Recherche

Réconcilier l'homme avec ses machines

Publié par le

L'homme a confondu bonheur avec technologie et richesse. A-t-il compris que ces technologies favorisaient la solitude, l'enfermement, le stress, le chômage, l'exclusion. Cette prise de conscience va faire basculer la technologie.

  • Imprimer


Avec l'apparition et le développement des technologies, le temps s'est accéléré, la production aussi et l'espace s'est réduit. Aujourd'hui, la notion même d'activité, que ce soit loisir, travail ou éducation, est en mutation constante. Les besoins réels, créés ou anticipés, découlent d'une recherche peu scrupuleuse le plus souvent. Là encore, l'urgence du profit est prééminente. Du côté scientifique, les bénéfices promis par les résultats de la recherche transgénique déclenchent une ruée qui n'est pas “saine”. Nos chercheurs, grands sorciers du futur, ont commencé à greffer des neurones sur des puces électroniques. L'homme bionique de demain est déjà présent. Tout n'est évidemment pas à rejeter, mais demanderait une plus grande prudence, pour la raison simple que chaque invention porte en elle-même son côté négatif. Il faut donc prévoir cet aspect et les moyens de le contrer. C'est le premier argument qui fera changer la perception des technologies. Et l'Homme dans tout ça ? Comme l'enfant qu'il est, il s'est passionné pour toute cette technologie qui ouvrait les portes de la richesse, de tous les pouvoirs, de nouveaux loisirs, de la virtualité, formule technologique du rêve, de la communication facile, du jeu ! L'outil technologique s'est simplifié, paré de couleurs et de transparences, redesigné, il s'est installé partout.

Invisible mais envahissante


Très vite dans les années 90, on a étudié comment utiliser la technologie en l'oubliant. Ainsi est née la technologie intuitive. C'est l'idée simple qui consiste à employer cette technologie le plus naturellement possible sans avoir à se poser de questions, comme un enfant. Un principe assez couramment utilisé aujourd'hui qui peut même rendre la technologie invisible. L'initiateur de ces principes, c'est évidemment James Bond ! Nous dépassons là, la notion de technologie intuitive ou invisible pour voir apparaître une technologie à visage humain. La technologie va évoluer, elle n'est déjà plus seule, elle ne vit qu'accompagnée. Mais bien plus, demain, elle ne sera pas accompagnée n'importe comment. C'est une nouvelle évolution. La vague de personnalisation à laquelle nous assistons depuis la fin des années 90 a pu passer pour une mode, mais ce n'est pas l'indice d'un changement en profondeur. Il s'agit plutôt de la partie émergée de l'iceberg. La réalité plus profonde, c'est le besoin d'authenticité, de vérité, d'une réalité plus conforme aux souhaits des individus. L'homme est en train de comprendre. Des mouvements contestataires se développent : anti-pub, anti-OGM, anti-vaccins, anti-produits chimiques, anti-ondes, nouvelles solidarités, consom'acteurs, adeptes des médecines douces ou dites alternatives… Qui sont-ils ? Ils appartiennent à une frange mal évaluée car elle n'intéressait personne, aucun pouvoir politique, mais qui pourrait à terme, représenter le pouvoir montant.

Construire une autre société


On les regroupe aujourd'hui sous l'appellation “Créateurs de Culture”, une dénomination qui nous vient des Etats-Unis où ce mouvement, en fort développement, a été identifié dans les années 80 par le sociologue Paul.H.Ray. Encore morcelé, atomisé, il se développe et grâce à Internet, se fédère peu à peu. Les liens se font de plus en plus visibles. Que veulent-ils ? Un monde viable, vivable, équitable, un monde dont ils pourront profiter longtemps. Ils veulent faire renaître de vraies valeurs, changer la société de consommation, construire une autre société. Ils veulent utiliser les technologies, mais “autrement”, leur but premier ne sera pas le profit, mais de vivre en accord avec eux-mêmes, avec les autres et leur planète. Ces nouvelles valeurs sociales sont d'ores et déjà en émergence et les entreprises leur prêtent l'oreille. C'est aussi un nouveau marché qui pourrait se révéler à terme être le marché de pointe. Un marché où l'on créerait des packs technologiques qui rassembleront des services humains associés à une technologie ultra-sophistiquée. Toute médaille ayant son revers, il nous aura fallu un siècle pour constater les effets pervers de la technologie, effets qui n'avaient pas été envisagés. C'est ce que nous appelons “l'effet antibiotique” : tout nouveau, tout beau. Usage à outrance sans avoir validé les possibilités de “retour sur investissement”. Et quand le mal est fait, retour à la position raisonnable et recherche des solutions. Nous estimons que la prospective permet d'éviter l'effet antibiotique. Elle est indispensable dans la démarche innovation des entreprises d'aujourd'hui, car elle apporte la dimension humaine nécessaire pour demain.

Pourquoi la blockchain est un sujet pour les marketers ?

Pourquoi la blockchain est un sujet pour les marketers ?

Pourquoi la blockchain est un sujet pour les marketers ?

Vous pensiez le sujet de la blockchain réservé au monde de la finance ? La technologie a pourtant beaucoup à apporter au marketing et à la relation [...]

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

Isobar et eCommera lancent "Brand Commerce"

L'agence Isobar s'attaque à la vente en ligne à travers sa nouvelle plateforme "Brand Commerce", qui propose un service complet, rassemblant [...]

Disparition d'André Rousselet

Disparition d'André Rousselet

Disparition d'André Rousselet

L'homme aux multiples facettes, à la fois proche de François Mitterrand et fondateur de Canal+, s'est éteint le 29 mai à l'âge de 93 ans.