Recherche

Radiographie de la radio en 1999

Publié par le

L'Année radio de Médiamétrie, devenue cette année "Les Chiffres clés de la radio", livre une analyse complète de la consommation du média. Les résultats proviennent de l'étude 75 000 +, de la 75 000 équipement radio, des médialocales et du panel radio.

  • Imprimer


Lors de ses précédentes éditions, L'Année radio de Médiamétrie prenait en compte les années par grille de programmation, de septembre à juin, mais le changement de méthodologie de l'étude 75 000 en décembre 1998 restreint le champ de l'analyse à la période janvier-juin 1999. Désormais, le recueil de l'audience s'effectue sur les dernières 24 heures, et non sur l'écoute de la veille. Autre innovation, le début et la fin de chaque session d'écoute sont relevés au demi quart d'heure au lieu du quart d'heure entier. Résultats : une meilleure fiabilité supposée du recueil des audiences. « La part d'audience des stations non identifiées est en baisse. Elle est passée de 3,2 % en 1998 à 1,9 % en 1999 », souligne Arnaud de Saint-Roman, directeur du département radio / cinéma de Médiamétrie. L'équipement radio des foyers est quasi systématique en France. 99,0 % d'entre eux disposent d'au moins un appareil. En moyenne, chaque foyer dispose de 6,3 appareils permettant l'accès au média radio. Le taux d'équipement en radio-réveil est de 80,7 % alors que 80 % des foyers disposent d'au moins un autoradio. Si l'écoute radio s'effectue principalement au domicile, où l'audience cumulée sur 21 jours atteint 89,1 %, l'écoute au travail semble un phénomène en constante progression. Sur la période de 21 jours, l'audience cumulée au travail est de 21,4 %. D'ailleurs, 42,3 % des individus exerçant une activité professionnelle ont accès à un poste de radio sur leur lieu de travail, et 55 % d'entre eux l'écoutent tous les jours. Principales évolutions de l'année 1999 : une audience cumulée et une durée d'écoute par auditeur en hausse. Reste à savoir quelle part accorder au changement de méthodologie dans ce résultat, toute comparaison entre 1999 et 1998 s'avérant fallacieuse. Entre janvier et juin 1999, l'audience cumulée moyenne de la radio a atteint 83,5 % avec une pointe à 83,9 % d'avril à juin, contre 83,1 % de janvier à mars. Samedi et dimanche restant les jours les plus sinistrés en termes d'audience cumulée, avec des scores respectifs moyens de 77,6 % et de 72,9 %. En 21 jours, 96,4 % des Français âgés de 15 ans et plus ont écouté la radio. Sur ces trois semaines, l'audience cumulée des généralistes atteint 63,8 %, celle des programmes musicaux nationaux, 70,4 %. Dans le même temps, les programmes locaux sont écoutés par 57,1 % des Français. Quelques disparités régionales concernant la consommation du média sont également observables. Elle est inférieure à la moyenne dans tout le sud de l'Hexagone, avec l'audience cumulée la plus faible pour la région Languedoc-Roussillon (77 %). En revanche, l'audience cumulée record est réalisée par la région Champagne-Ardenne, avec un score de 9 %, devant la Franche-Comté (90,6 %)

Un zapping limité


Sur le premier semestre 1999, la durée d'écoute par auditeur était de 196 minutes, 198 minutes pour janvier - mars et 194 minutes pour avril - juin. La part d'audience des agrégats par format demeure favorable aux programmes généralistes, avec 37,5 % contre 35,5 % aux programmes musicaux nationaux du lundi au vendredi. Sur les cibles se dégagent quelques points de divergence. La radio est toujours un média plutôt masculin, avec une audience cumulée de 87,9 % sur la cible homme du lundi au vendredi. Le même indicateur donne un résultat de 79,4 % pour les femmes. Les CSP + et les 15-34 ans sont les cibles à l'audience cumulée la plus élevée, à 91,5 % et 89,0 %. Ce sont les 35-49 ans qui ont, en revanche, la durée d'audience par auditeur la plus forte, avec 201 minutes durant la semaine. Globalement, les auditeurs ont tendance à être très fidèles aux mêmes stations. En moyenne, ils écoutent 1,7 station quotidiennement. 51,8 % d'entre eux n'en écoutent qu'une seule, 31,4 % seulement 2 et ils ne sont que 4,8 % à écouter 4 stations ou plus. Ce sont les 20-24 ans qui ont la consommation radio la plus zapping. Ils écoutent en moyenne 2 stations par jour et 10,5 % d'entre eux en écoutent 4 ou plus. A l'opposé, les plus de 65 ans sont les auditeurs les plus fidèles à leur radio préférée. Ils sont 65,6 % à n'écouter qu'une seule station dans la journée et seulement 2 % à se brancher sur plus de 4 stations.

Philippe Chesnaud

La radio accumule l'audience

La radio accumule l'audience

La radio accumule l'audience La radio accumule l'audience

Le dernier cru de l'étude 75 000 Radio montre une progression du média dans son ensemble. Les généralistes obtiennent en particulier des résultats [...]

Expérience client : le retard du BtoB

Expérience client : le retard du BtoB

Expérience client : le retard du BtoB

Plus de 75% des entreprises BtoB sont encore en phase d'exploration ou de déploiement dans leur processus d'expérience client... Découvrez dans [...]

"Que sais-je ?" prend de la hauteur

"Que sais-je ?" prend de la hauteur

"Que sais-je ?" prend de la hauteur

Du haut de ses 75 ans, la marque iconique des éditions P.U.F. se veut en prise avec son époque. Avec l'agence le fil, la marque lance une opération [...]

Revolution@Work !

Revolution@Work !

Revolution@Work !

Cet événement rassemblera tous les innovateurs du monde du travail. Pendant deux jours, des acteurs du monde entier - dirigeants d'entreprises, [...]

Les Français, fans de jeux marketing

Les Français, fans de jeux marketing

Les Français, fans de jeux marketing

Selon une étude Actiplay, 75% des joueurs français de jeux marketing sont des hyper consommateurs, qui jouent surtout le soir et chez eux.

8 campagnes de pub impactantes

8 campagnes de pub impactantes

8 campagnes de pub impactantes

Le burger de la paix de Burger King, un bus d'écoliers envoyé sur Mars... Retour sur les campagnes des Cannes Lions les plus marquantes, analysées [...]