Recherche

Sial 1998 : le consommateur redécouvre le plaisir de cuisiner !

Publié par le

Ce n'est certes pas le retour de la femme au foyer, mais la dernière édition du Sial semble avoir amorcé la tendance : à condition de ne pas y passer trop de temps, les consommateurs veulent aujourd'hui plus s'impliquer dans la préparation de leur repas.

  • Imprimer


Le Salon international de l'alimentaire (Sial) s'est tenu le mois dernier à Villepinte. Deuxième salon alimentaire du monde derrière l'Anuga de Cologne (voir Marketing Magazine n° 25), le Sial a progressivement évolué depuis quelques années. De vitrine mondiale des nouveautés et des innovations, sa vocation semble aujourd'hui plus s'orienter vers les PME exportatrices, pour lesquelles il présente le plus d'intérêt. Les grands groupes désertent les uns après les autres le salon, si bien que le mois dernier, certains segments de marché n'étaient représentés que par les challengers : soft-drinks, biscuits, café, traiteur, confiserie, spiritueux... Le Sial, salon de PME, reste néanmoins passionnant pour tous les professionnels de l'innovation. Car ces entreprises de taille moyenne sont affranchies d'une contrainte à laquelle n'échappent pas les grands groupes : la réduction inéluctable des gammes, une tendance déjà bien amorcée dans les pays anglo-saxons. En l'absence (relative) de category management et d'objectif de diffusion nationale, les PME ont proposé de très nombreuses nouveautés à la croisée des tendances. On a ainsi pu retrouver les items désormais classiques de santé, d'authenticité ou de sécurité, cette dernière particulièrement représentée avec les produits biologiques.

Du "prêt à consommer" au "prêt à personnaliser"


Mais la grande nouveauté a résidé (selon nous !) dans l'accès désormais facilité à la vraie cuisine au sein même du foyer. Réappropriation et Accessibilité pourraient être les termes pour désigner cette tendance. Illustration historique de cette promesse de réappropriation : Cuisine Créative de Findus, une gamme de plats surgelés portionnables où l'on ajoute à souhait un œuf, de la viande ou de la crème. La réappropriation peut ainsi se définir comme l'expression d'un contre-courant face au "tout pratique", au "tout fait", la réponse produit à un consommateur aujourd'hui désireux de s'impliquer. En d'autres termes, la fin du plat sorti du congélateur, directement mis au micro-ondes puis consommé à même la barquette devant la télé ! Sur le Sial, des produits comme Vit'Prêt Soupe (légumes cuits à mouliner) ou les Kits à Tarte (pâte + garniture) ont été remarqués. Ils correspondent à une sorte de retour en arrière dans l'histoire de la praticité, tarte et soupe passant de la forme du "prêt à consommer" à celle du "prêt à préparer", du "prêt à finir", voire du "prêt à personnaliser". L'autre nouvelle tendance relevée sur le Sial se nomme Accessibilité. Proche de la réappropriation, elle illustre les derniers développements marketing et technologiques, avec l'arrivée en GMS de produits jusqu'à présent limités aux circuits traditionnels. Les principaux exemples se rencontrent sur les produits frais, et notamment les produits de la mer, comme ces moules en sachet, lavées et prêtes à cuire. Autre lancement remarqué : un chocolat épais prêt à boire pour adultes par Candia, rendant accessible un produit habituellement peu consommé.

Une attente de créativité


Pour séduire, ces nouvelles promesses imposent néanmoins une contrainte : le temps passé à la préparation doit rester très faible. De récentes études américaines montrent qu'au-delà de 15 minutes, le consommateur se détourne. En France, le temps moyen alloué à la préparation des repas a constamment dégringolé pour n'atteindre aujourd'hui que 39 minutes. Au-delà du temps, réappropriation et accessibilité surfent également sur la nouvelle attente de lucidité et de créativité des consommateurs dans leur cuisine. Comme en témoigne la santé florissante de la presse culinaire, cuisiner devient aujourd'hui un loisir. S'amuser tout en accomplissant les tâches du foyer, voilà une vraie tendance !

J-M L

Les marques s'engouffrent sur le marché du "sans"

Les marques s'engouffrent sur le marché du "sans"

Les marques s'engouffrent sur le marché du "sans" Les marques s'engouffrent sur le marché du "sans"

L'appétit grandit pour les produits sans gluten, sans additifs, sans allergènes, sans lactose, sans pesticides, comme le montre la dernière [...]

La nouvelle ère des smart shoppers

La nouvelle ère des smart shoppers

La nouvelle ère des smart shoppers

Le consommateur d'hier s'est transformé en un " smart shopper " à la recherche de nouveaux repères promotionnels. Décryptage.

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs communication inspirent davantage confiance aux consommateurs que les directeurs marketing, selon une étude réalisée par l'Ifop [...]

Comment connaître et séduire le consommateur digital

Comment connaître et séduire le consommateur digital

Comment connaître et séduire le consommateur digital

Voici un extrait du "Consommateur digital", publié par Nicolas Riou, dirigeant de l'institut Brain Value, aux éditions Eyrolles. L'ouvrage décrit [...]

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

Tirer le meilleur parti de la donnée pour offrir au consommateur une expérience inédite, automatiser les actions marketing dans une dimension [...]