Recherche

Qui succédera à Laurent Foisset (118 218 Le Numéro) ?

Publié par le

Dans le cadre de ses 4es Trophées, Marketing Magazine organise l'élection de L'Homme Marketing de l'Année 2008. Lecteurs du magazine et professionnels sont appelés à choisir parmi les dix personnalités, sélectionnées par la rédaction, celle dont la stratégie marketing leur apparaît comme la plus exemplaire.

  • Imprimer

Pour cette quatrième élection de l'Homme Marketing de l'Année, la rédaction de Marketing Magazine a recherché des entreprises et des managers dont la stratégie marketing a été particulièrement remarquée l'an passé. Et ce, quel que soit le secteur d'activité. Succès dans un domaine déterminé, mise sur le marché de produits ou services innovants et aux résultats prouvés, réussite d'un relancement, amélioration substantielle de l'image de marque, originalité et pertinence d'une politique de communication... sont autant de facteurs qui sont entrés en ligne de compte dans la sélection des dix personnalités soumises à la fois au vote des lecteurs et à celui de plusieurs milliers de professionnels via un sondage réalisé par TNS Sofres.

Dans les pages qui suivent, une présentation synthétique des éléments les plus marquants et récents concernant leur entreprise et un résumé de leur parcours professionnel vous aideront à faire votre choix.

Résultats mi-mai prochain, dans le cadre de la soirée des 4es Trophées Marketing Magazine et dans notre numéro 123 de juin 2008.

Les 4es Trophées Marketing Magazine

Créés en 2005 à l'occasion des dix ans du titre, les Trophées Marketing Magazine réunissent l'Homme Marketing de l'Année et les Trophées de l'Innovation Marketing, destinés à récompenser les démarches les plus innovantes, appliquées à plusieurs éléments-clés du mix. Six catégories sont ouvertes : Études, Design, Créativité Médias, Marketing opérationnel et événementiel, Marketing relationnel et Stratégie de communication. Ces Trophées sont ouverts à tous les partenaires des entreprises (instituts d'études, agences conseils, agences médias, médias...), ayant conçu et mis en œuvre des réalisations innovantes, entre le ier janvier 2007 et le 29 février 2008.
Pour en savoir plus :
www.Trophees-MarketingMagazine.com

7. Jean-François Pascal Directeur marketing de Beiersdorf France

7. Jean-François Pascal Directeur marketing de Beiersdorf France

Les 10 personnalités en lice

1. Jonathan Benassaya Cofondateur de Deezer

1. Jonathan Benassaya Cofondateur de Deezer

2. Axel Bernia Directeur général de Smartbox

2. Axel Bernia Directeur général de Smartbox

3. Joachim Boltz Directeur général délégué d'Henkel France dg de la branche Détergents

3. Joachim Boltz Directeur général délégué d'Henkel France dg de la branche Détergents

4. Véronique Bourez Directrice marketing de Coca-Cola France

4. Véronique Bourez Directrice marketing de Coca-Cola France

5. Morald Chibout Directeur marketing d'EDF

5. Morald Chibout Directeur marketing d'EDF

6. Natacha Dzikowski Directrice de l'image de Sephora

6. Natacha Dzikowski Directrice de l'image de Sephora

8. Sébastien Perrais Directeur du marketing de la marque Fiat France

8. Sébastien Perrais Directeur du marketing de la marque Fiat France

9. Christian Pimont Président de Celio

9. Christian Pimont Président de Celio

Jonathan Benassaya, la musique dans la peau (Cofondateur de Deezer)

Sur le marché de la musique, 2007 aura été l'année du streaming. Sur le plan marketing, elle aura été celle du communautaire. « Chapeau ! » donc pour Deezer, site de téléchargement légal et gratuit de musique en ligne, qui a su habilement mixer ces deux tendances... Les débuts ont certes été chaotiques, mais le concept, porteur, a finalement su trouver son public et son modèle économique. Car le portail, qui réunit aujourd'hui 3,6 millions de visiteurs uniques et 1,6 million de membres, a d'abord fonctionné dans l'illégalité sous le nom de Blogmusik. Fermé sous la pression de la Sacem en janvier 2007, il renaît de ses cendres quelques mois plus tard grâce à la signature de partenariats avec une partie de l'industrie musicale (de nombreux labels indépendants et une grande partie des majors) et un financement par la publicité. 2008 devrait être l'année du développement pour Deezer. Un développement géographique avec l'ouverture de sites en Allemagne, au Royaume-Uni et même aux États-Unis. Une évolution également marketing, puisque de nouvelles offres, conçues par une équipe marketing vont voir le jour : forfaits de téléchargement, découverte de nouveaux talents, événements musicaux avec les labels ou encore partenariats avec des fabricants de mobiles ou de lecteurs audio... Avec toujours un même mot d'ordre: « écouter le consommateur ». B. H.

Parcours

- Le CEO et cofondateur de Deezer est un jeune entrepreneur de 27 ans. Diplômé de l'Ensam (École supérieure d'Arts et Métiers) et de l'Essec, Jonathan Benassaya commence sa carrière dans la banque d'affaires. Finalement peu à l'aise dans l'univers des fusions acquisitions, il fonde, en 2005, Connect'in Advertising (devenu Magicparty en 2006), une société de vente d'espaces publicitaires sur jeux vidéo revendue un an plus tard à son partenaire chinois. Avec Daniel Marhely (Lovelee.com), il développe alors le site d'écoute de musique en ligne Blogmusik, qui devient, en août 2007, Deezer.com.

Axel Bernia, rendre le loisir accessible à tous (Directeur gênerai de Smartbox)

Définitivement, l'homme contemporain recherche une échappatoire dans une quête de l'émotion sous toutes ses formes. Axel Bernia, qui a rejoint Weeken desk en 2005, l'a bien compris. Lancée en 2003, la société dispose aujourd'hui de 25 coffrets-cadeaux différents, dans des univers aussi variés que l'aventure (activités d'extérieur, sports mécaniques, sports d'air), le bien-être (spas, etc.), la gastronomie, la découverte (loisirs créatifs, dégustations) ou le séjour. Un concept devenu à la fois une solution de cadeau et un vrai succès marketing auprès des consommateurs. Après les chèques et les cartes-cadeaux, la petite boîte cartonnée de Weeken desk (baptisée aujourd'hui Smartbox) colle en effet aux désirs de rêves. « Nous avons noté une demande croissante pour la consommation de loisirs. L'idée est de se mettre en valeur par ce que l'on fait et à travers ses loisirs », note Axel Bernia. Avant d illustrer : « Il faut désormais vivre avant les autres une expérience, faire quelque chose que personne n'a fait. » Preuve, s'il en fallait, du succès de Smartbox : de trois collaborateurs à sa création, la société est passée à 170. Cette jeune entreprise française exporte désormais son concept, dupliqué dans plus de 12 pays, à l'international.A. E.

Parcours

- Diplômé d'HEC en 2001, Axel Bernia a commencé sa carrière comme consultant chez McKinsey, cabinet de conseil en stratégie. Pendant trois ans, il répond aux problématiques de croissance et de développement de grosses structures. Il accompagne ensuite le lancement d'iDTGV (filiale de la SNCF) en tant que responsable des ventes. En 2005, Axel Bernia rejoint Weeken desk (ancien nom de Smartbox), tout d'abord pour lancer une nouvelle activité : une agence de voyages en ligne spécialisée dans les courts séjours à thème en France. Il occupe cette fonction pendant un an avant de se voir confier la direction générale de l'activité coffrets-cadeaux en août 2006. Il dirige aujourd'hui Smartbox en France et à l'international et définit les plans d'action pour imposer le concept des coffrets-cadeaux sur ces marchés.

Joachim Bolz redonne du peps au rayon corvée (Directeur général délégué de Henkel France, directeur général de la branche Détergents)

Mettre des formes et de la couleur dans le rayon détergents n'était pas un pari facile. Et pourtant, chez Henkel, l'introduction d'un design plus fantaisie dans un rayon plutôt austère est devenu un réflexe. Car, pour le groupe, le design est désormais un facteur de choix. D'abord avec le lancement, en 2006, de Dégraiss'Boy, le liquide vaisselle arborant un flacon vert pomme ou rose framboise en forme de bonhomme souriant. Puis, de la lessive liquide. Le Chat, sur l'une de ses références, qui ainsi muée en un flacon en forme de personnage où les bras servent d'anse et de versoir, la tête étant représentée par la boule à remplir et à mettre dans la machine. Même les blocs pour toilettes, dessinés par Alessi, à la forme de Kayak, ont eu droit à un relooking. Bref, Henkel a créé des produits qui changent la gestuelle et rentrent dans l'imaginaire des consommateurs. De quoi redonner du peps au rayon corvée.A. E.

Parcours

- Joachim Bolz, 43 ans, est directeur général délégué de Henkel France et directeur général de la branche Détergents. Diplômé d'un MBA et d'un doctorat en sciences économiques, et après cinq ans d'enseignement et de consulting en marketing et management, il entre chez Henkel Allemagne, puis intègre Henkel France dès 1994. A la suite de la création de l'entité Henkel en Tunisie, il devient le premier directeur général de Henkel Alki. il lance la filiale et introduit la gamme cosmétique sur le marché tunisien. Fort de ce succès, il rejoint la maison mère de Düsseldorf comme directeur international de la branche Détergents. En 2001, Joachim Bolz décide d'intégrer le groupe Bertelsmann, en tant que directeur général de France Loisirs. Enrichi de cette nouvelle aventure, il rejoint Henkel en janvier 2005. Joachim Bolz est membre du comité exécutif Europe de la branche Détergents et du comité de direction de Henkel France.

Véronique Bourez, zéro contrainte (Directrice marketing de Coca-Cola France)

Après le lancement mitigé, en 2006, de Coca-Cola Blak, au goût de café, la firme d'Atlanta a poursuivi sa course à la nouveauté. En 2007, elle commercialise sur le marché français Coca-Cola Zéro, six mois après sa sortie au Royaume-Uni. « Le plus gros lancement de la marque depuis 20 ans», selon Véronique Bourez, est cette fois-ci une réussite. La nouvelle boisson s'arroge en effet, au bout d'un an, une part de marché de 4 % en France. Elle a ainsi contribué à la moitié de la croissance totale des ventes k du groupe dans l'Hexagone ! Le Coca Zéro a donc reçu un très bon accueil, dû principalement à son positionnement sur le segment des boissons allégées. D'une valeur énergétique quasi nulle, de l'ordre de 0,3 kcal/100 ml, il est dédié aux hommes entre 16 et 24 ans souhaitant diminuer leur consommation de sucres et de calories, sans pour autant renoncer au goût du Coca-Cola Classic. Sans sucres simples donc, la nouvelle boisson de la multinationale se décrit comme ayant le goût du Coca-Cola avec zéro sucres. Coca a également su exploiter habilement le filon du gender marketing. En effet, quand Pepsi a lancé un Pepsi Light, ultra féminin, Coca a positionné son Coca Zéro sur les jeunes “mâles”. La boisson a donc adopté un look résolument masculin avec un packaging noir, se différenciant ainsi du Coca-Cola Light, plutôt destiné aux femmes. Le lancement de Coca Zéro a par ailleurs fait l'objet d'une campagne décalée. Pour cibler les jeunes urbains, la marque a choisi le street marketing, les partenariats - notamment avec Citadium -, les enseignes de jeux vidéo, l'affichage, sans oublier le média privilégié des jeunes : le Web. A. C.

Parcours

- Véronique Bourez a débuté sa carrière chez Danone, tout d'abord pour Kronenbourg puis, pendant sept, ans au secteur des eaux. Elle occupe ensuite des fonctions transversales au sein du groupe sur des projets de croissance interne, avant de passer quatre ans dans le secteur des biscuits, puis de devenir directrice marketing internationale (pôle Europe et Amérique du Sud). C'est en 2005 qu'elle entre chez Coca-Cola France, au poste de directrice marketing sur l'ensemble du portefeuille des marques (Coca-Cola, Fanta, Sprite, Burn, Minute Maid, Powerade, Nestea et Chaudfontaine).

Morald Chibout, de l'énergie à revendre (Directeur marketing d'EDF);

Alors que le secteur de l'électricité a connu un véritable big bang avec l'ouverture du marché des particuliers à la concurrence le 1er juillet dernier, l'opérateur historique, EDF, a su amorcer le virage avec brio. L'entreprise a préparé l'échéance en amont, en faisant évoluer son organisation, ses processus et sa gamme d'offres « avec l'ambition d être la référence sur le marché de l'énergie et du bien être dans l'habitat», ainsi qu'en soignant sa relation client. Au début de l'année, le site internet, au cœur de la stratégie multicanal d'EDF, a donc été complètement refondu et propose désormais une partie marchande. Mais c'est surtout au mois de septembre qu'EDF a frappé un grand coup en créant la marque «Bleu ciel», destinée uniquement aux particuliers. Une offre lancée avec force buzz et placée sous le signe de l'écologie, qui illustre, selon l'entreprise, «les choix industriels et environnementaux d'EDF pour contribuer à la vente d'énergie et de service à la réduction des émissions de CO2 et à la lutte contre le changement climatique». Six mois après son lancement, la marque enregistre déjà un taux de notoriété assistée de 42 %. Résultat : après plus de 60 ans de monopole électrique et gazier, EDF a su retenir ses clients malgré la nouvelle pression concurrentielle. Sur les 28 millions de clients concernés, seuls 35000 se sont désabonnés d'EDF pour s'alimenter auprès d'autres fournisseurs.B. H.

Parcours

- Débutant dans la branche grand public de France Télécom puis de Wanadoo et de Club Internet, Morald Chibout s'est tourné vers le secteur énergétique en 2004, en prenant la tête de la direction marketing grand public d'EDF. Parallèlement, ce second d'une famille de douze enfants, dont les parents sont algériens, est aussi membre du conseil d'administration du Club XXIe siècle qui promeut la diversité dans le milieu professionnel. L'an dernier, il a également décidé de transmettre sa vision de la discipline à travers un petit livre percutant et pédagogique, Le marketing expliqué à ma mère.

Natacha Dzikowski, une pépite au pays de la beauté (Directrice de l'image de Sephora)

Filiale du groupe LVMH, l'enseigne Sephora grignote petit à petit des parts de marché au leader du secteur. Il faut dire qu'elle a su se démarquer de ses concurrents, en proposant notamment des produits exclusifs et des services qualitatifs innovants. Les marques en France. Un chiffre qui prouve que l'enseigne sait découvrir les soins qui plaisent. Une autre de ses forces réside dans sa marque propre qu'elle a développée depuis 1995. Du maquillage aux produits de bain, la ligne Sephora compte pas moins de 1600 références, dont 365 couleurs de rouge à lèvres! Le succès de cette ligne spécifique a été assuré par une équipe dédiée. Sephora a également su multiplier les prestations dans ses magasins. À l'instar des beauty bars donnant soins et conseils beauté, des beauty menus apportant des conseils en diététique ou encore des bars à sourcils ou à coiffage. L'enseigne a même été jusqu'à ouvrir Le Studio, un espace urbain épuré inspiré des lounges beauté new-yorkais, composé notamment d'un bar à ongles et d'un bar à maquillage. Le tout sur une ambiance musicale spécialement créée par Béatrice Ardisson. Sephora sait en outre créer la surprise avec ses lignes éphémères, tel son partenariat l'hiver dernier avec Ladurée pour des produits cosmétiques gourmands.A. C.

Parcours

- Diplômée de l'IEP Paris et titulaire d'une licence de sciences économiques, Natacha Dzikowski a débuté sa carrière chez Saatchi &Saatchi Advertising avant d'occuper la direction de la publicité du magazine Elle, puis de fonder le label Planète Femme pour Interdeco. En 1996, elle rejoint Publicis Conseil en tant que manager associé et gère des marques comme Lancôme, Dim ou encore Façonnable et crée le laboratoire de prospective international NBT Report pour Publicis. En 2002, elle devient directrice générale de BETC Euro RSCG. Puis, en 2003, elle revient chez Publicis et crée avec Bernard Guillon, l'agence 133. C'est en 2007 qu'elle rejoint Sephora où elle gère l'identité internationale de l'enseigne et de la marque.

Jean-François Pascal décoiffe au rayon capillaire (Directeur marketing de Beiersdorf France)

S'attaquer au marché des shampoings en France n'était pas gagné d'avance. Sur une catégorie dominée par le géant L'Oréal, le pari était, en effet, risqué. Et pourtant, après quatre années de travail, Nivea est revenu sur le marché français fin 2007 avec pas moins de dix-neuf références pour dix types de cheveux différents, dont un antipelliculaire dédié aux hommes. L'ambition est clairement affichée: couvrir 80% des besoins. Un véritable challenge pour la célèbre marque, présente en France depuis 1930, puisque le marché du capillaire est morose depuis quatre ans, ayant baissé par exemple de 2,8% en 2006. D'autant que le créneau est déjà très occupé. Par L'Oréal, bien sûr, mais aussi Procter & Gamble, Unilever ou Dessange. Mais Nivea a parié sur ses marques fortes et son expertise de la beauté. D'ailleurs, hasard du calendrier, une campagne d'envergure a été lancée au moment même où Nivea fait son entrée sur le marché du soin capillaire, sous la signature «La beauté est Nivea». Cette campagne affiche que la marque dépasse le soin et s'ancre dans l'univers de la beauté. En ce qui concerne les shampoings, la marque vise 5% de part de marché en valeur dès 2008 dans le pays, entrant ainsi dans le Top 6 des marques les plus vendues. L'audacieux directeur du marketing de la filiale française espère même que l'objectif sera dépassé.A. E.

Parcours

- Directeur marketing et responsable d'un portefeuille de marques multi (en food: Nivea, Hansaplast, Labello et en pharmacie: Eucerin, Elastoplast, Nobacter), Jean! François Pascal a effectué l'essentiel de sa carrière dans les produits hygiène-beauté. Diplômé de l'ESC Montpel lier en 1987, il débute au sein du groupe L'Oréal, puis rejoint le groupe Beiersdorf en 1995. D'abord chef de produit sur Hansaplast, Nivea Baby et Nivea Déodorant,il devient, en 1998, chef de groupe sur les marques hygiène. Jean-François Pascal part ensuite au Brésil où il est directeur marketing. Depuis 2004, il est directeur marketing de Beiersdorf France.

Sébastien Perrais roule pour la Fiat 500 (Directeur du marketing de la marque Fiat)

Avec 10000 commandes, la Fiat 500 était la voiture la plus en vogue de 2007. Elle le sera aussi cette année. Plébiscitée par les médias, encensée par la critique, la série limitée de 2007 est devenue un succès incontestable. Particularité du nouveau modèle, il n'y aura pas deux Fiat identiques, puisque la marque a choisi de proposer 73 combinaisons de couleurs entre l'extérieur, l intérieur et le tableau de bord, sans oublier le porte-clés personnalisable. De la jeune femme m urbaine au patron du CAC 40, tout le monde est donc sous le charme. Reste que, si la nouvelle Fiat 500 a conquis la France, c'est également grâce à un marketing musclé. Embauché pour lancer le modèle dans l'Hexagone, Sébastien Perrais a donc réussi sa mission. Car si le modèle est certes international, c'est grâce à cet expert du marketing automobile que la mat a été lancée en France avant d'autres pays européens. «Nous avons convaincu notre maison mère en Italie de commercialiser le modèle en France grâce au plan de lancement que nous avons proposé», se targue ce dernier. Et pour cause, après un lancement international à Turin, la direction marketing a opté pour un partenariat avec TF1 Publicité, comprenant notamment un teasing, une diffusion des meilleurs moments du spectacle et des spots de 90 secondes quasiment en direct depuis l'étranger. Cette approche originale a permis à la mythique Fiat 500 de ressusciter dans l'Hexagone avant d'autres pays, mais aussi de remporter tous les suffrages des nostalgiques du pot de yaourt.A. E.

Parcours

- Sébastien Perrais a fait toute sa carrière dans le secteur! de l'automobile. Diplômé de l'ESC de Toulouse, il entre! chez Ford en 1994 pour les marchés français et allemand! puis pour l'Europe, notamment aux fonctions de chef de! région et de responsable développement produit.! En 2000, il devient responsable produit Mercedes, puis! directeur du marketing pour les marques Chrysler, Jeep! et Dodge. Depuis le 12 décembre 2006, Sébastien Perrais! est directeur du marketing de la marque Fiat au sein de! Fiat France.

Christian Pimont, la mode décontractée et stylée à la fois (Président de Celio)

Depuis sa création, Celio a toujours su innover. Tout d'abord en implantant la mode sportswear en Europe dans les années quatre-vingt, puis en se lançant sur le casual début 2000. Plus récemment encore, après avoir relooké ses magasins en 2006, Celio s'est véritablement affirmé en 2007 en tant que nouveau concept de magasins pour les jeunes urbains, baptisé Celio Club, concept qui entend proposer une collection «ville de qualité, chic et innovante», à des prix accessibles. Aujourd'hui, Celio compte pas moins de 560 magasins répartis dans 40 pays, auxquels il faut dorénavant ajouter les 40 nouveaux magasins Celio Club présents en France. Pas étonnant, donc, qu'un Français sur deux porte des vêtements de la marque! D'autant que l'enseigne, devenue leader du prêt-à-porter masculin, a également fait parler d'elle cette année avec ses «Shoppen Boys«. Loin des physiques de mannequins, et vêtus d'un simple caleçon rouge, ils aidaient les femmes venues sans leur mari à acheter des vêtements pour leur conjoint! Une initiative pleine d'humour en magasin. Autres initiatives également remarquables: le lancement d'une ligne bio et celui de l'opération «Venez shopper», mixant shopping et rencontres amoureuses. Et l'enseigne ne compte pas s'arrêter là. Elle s'est fixé comme objectif d'atteindre près d'un millier de magasins en 2010, notamment grâce à son développement à l'international.A. C.

Parcours

- Diplômé de l'Ecole supérieure de commerce Le Havre-Caen en 1971, Christian Pimont devient directeur commercial puis directeur général adjoint du Printemps, de 1991 à 1994. Il est ensuite président-directeur général de Prisunic de 1994 à 1997, date à laquelle il devient directeur général de Monoprix. En 2001, il rejoint WMK au poste de directeur général, puis devient directeur général de Celio. Enfin, en 2004, il est nommé président du directoire du groupe MLSA (Celio et Jennyfer).

Jean-François Poyauroule pour Vélib'(Délégué général à la communication de la Ville de Paris)

C'est l'un des gros succès marketing de 2007. Et pourtant, il n'a pas été mis en place par une entreprise. Ou du moins pas seulement. Avec près de 14 millions de locations fin janvier et 170000 abonnements à l'année, le Vélib' a su s'imposer en quelques mois dans la vie des Parisiens et acquérir une notoriété mondiale. «Je crois que toutes les télévisions du monde nous ont contactés...», sourit Jean-François Poyau. L'idée de départ correspondait à un véritable besoin. La communication, massive mais simple, tant dans le choix des supports que du message, a été particulièrement efficace. Résultat, Vélib' est devenue la marque à la mode, celle que les inventeurs de produits pour vélos, les magazines, les marques ou les ONG s'arrachent. Chacun voulant profiter de son incroyable capital sympathie ou de son potentiel publicitaire. «Il y a un véritable engouement autour de la marque Vélib', souligne Jean-François Poyau. Nous réfléchissons aux produits dérivés et acceptons, éventuellement, de prêter notre nom aux produits (type plans) qui ont un lien avec le Vélib' et la philosophie que la marque sous-tend, notamment en termes de liberté, de service et de citoyenneté.» Le délégué général à la communication ne veut cependant pas que Vélib' devienne un support publicitaire ou une marque purement mercantile. Le succès, en tout cas, est tel, que la gamme devrait s'enrichir de l'Auto lib'en 2009.B. H.

Parcours

- Délègue gênerai a la communication de la Ville de Paris depuis 2001, Jean-François Poyau a fait l'essentiel de sa carrière dans la communication institutionnelle. Diplômé de Sciences Po Paris en 1981, il a débuté sa carrière à l'Ambassade de France en Guinée, puis rejoint la sous-direction des affaires économiques et financières du ministère de l'Industrie. Il passe ensuite à la direction de la communication du ministère de l'Industrie et de l'Aménagement du territoire. En 1993, il devient directeur de la communication au ministère de l'Industrie, des Postes et Télécommunications puis, en 1998, de la communauté urbaine de Lyon.

REGLEMENT DE L'ELECTION DE L'HOMME MARKETING DE L'ANNEE

- ARTICLE 1
Contexte
Marketing Magazine organise un événement intitulé «L'Election de l'Homme Marketing de l'Année».
- ARTICLE 2
Principe
Le principe est de déterminer les trois dirigeants dont la stratégie et l'action marketing ont fait l'émergence ou la réussite d'une marque.
- ARTICLE 3
Méthodologie
Le classement des trois personnalités se fera de la manière suivante:
Vote des lecteurs
Les lecteurs pourront voter soit avec le bulletin de vote figurant dans le magazine, soit avec le bulletin de vote en ligne.
Sondage
Parallèlement aux votes des lecteurs, un sondage sera réalisé par TNS Sofres auprès d'un large échantillon de professionnels.
Classement final
Les personnalités se verront attribuer cinq points pour ceux cités en n° 1, trois points pour ceux cités en n° 2 et un point pour ceux cités en n° 3. Le vainqueur sera celui qui aura obtenu le plus grand nombre de points.
En cas d'ex-aequo, le vainqueur sera celui qui aura été cité le plus grand nombre de fois en n°1 dans le sondage.
- ARTICLE 4
Résultats
Le classement sera dévoilé au cours de la soirée des «Trophées Marketing Magazine» qui se tiendra en mai 2008, à Paris.

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS

- ARTICLE 1
Contexte
Marketing Magazine organise un jeu-concours lié à «L'Election de l'Homme Marketing de l'Année».
- ARTICLE 2
Principe
Le principe du jeu-concours est de voter, parmi dix dirigeants sélectionnés, pour les trois dont la stratégie et l'action marketing ont fait l'émergence ou la réussite d'une marque.
- ARTICLE 3
Durée
Le concours se déroulera du 19 février 2008 au 6 mai 2008, date limite de réception des bulletins de vote, le cachet de La Poste faisant foi. Toutefois, si les circonstances l'exigent, Marketing Magazine se réserve le droit d'interrompre, de modifier, de reporter ou d'annuler cette opération ainsi que les modalités afférentes, sans que sa responsabilité ne puisse être engagée.
ARTICLE 4
Modalités de participation
Les participants
La participation est réservée exclusivement aux abonnés de Marketing Magazine, ainsi qu'aux lecteurs non abonnés, sous réserve que ces derniers exercent une fonction de management marketing (chef d'entreprise, directeur marketing, directeur de la communication, directeur commercial, etc.). Ne peuvent prendre part au vote les collaborateurs des sociétés (mère ou filiale) des personnalités nominées.
Le principe
Pour effectuer leur vote, les lecteurs devront utiliser le bulletin de vote figurant dans Marketing Magazine n° 120 de mars 2008. Ils pourront également voter en ligne depuis le site www.trophees-marketingmagazine.com. Un seul vote par personne sera admis.
Les bulletins devront être retournés à:
Editialis, Marketing Magazine, Election de l'Homme Marketing de l'Année 13 rue Louis-Pasteur 92513 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX
ARTICLE 5
Remise du prix
Le votant ayant donné le classement final dans l'ordre sera déclaré vainqueur du concours et se verra offrir le prix, au cours de la soirée des «Trophées Marketing Magazine» qui se tiendra en mai 2008, à Paris. En cas d'ex-aequo, il sera procédé à un tirage au sort.
ARTICLE 6
Nature du prix
Le gagnant du concours se verra attribuer un séjour de 3 nuits à l'hôtel Europe, 5 étoiles, situé à Killarney (Irlande) pour deux personnes ainsi que deux allers-retours Paris/Cork. Le séjour sera à effectuer dans les conditions prévues par Killarney Hotels Ltd et l'Office du tourisme d'Irlande
ARTICLE 7
Acceptation
Le fait de participer à la présente opération implique l'acceptation du règlement dans toutes ses conditions et la renonciation à tous recours contre cette opération, ces modalités d'exécution et les organisateurs.
Marketing Magazine se réserve le droit de remplacer le prix par un autre cadeau du même type.

[Timeline] Découvrez 20 ans de marketing

[Timeline] Découvrez 20 ans de marketing

[Timeline] Découvrez 20 ans de marketing [Timeline] Découvrez 20 ans de marketing

Découvrez les grandes dates de l'univers marketing et des médias qui ont marqué ces vingt dernières années, du lancement de Marketing Magazine [...]

20 ans de publicité vus par Fabienne Mallat (Hanes)

20 ans de publicité vus par Fabienne Mallat (Hanes)

20 ans de publicité vus par Fabienne Mallat (Hanes)

A l'occasion des 20 ans de Marketing Magazine, ceux qui font chaque jour la publicité (agences, annonceurs et réseaux sociaux) nous ont livrés [...]