Sécurité alimentaire : malaise dans les assiettes

Publié par le

Pour ceux qui en doutaient encore, la dernière enquête Inca du Crédoc pour l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), sur les consommations et opinions alimentaires décrit une population française déboussolée par l'effritement de ses modèles alimentaires classiques et en mal d'informations dans les domaines de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

  • Imprimer


Intervenant après plusieurs années troublées par de multiples crises alimentaires, l'étude Inca arrive à point nommé pour éclairer ce qu'il faut bien appeler la "psychose" de la vache folle et, plus largement, celle liée à la sécurité alimentaire. Elle comporte en effet un important volet sur les attitudes et comportements dans le domaine de la sécurité et des risques alimentaires. Il en ressort ainsi que près de deux Français sur trois pensent que les produits alimentaires présentent des risques pour la santé. Un sur quatre estime ces risques importants. Même s'ils reconnaissent les progrès réalisés, cette inquiétude révèle un pessimisme global sur l'avenir de l'alimentation. Cette perception s'accompagne d'un jugement négatif sur l'évolution de la qualité des produits alimentaires depuis dix ans, ainsi que sur les contrôles effectués sur ces derniers. S'ajoute à cela un sentiment de perte des repères alimentaires traditionnels. Les consommateurs accordent également une très grande place aux risques nutritionnels et particulièrement à l'obésité et aux maladies de société (maladies cardio-vasculaires, diabète...). D'ailleurs, nos concitoyens les associent étroitement aux risques nutritionnels et sanitaires. Et ce n'est probablement pas un hasard si les groupes d'aliments les plus touchés par les crises (viandes, matières grasses, charcuteries...) sont aussi ceux souffrant d'un sérieux déficit d'image sur le plan nutritionnel. Ils sont perçus comme porteurs de nutriments à éviter (matières grasses, sel...). Dans ce contexte, les Français sont à la recherche d'autres repères que la confiance dans l'alimentation traditionnelle "variée et équilibrée". Les nutriments, tels que le calcium, les protéines, les "sucres lents" ou les fibres, font déjà l'objet d'un intérêt soutenu de la part des adultes. A l'opposé, les matières grasses et graisses saturées en général et les sucres sont identifiés comme des composants plutôt à éviter. Mais si les adultes flirtent avec le végétarisme, ils sont encore loin d'y succomber. Et le taux de consommateurs hebdomadaires (au moins une fois par semaine) de viande s'élève encore à 96 % et à 93 % pour le fromage et la charcuterie. Plus inquiétant, en revanche, le phénomène observé sur la consommation de fruits et légumes. Elle se maintient chez les consommateurs âgés, mais faiblit chez les jeunes, tout comme les apports moyens en fibres. En outre, la baisse relative de la consommation de lipides observée chez les adultes n'est pas confirmée chez les enfants dont les apports énergétiques augmentent. Il n'est pas scientifiquement possible pour l'instant de mettre en relation cette augmentation des apports énergétiques chez les enfants avec l'augmentation de la prévalence de l'obésité constatée dans d'autres études. L'étude Inca 2, qui sera menée courant 2001, établira plus sûrement les choix des Français qui ne savent plus très bien actuellement à quel aliment se vouer.

MÉTHODOLOGIE


L'enquête Inca (Individuelle et nationale sur les consommations alimentaires) a été menée par le Crédoc pour le compte de la Direction générale de l'alimentation (DGAL), l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), le Centre interprofessionnel de documentation et d'information laitières (Cidil), le Centre d'information des viandes (Civ), l'Office national interprofessionnel des vins (Onivins), l'Association sucre produits sucrés consommation communication (ASPCC) et le centre de recherche Jean-Thèves de Danone. Elle se base sur un échantillon d'adultes et d'enfants en France et porte sur les consommations et opinions alimentaires de 3 000 individus de 3 ans et plus, représentatifs de la population française.

Isabel Gutierrez

La rédaction vous recommande

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux
Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Par Digimind

Decouvrez les tendances du marche Food Drink sur les medias sociaux des interviews experts et les performances social media de grandes marques [...]

Sur le même sujet

Grazia lance une nouvelle offre podcast
Média
Grazia lance une nouvelle offre podcast

Grazia lance une nouvelle offre podcast

Par Laurence Moisdon

Grazia crée sa chaîne de podcast audio consacrée à la mode, l'occasion pour les marques de communiquer de façon très ciblée.

Webedia crée quatre agences verticalisées
Média
Webedia crée quatre agences verticalisées

Webedia crée quatre agences verticalisées

Par La rédaction

Le groupe dédié au loisir et au divertissement online Webedia annonce la création de quatre agences multi-métiers sectorielles au service de [...]

iotec, plateforme d'achat media éthique, se lance en France
Média
iotec, plateforme d'achat media éthique, se lance en France

iotec, plateforme d'achat media éthique, se lance en France

Par La rédaction

Après avoir ouvert un bureau à Londres et à Berlin, la plateforme d'achat media éthique iotec poursuit son développement en France.