Premium vs low cost

Publié par le

Régino Eveno Rédactrice en chef

@ Arnaud Olzsac

Régino Eveno Rédactrice en chef

L'un a choisi le low cost (Dacia), l'autre le premium (avec la nouvelle ligne DS) . Que les deux constructeurs français, Renault et PSA, divergent dans leur stratégie n'a rien d'étonnant. Mais cette dichotomie est symptomatique d'une tendance de fond. Dans la période de crise actuelle, alors que les consommateurs français craignent pour leur pouvoir d'achat, le très haut de gamme et son opposé, les produits à petits prix, sont les deux segments gagnants. Les voitures chères (de 80000 à 200000 euros), les produits de luxe et les croisières (malgré l'effet Costa) se vendent comme des petits pains. Côté low cost, c'est également l'euphorie. Il suffit de voir le succès remporté par Free dans la téléphonie mobile (voir p. 30) . Ou encore le lancement par Tati d'une assurance en ligne «fair cost» avec MetLife. Même les pétroliers se mettent au discount, comme Total, avec son concept Access. A l'inverse, le milieu de gamme souffre et voit sa part de marché se réduire comme peau de chagrin. Ce phénomène n'est certes pas nouveau. Il est connu par les étudiants en marketing sous la forme du fameux sablier (cette image traduisant bien le creux formé par le milieu de gamme dans le mix produit) . Mais il se radicalise. Pour la simple et bonne raison que ces «Français moyens», qui forment l'ossature de l'économie françaiseSelon les définitions (par niveau de revenus, par catégorie socioprofessionnelle, par ressenti) les classes moyennes représentent 30 % à 80 % de la population française., se paupérisent, nous disent les économistes comme Nicolas Bouzou, auteur du Chagrin des classes moyennes. Et surtout, ils vivent mal ce sentiment de déclassement. Face à ce phénomène, qui pèse sur l'ensemble de la consommation, les directeurs marketing réagissent. Et s'orientent vers les deux bouts de la chaîne: le premium et le low cost. Avec, in fine, le même souci: celui de mieux valoriser le client. Il y a fort à parier que cette bipolarisation génère des innovations, dans les services notamment. En tout cas, les paris sont ouverts.

Autres articles

Les 10 idées marketing (11-15 décembre)
Veille
Les 10 idées marketing (11-15 décembre) Les 10 idées marketing (11-15 décembre)

Les 10 idées marketing (11-15 décembre)

Par Clément Fages

Au programme des 10 idées marketing de la semaine: les leçons à tirer des principaux bad buzz de 2017, les initiatives de l'ARPP, isilines, [...]

M6 Publicité affine son offre de publicité adressée
Média
M6 Publicité affine son offre de publicité adressée

M6 Publicité affine son offre de publicité adressée

Par Eloïse COHEN

Le 29 novembre, M6 Publicité a déployé une substitution de spot TV sur des téléviseurs connectés. C'est Décathlon qui s'est prêté au jeu avec [...]

Havas Paris, cap sur le conseil
Agences
Havas Paris, cap sur le conseil

Havas Paris, cap sur le conseil

Par Mégane Gensous

L'agence du groupe Havas repense son organisation en 2018 pour capitaliser sur sa valeur ajoutée, le conseil, tout en bénéficiant des différentes [...]

Comment optimiser l'efficacité de ses posts à Noël?
Social media
Comment optimiser l'efficacité de ses posts à Noël?

Comment optimiser l'efficacité de ses posts à Noël?

Par Eloïse COHEN

Le nombre d'interactions sur Facebook et Instagram est, la semaine suivant Noël, au plus bas. Et ce, malgré une hausse de 40% de la production. [...]

FollowAnalytics lève 11 millions de dollars
Cross canal
FollowAnalytics lève 11 millions de dollars

FollowAnalytics lève 11 millions de dollars

Par La rédaction

FollowAnalytics lève 11 millions de dollars auprès d'Orange Digital Ventures. Et ce afin de financer le lancement d'un nouveau produit, d'accroître [...]