Recherche

Sebago redresse la barre

Publié par le

Sebago navigue depuis soixante ans sur une mer d'huile. La marque tient tout de même à redresser la barre et davantage séduire les jeunes et les femmes. Pour ce faire, elle renforce sa présence dans le sponsoring.

  • Imprimer


Soixante ans, l'âge de la retraite ? Certainement pas pour Sebago qui souffle cette année ses soixante bougies dont 35 en France. Disons plutôt que c'est pour la marque, l'heure du bilan. Et des ajustements. Hier symbole du mocassin de l'étudiant américain, Sebago a, notamment avec sa célèbre Docksides, revendiqué le look décontracté rappelant le bateau et, prôné les couleurs, même aux pieds des dandys les plus classiques. Rose, orange, verte, la Docksides Sebago souhaite désormais s'afficher en toutes circonstances, que ce soit avec le bermuda de rigueur mais aussi - et de plus en plus souvent - avec un pantalon habillé. Pour preuve, le défilé Rykiel Homme collection Printemps / Eté 2006 où Sebago a chaussé les mannequins avec le modèle Docksides, notamment rose. Cette course est menée par Sebago depuis 1969 où le fabricant de mocassins en cuir décide de lancer sa propre marque de chaussures de bateau baptisée Docksides by Sebago devenue Docksides en 1970. « Très vite nous avons misé sur le sponsoring et les partenariats dans les courses nautiques. Les étudiants en ont très vite fait une référence mode et branchée » souligne Eric Mallet, l'agent en France. Reste que Sebago souhaite aujourd'hui prendre un nouveau virage en élargissant sa cible. « Nous avons réussi en trente-cinq ans à séduire les plus de 35 ans, explique ce dernier. Nous souhaitons aujourd'hui rajeunir les porteurs de Sebago. »

Tour d'Europe à la voile

Pour ce faire la marque, rachetée par le groupe Volverine en 2003, a décidé de larguer les amarres et de consolider une stratégie qu'elle a toujours choisie : le sponsoring, initié en 1980. Pour se rapprocher de ses clients et en séduire de nouveaux, elle continue de multiplier les initiatives et pense même à lancer une campagne média. Mais pour l'instant, ce sont les partenariats sportifs qui vont permettre au chausseur de se refaire une image. l'instar d'un accord avec une championne d'équitation britannique ou de la dernière opération en date où Sebago est sponsor et fournisseur officiel du world match Racing Tour suédois. « Un bon sponsoring est pour nous plus porteur qu'une campagne publicitaire », martèle Eric Mallet. Plus visible en tous les cas. Cette course suédoise passe par neuf pays où la marque est distribuée - les Bermudes, la Croatie, le Danemark, l'Allemagne, l'Italie, le Japon, le Portugal, la Suède et la Suisse. Bon vent.

Ava Eschwège

Viadeo : l'échec du réseau social français

Viadeo : l'échec du réseau social français

Viadeo : l'échec du réseau social français Viadeo : l'échec du réseau social français

Le réseau social professionnel français vient d'être mis en redressement judiciaire. Viadeo souffre notamment des 23,3 millions d'euros de pertes [...]

L'arbre de segmentation

L'arbre de segmentation

L'arbre de segmentation

L'arbre de segmentation permet de différencier les segmentations de niveau stratégique, du marché et des segments en cohérence. Chaque segment [...]

[Tribune] Comment rater son développement au Japon

[Tribune] Comment rater son développement au Japon

[Tribune] Comment rater son développement au Japon

Troisième économie mondiale, le Japon conserve un énorme potentiel pour beaucoup de marques internationales. Reste que ce marché a la réputation [...]

Les difficultés du marketing cross-canal

Les difficultés du marketing cross-canal

Les difficultés du marketing cross-canal

Découvrez, dans cette infographie, les principales barrières à l'unification des données récupérées via les différents médias, identifiées par [...]

Le CD est mort. Vive le CD?

Le CD est mort. Vive le CD?

Le CD est mort. Vive le CD?

Alors que l'industrie du disque est en perte de vitesse, les acteurs du marché cherchent à redresser la barre du CD, qui compte encore pour [...]