Recherche

Schindler met le marketing au cœur de sa stratégie

Publié par le

Depuis quelques années au ralenti, Schindler est passé d'une culture d'entreprise à une culture de service. Le fabricant d'ascenseurs a, du coup, remobilisé ses managers autour d'un projet fédérateur.

  • Imprimer


Baisse de la motivation des salariés, faible mobilisation des managers, négociation sur les 35 heures… Fin 1999, Schindler, numéro deux du marché des ascenseurs et numéro un mondial des escaliers mécaniques et trottoirs roulants, doit réagir. Pour remonter le moral des troupes, un changement de stratégie s'impose. Le nouveau directeur général, Emmanuel Altmayer, arrive avec une mission : redéfinir Schindler en tant qu'entreprise de service. Le groupe développe alors un projet d'entreprise, baptisé “Odyssée”, exprimant les ambitions de la société à l'horizon 2010, avec deux missions principales : régler la problématique de motivation des salariés et mobiliser les managers. Pour accompagner cette évolution et conduire ce changement majeur, le projet se construit autour de quatre piliers.

Une nouvelle segmentation des clients


« Nous avons redéfini notre raison d'être et regardé notre véritable cible, note Emmanuel Altmayer. Nous nous sommes penchés pour la première fois sur les utilisateurs de nos équipements autant que sur leurs gestionnaires. » En termes de positionnement marché, trois familles de clients ont été définies : les utilisateurs (clients), les gestionnaires et les constructeurs. « Avec cette nouvelle stratégie, nous avons placé le client au centre de l'entreprise et donc mis l'aspect marketing au cœur de notre stratégie », ajoute le directeur général France. Appel est donc fait à l'ensemble des services et, plus particulièrement, au service marketing qui prend une nouvelle envergure. « Nous avons embauché un nouveau directeur marketing et ce service est passé de une à dix personnes », poursuit Emmanuel Altmayer. Doté d'une nouvelle voilure, Schindler vire de cap. « Nous sommes passés d'une approche où l'on vendait un service réglementaire et obligatoire à une offre de services à forte valeur ajoutée. C'est-à-dire une offre adaptée à une nouvelle segmentation de nos clients ». Mission accomplie puisque l'entreprise a reconstruit toute son offre de services par rapport à cette nouvelle segmentation. « Il y a cinq ans, nous vendions le même service aux hôpitaux et aux maisons individuelles », reconnaît l'heureux directeur général qui, désormais, souhaite être présent sur tous les segments. Aujourd'hui, le pari semble gagné. Les enquêtes internes en témoignent. « 87 % des salariés sont aujourd'hui prêts à participer activement au changement de l'entreprise, se targue Emmanuel Altmayer. On est en train d'atteindre nos objectifs en matière de management. » Schindler se fixe désormais un nouveau challenge : mener l'entreprise avec succès en 2010, en respectant ses quatre valeurs fondamentales : le client comme valeur centrale, l'esprit d'équipe, le respect de l'humain et la remise en cause permanente.

Ava Eschwège

Axa ou l'innovation transverse

Axa ou l'innovation transverse

Axa ou l'innovation transverse

Avec un fonds dédié et une culture d'entreprise dopée à l'innovation, Axa se donne les moyens de révolutionner un secteur mal-aimé. Décryptage [...]

Une web-série sur les enjeux de la data

Une web-série sur les enjeux de la data

Une web-série sur les enjeux de la data

Sensibiliser les dirigeants à l'importance d'une data bien collectée : tel est l'objectif du mouvement Datamaniaques à l'origine d'une web-série [...]

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Plus d'un mois après l'annonce de sa démission de Publicis Media France, Sébastient Danet est nommé chairman d'IPG Mediabrands France.

Viadeo : l'échec du réseau social français

Viadeo : l'échec du réseau social français

Viadeo : l'échec du réseau social français

Le réseau social professionnel français vient d'être mis en redressement judiciaire. Viadeo souffre notamment des 23,3 millions d'euros de pertes [...]