Recherche

Reflexgroup se diversifie urbi et orbi

Publié par le

Deux nouvelles filiales en France, l'ouverture d'un bureau aux Etats-Unis. Le groupe de communication reflexgroup poursuit discrètement son développement autour d'une philosophie résumée dans ces quelques mots : réagir vite, penser loin, surprendre et concrétiser.

  • Imprimer


Spécialisée à l'origine dans la publicité et l'édition de luxe, l'agence reflexadvertising a très vite compris que, pour servir ses clients, elle devait maîtriser les différents métiers de la communication et process de A à Z.

En 1993, son fondateur Luc Besnier crée le holding reflexgroup qui, outre reflexadvertising, regroupe aujourd'hui reflexmultimedia (1996), reflexevent (1996), reflexproductions (2002) et reflexmarketing (2002). Dirigé par Philippe Holl, ex-Conseil Creatif, ce département, lancé en début d'année, est spécialisé dans le marketing opérationnel et les problématiques de recrutement et de fidélisation des clients, notamment sur le marché du luxe mais pas uniquement. « En raison des origines du groupe, on a tendance à nous affubler de l'étiquette de spécialiste de la communication de luxe. Une étiquette que nous refusons. Quel que soit le secteur d'activité de l'annonceur, notre travail consiste plus simplement à l'amener vers la qualité », note Luc Besnier, P-dg de reflexgroup. Après une période d'incubation courte, reflexmarketing bénéficie d'un premier apport de compétences humaines. Des créatifs et producteurs sont ainsi transférés de reflexadvertising, vers reflexmarketing dont un des premiers gros chantiers a consisté à revoir la communication de proximité de Flo Prestige. « En termes d'équipes, et quelle que soit l'enseigne, nous travaillons à la manière d'un commando. Les équipes sont, en moyenne, constituées d'une dizaine de personnes très pointues », précise Luc Besnier. Au vu des résultats, cette approche semble payante car depuis 1988, date de création de reflexadvertising, la croissance annuelle se situe en moyenne à 20 %. En 2002, le groupe, qui emploie 35 personnes, devrait dégager une marge brute de 3,5 ME pour un CA de 7 ME. Des résultats qui lui permettent aujourd'hui d'envisager l'aventure américaine. Accompagné de sa femme et de ses 7 enfants, Luc Besnier part ouvrir, à New York, reflexamerica. Pour prévenir la fuite éventuelle des annonceurs vers les réseaux internationaux, mais également évangéliser les annonceurs locaux à la French Touch. « Dans un premier temps, nous serons hébergés par une agence new-yorkaise. Mais l'idée est bien sûr d'installer une agence qui puisse mettre en oeuvre, la French Touch, cette sensibilité française faite d'élégance. De nombreux annonceurs américains, notamment dans le luxe, attendent cette démarche », remarque Luc Besnier. Deuxième bureau à être ouvert après reflexafrica, installé au Maroc, New York n'est qu'une étape de l'internalisation du groupe, qui compte disposer d'une présence sur les cinq continents. Après l'Amérique, c'est l'Asie qui accueillera le fondateur du groupe.

Rita Mazzoli

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Article écrit par Channable

Channable

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Devrais-je vendre mes produits sur Cdiscount ?

Le nombre de marketplaces actives en France ne cesse d’augmenter, tout comme le volume de ventes qui y sont réalisées. Aujourd’hui, on estime [...]