opté pour le pot en carton de pop-corn, conditionnement de référence pour le grignotage yankee. Les glaces, les mousses dessert, les bonbons, les gâteaux, les saucisses, les ailes de poulet sont ainsi conditionnés dans des packagings sur le modèle du pot de pop-corn. Il s'agit là, bien évidemment, d'un premier acte car en matière d'emballage, les consommateurs attendent encore plus de service.

Nomadisme domestique


Peu à peu, le "snacking packaging" se sophistique et ouvre la voie à de nouvelles offres de produits alléchants. Face à des marchés alimentaires saturés, les industriels ont bien compris l'intérêt de ce créneau porteur et valorisé. Ils jouent donc cette carte sur tous les terrains et proposent des conditionnements appropriés à chaque occasion de consommation. Avec les barquettes alvéolées qui vont permettre le réchauffage au four micro-ondes ou la séparation de différents éléments de la recette, c'est effectivement tout un champ de nouvelles possibilités qui apparaît. Deux grands axes de "snacking packaging" se développent : les mouillettes et les plateaux-repas. Le premier s'adresse à un public jeune et propose une gestuelle alimentaire ludique, celle de l'oeuf à la coque. Elle donne l'impression au petit consommateur d'accommoder le produit "à sa sauce" car tous les ingrédients sont séparés les uns des autres. Mais, à la fin, il ne reste rien ; l'emballage est léché dans ses moindres recoins. Le second est destiné à une cible de jeunes adultes qui souhaitent toujours avoir à portée de main des produits équilibrés et variés sans pour autant s'embarrasser de préparer la cuisine ni de laver la vaisselle. Ils disposent désormais de packagings qui leur permettent de préparer au dernier moment la recette, de la déguster dans le même contenant. Le summum de ces nouvelles tendances ? Proposer au consommateur de pouvoir se déplacer n'importe où avec son menu complet à la main : il s'agit d'une forme de snacking nomade. La société américaine Pulp Mold Packaging Global Inc. vient de trouver la solution avec une évolution osée du couvercle d'un gobelet qui se transforme en plateau-repas compartimenté. Pour l'instant réservé à la restauration hors foyer, nul doute que ce type de nouveauté pourrait donner des idées à de grandes entreprises qui disposent de boissons rafraîchissantes et d'aliments pour la remplir. L'association de différents produits dans un même emballage compartimenté, la création de nouvelles gestuelles d'usage, le service rendu à l'utilisateur démontrent une fois de plus qu'en matière de produits de grande consommation, c'est de plus en plus le packaging qui fait l'innovation produit...

Fabrice Peltier

L'étude de marché

L'étude de marché

L'étude de marché

etude du marche se fait sur quatre niveaux externes l entreprise Pour chacun les questions se poser peuvent se resumer ainsi quiquoicombiencomment [...]

Cosmétiques : 7 marques de beauté qui font "mâle"!

Cosmétiques : 7 marques de beauté qui font "mâle"!

Cosmétiques : 7 marques de beauté qui font "mâle"!

Fini le temps ou les hommes se contentaient de apres rasage La beaute se conjugue desormais au masculin Un marche qui seduit les grands noms [...]

Les 10 idées marketing (4-8 juillet)

Les 10 idées marketing (4-8 juillet)

Les 10 idées marketing (4-8 juillet)

La redaction selectionne pour vous 10 informations percutantes Au menu cette semaine une chaine de fast food incite ses clients changer de nom [...]

Creativ'cross-média

Creativ'cross-média

Creativ'cross-média

Dedie aux nouvelles publications multicanales et aux solutions marketing dans univers creatif applique du publishing du livre et du packaging [...]