Pleine Vie vise le million d'exemplaires

Publié par le

Deux nouveaux magazines en projet, le premier consacré à la danse et aux chansons, le second au jardinage. Lancement d'une collection de guides pratiques et d'une collection de hors-série. Le tout devant voir le jour dans les douze mois à venir. Fortes du succès de Pleine Vie, les Editions Taitbout se battent sur tous les fronts.

  • Imprimer


Deux ans après la mue du Temps Retrouvé en Pleine Vie, la satisfaction est de mise aux Editions Taitbout. En février, le mensuel passait le cap des 970 000 exemplaires payés (source éditeur). En 1998, Pleine Vie aura réalisé un OJD, diffusion payée, de 825 000 exemplaires (source Diffusion Contrôle). « Pleine vie a réussi son pari. Sans créer une nouvelle famille de presse, le mensuel représente une alternative réelle, qui n'est plus une presse senior "classique" et qui n'est pas non plus un titre féminin comme on les connaît. Ces résultats confirment notre approche du marché qui, à la segmentation en termes d'âge, a préféré une segmentation des comportements », se réjouit Antoine Adam, P-dg des Editions Taitbout. De fait, avec une progression de plus de 50 % en quatre ans, Pleine Vie séduit un lectorat beaucoup plus large que celui du Temps Retrouvé. Ainsi, selon une étude réalisée par le département marketing des NMPP, plus de 80 % des acheteurs du titre en kiosque sont des femmes, 40 % d'entre elles ont moins de 55 ans et 20 % ont entre 40 et 50 ans.

Une formule enrichie


Pour soutenir cette dynamique, une nouvelle formule a été introduite dans le numéro daté de mars. Création d'un poster, lancement d'un cahier jardin, aménagement de rubriques, développement de l'actualité mais aussi un cahier juridique renforcé. « Le droit a longtemps été la chasse gardée de notre principal concurrent. Aujourd'hui, nous ne sommes plus dans le sillage de Notre Temps et nous pouvons donc ouvrir une brèche », note Anne de Poncins, rédactrice en chef du titre. Après avoir longtemps été à la remorque de Notre Temps, Pleine Vie comble son retard notamment en kiosque. « Depuis quatre mois, les ventes en kiosque dépassent les 100 000 exemplaires, ce qui nous donne le leadership sur la vente au numéro », précise Antoine Adam. Qui table pour 1999 sur une diffusion payée frôlant le million d'exemplaires. Un objectif soutenu par une campagne de communication plurimédias (budget 10 millions de francs en 1999) et par une politique de marketing direct soutenue.

RITA MAZZOLI

Autres articles

Les 5 règles pour gagner au jeu de l'omnicanal
Les 5 règles pour gagner au jeu de l'omnicanal Les 5 règles pour gagner au jeu de l'omnicanal

Les 5 règles pour gagner au jeu de l'omnicanal

Par

Comment les retailers peuvent ils integrer offre offline dans un modele de mesure de leur ROI alors que la digitalisation ne cesse de progresser [...]

Une cible 100% affinitaire garantie par TF1 Publicité
Une cible 100% affinitaire garantie par TF1 Publicité

Une cible 100% affinitaire garantie par TF1 Publicité

Par

est avec Universal Pictures que TF1 teste sa toute premiere campagne DMP en se basant sur ensemble des data collectees via la consommation [...]

Big Data Paris 2018 ouvre une 4e dimension
Big Data Paris 2018 ouvre une 4e dimension

Big Data Paris 2018 ouvre une 4e dimension

Par

Les 12 et 13 mars le Palais des Congres accueille Big Data Paris 100 speakers et 250 exposants reunis autour des thematiques et des enjeux toujours [...]

L'heure est au management bienveillant
L'heure est au management bienveillant

L'heure est au management bienveillant

Par

Crise chomage attentats 26 des salaries en France souffrent de stress chronique taux le plus eleve dEurope Causes invoquees manque de reconnaissance [...]