Recherche

Presse informatique : l'enjeu grand public

Publié par le

Dates de lancement proches, cibles identiques, prix attractifs, mêmes objectifs de diffusion, paginations et budgets promotionnels équivalents, Computer plus et Micro hebdo entrent en concurrence sur la cible grand public.

  • Imprimer


Edité par le groupe Amaury en collaboration avec Axel Springer, Computer plus est fortement inspiré du magazine allemand Computer bild. Diffusé à 900 000 exemplaires, il a fait son apparition dans les kiosques le 14 mai. Il s'agit de la première incursion du groupe éditeur de l'Equipe et du Parisien dans la presse informatique. « Nous pensons qu'il existe un marché et le lancement de ce magazine rentre dans la volonté de diversification du groupe », explique Eric Herteloup, directeur général adjoint marketing-commercial de l'Equipe. La cible lecteurs est constituée de jeunes CSP+, désireux de s'équiper en informatique sans être des spécialistes. Paraissant un jeudi sur deux, au prix de 12 francs, et comptant entre 80 et 100 pages, Computer plus garantit une diffusion minimale de 150 000 exemplaires aux annonceurs. Micro hebdo, sorti le 13 avril dernier, paraît, lui, tous les jeudis, avec un objectif de diffusion identique à son concurrent. A la différence de Computer plus, Micro hebdo (8,50 F) est édité par un groupe spécialisé dans la presse informatique. Pour le groupe Tests (01 Informatique, L'Ordinateur individuel ), l'objectif est d'offrir un support destiné à accompagner le public dans ses choix, alors que la micro-informatique tend à devenir un marché de masse. Rubriques pratiques et bancs d'essais sont au sommaire des deux magazines sous un aspect très consumériste. Bénéficiant d'un budget proche de 50 MF, les campagnes de communication de Micro hebdo et Computer plus, réalisées respectivement par Alliance et Louis XIV, se déclinent en presse, affichage et radio. Reste à savoir si la coexistence de deux titres informatiques grand public, dans un secteur déjà abondamment fourni, est possible. « Le meilleur gagnera au kiosque », conclut Eric Herteloup.

P.C