Recherche

Petites apparences et grandes conséquences

Publié par le

Ce n'est plus l'être qui a la cote mais le paraître. Cette dictature des apparences peut nous amener de graves déconvenues. Jean-François Amadieu, auteur du "Poids des apparences"*, explique pourquoi.

  • Imprimer

La reproduction sociale repose-t-elle surtout sur des critères d'apparence ?


Les considérations physiques jouent un rôle très important. La scolarité des enfants, l'accès à l'élite, le déroulement des carrières obéissent largement à ces motifs. L'apparence continue, particulièrement en France, à être tenue pour une préoccupation de chiffons, frivole. On ne s'est pas penché sur l'impact qu'elle avait sur la vie amoureuse. On ne s'est pas demandé sérieusement dans quelle mesure les salariés n'étaient pas recrutés et payés à la tête du client. On ne s'est guère efforcé de savoir si la sympathie ou le pouvoir de conviction d'un homme politique ne dépendait pas tout simplement de sa bonne mine. Les sociologues, les économistes ou les psychologues qui ont prêté attention à cette question sont rares. Dans les années 70, Pierre Bourdieu avait bien signalé que l'apparence constituait l'un des ingrédients de la reproduction sociale. Mais ce sont surtout les publications américaines qui, depuis trente ans, traitent de l'impact du physique sur notre vie sociale.

Pourquoi cherche-t-on à minimiser le rôle de l'apparence physique ?


Parce qu'en France, on aime penser que les hommes sont égaux en droit, que seule la raison nous guide, que, depuis la libéralisation des moeurs, on peut être naturel, spontané, différent. Ce cartésianisme de bon aloi recouvre, contrairement à ce que l'on prétend officiellement, la beauté. Et les apparences jouent un rôle décisif dans la vie scolaire, professionnelle, politique et amoureuse.

Que pensez-vous des nouvelles normes de l'apparence que nous proposent les émissions de "real TV" ?


C'est l'obéissance à une injonction normative. Ces individus aux profils délibérément racoleurs ont été choisis pour y satisfaire. Ils correspondent à des normes industrielles de beauté. Ils sont justes ni trop beaux ni trop laids. Ils reflètent ce qu'ils sont socialement. La simplification et la standardisation des looks font apparaître de nouvelles normes qui n'existaient pas quelques années auparavant. Mais je dirais que, malgré cette tendance à l'uniformisation, notre société produit plus encore de différenciation. Pensez, par exemple, aux vêtements masculins.

Mais les soins apportés à l'apparence ont un prix. Ils ne sont pas accessibles à l'ensemble de la population ?


Effectivement, l'investissement dans une chirurgie esthétique de qualité ne concerne que certains groupes sociaux. Mais, même si le jeu des apparences a toujours révélé des inégalités, aujourd'hui, les écarts se creusent. Pensez à l'accès aux soins dentaires ou au problème de l'obésité. Si les corps sont moins atteints, si l'attention au corps a progressé, ce progrès global excepte une partie de la population.

Les femmes sont-elles plus particulièrement handicapées socialement à cause de leur relation à la beauté ?


Effectivement, les femmes sont exposées à un déferlement d'images idéales et retouchées, qui leur présentent des corps de rêve (rires) incarnés par des mannequins souvent artificiellement remodelés. Les femmes sont convaincues, dès leur très jeune âge, que leur corps n'est pas satisfaisant. On sait que vers sept ans les petites filles ont, comme les garçons, une bonne opinion de leur physique. Mais leur jugement se détériore peu à peu alors qu'il reste à peu près le même chez les garçons jusqu'à l'âge adulte. Actuellement, 60 % des adolescentes se trouvent trop grosses et 20 % seulement sont satisfaites de leur corps. Et cette mauvaise opinion ne s'arrange pas avec le temps. Au contraire ! En France, 70 % des femmes se trouvent trop grosses alors que les hommes ne sont que 30 % à le penser. Cette auto-dépréciation est une souffrance. Elle attaque de front l'estime de soi, laquelle est capitale dans le bien-être, la réussite professionnelle, la vie amoureuse. Je pense d'ailleurs que cette fragilité induite depuis l'enfance joue un rôle important dans l'inégalité d'accès des femmes aux fonctions élevées.

Quels sont les critères de beauté qu'apprécient les femmes vis-à-vis des hommes ?


Les visages d'hommes qui recueillent le plus de suffrages sont ceux qui présentent une harmonie réussie entre traits masculins et traits féminins opposés aux stéréotypes de la virilité tels yeux larges, petit nez, lèvres charnues. Aujourd'hui, les femmes aiment les visages d'adolescents style Leonardo Di Caprio et apprécient, pour cette même raison, la faible pilosité, caractéristique enfantine ou féminine.

Peut-on dire que notre relation aux apparences nuit à la démocratie ?


Je pense que la tyrannie des apparences et la force des préjugés sont telles que le risque d'eugénisme est réel. Car l'apparence n'est pas seulement une construction sociale mais aussi une donnée déterminée génétiquement. La tentation existe dans notre société de mettre à l'écart ceux dont le physique n'est pas aux normes. Bien sûr, nous préférerions que ce soient les efforts et les mérites de chacun qui fixent l'obtention des diplômes, des embauches et du déroulement des carrières. Dans une démocratie, nous aimerions que les motivations individuelles permettent à tout le monde de s'en sortir. Nous nous doutons qu'il n'en est rien, car nous savons que l'un des régulateurs de la vie sociale, qui va décider de la réussite, de la fortune ou de la gloire, a un fondement arbitraire voire primitif.

Alors que faire ?


C'est en regardant en face cette source de discrimination que l'on peut élaborer des stratégies pour limiter l'emprise de l'apparence. Par exemple, les partisans du recrutement par entretiens et tests de la personnalité font le jeu d'une sélection injuste. L'entrée dans les entreprises fait appel à des méthodes qui donnent une place majeure à l'apparence quand ce n'est pas la graphologie, la numérologie, l'hématologie ou l'astrologie... Mais il faut savoir que si l'apparence est un produit social qui peut nous classer, nous promouvoir, nous ignorer ou nous exclure, elle peut aussi nous permettre de bousculer l'ordre établi. Pierre Bourdieu avait justement signalé cette propriété particulière de notre corps qui, en même temps que produit social, nous permet des marges de manoeuvre d'intervention et de modification. * Editions Odile Jacob

Stiresius

Luxe : calme et volupté ? Pas si sûr...

Luxe : calme et volupté ? Pas si sûr...

Luxe : calme et volupté ? Pas si sûr...

Si le secteur du luxe possède toujours la volupté, son calme n'est, en revanche, qu'une apparence. Premium, haut de gamme : certains secteurs [...]

E-adresses et "vraix-faux" NPAI

E-adresses et "vraix-faux" NPAI

E-adresses et "vraix-faux" NPAI

Les fichiers mails comportent davantage d'adresses invalides que les sources postales. En apparence du moins.

Babette se dévoile sur Internet

Babette se dévoile sur Internet

Babette se dévoile sur Internet

Pour sa troisième campagne de communication, Babette, marque de crème fraîche, rentre dans le rang. Du moins en apparence.

15-25 ans.com, magazine d'actu pour recueil d'infos

15-25 ans.com, magazine d'actu pour recueil d'infos

15-25 ans.com, magazine d'actu pour recueil d'infos

Lancé par i-base, le mensuel 15-25 ans.com constitue, par-delà une apparence de news classique, un vecteur d'alimentation de la mégabase de [...]

La totale création

La totale création

La totale création

Fidélisation, recrutement, parrainage, notoriété, CRM…, le jargon du marketing regorge de néologismes aux apparences scientifiques. Des mots [...]

Luxe et développement durable, un mariage de raison?

Luxe et développement durable, un mariage de raison?

Luxe et développement durable, un mariage de raison?

Chic, cher et... écolo, des termes apparemment antinomiques mais avec des valeurs communes. Tour d'horizon de quelques créations alliant luxe [...]