Recherche

Objectifs atteints pour l'APS

Publié par le

Deux ans après un lancement difficile, l'Advanced photo system a trouvé ses marques. En 1997, la nouvelle norme a dopé le secteur de la photographie. Mais son marché est encore en pleine émergence.

  • Imprimer


Lancée au printemps 1996, la norme APS constitue un enjeu stratégique pour le secteur de la photo. Les frères ennemis, Kodak, Fuji, Minolta, Canon et Nikon, n'ont pas hésité à s'allier, dès 1991, pour développer ce nouveau standard. Leurs objectifs : redonner des couleurs au marché, satisfaire de nouvelles aspirations des consommateurs et, surtout, faire face à la révolution numérique. Deux ans plus tard, les objectifs sont atteints. L'innovation technologique a dopé le secteur, en particulier le marché des appareils. Près de 350 000 appareils APS ont été vendus en France en 1997, contre moins de 140 000 en 1996. Principaux bénéficiaires : les compacts, dont le nouveau standard est le moteur essentiel de la forte croissance. La part des APS sur le marché des compacts est passée de 8,3 % à 22,3 % (source GfK, février 97-janvier 98/février 96-janvier 97, en volume). La percée est plus timide sur les Reflex : 6,1 %, contre 2,2 %.

Innovation permanente


Ces signes encourageants font oublier les premiers pas laborieux. Manque de modèles, stocks insuffisants, prix élevés : l'APS n'a trouvé ses marques qu'à partir de fin 96. La multiplication des modèles et la baisse des prix, soutenues par les campagnes de publicité "pédagogiques" de Kodak et Fuji, ont relancé le marché. Une cinquantaine de modèles sont aujourd'hui disponibles et les fabricants continuent de développer de nouveaux produits au design toujours plus novateur. Fuji a mis sur le marché quatre appareils APS au cours des quatre derniers mois, et s'apprête à lancer en juin le plus petit compact APS. « Avec l'APS, nous sommes revenus sur le marché porteur des appareils. Toutefois il a fallu que les points de vente réapprennent à vendre la marque Fuji», précise Denis Andro, chef de produit APS chez Fuji. Le marché des films APS est quant à lui encore émergent. Les prévisions pour 1998 laissent espérer une part de marché de 5 % environ pour les cassettes APS, contre 2,2 % sur février 97-janvier 98 (GfK). « Le nombre d'appareils est encore faible. Il faudra dix ans pour renouveler le parc», estime Hugues Lechanoine, chef de produit APS chez Kodak. Sur ce marché, la firme américaine se taille la part du lion : d'après ses chiffres, 63 % des films APS vendus l'année dernière étaient estampillés Kodak. Dans les prochains mois, des films noir et blanc devraient compléter la gamme. Fuji annonce également l'arrivée en France des films pour diapositives, déjà présents sur les marchés allemand et japonais. Kodak vient par ailleurs de lancer deux nouveaux produits, Advantix 100 Ultra, film qui a le grain le plus fin des négatifs couleur APS, et 200 Ultra. Pour l'instant, l'effet APS est peu sensible sur les travaux de développement. « Trop peu de mini-laboratoires disposent du matériel nécessaire au développement en une heure des films APS. Mais ils s'équipent de plus en plus », souligne Hugues Lechanoine. Proportionnelles aux achats d'appareils, les ventes de films et de travaux de développement devraient donc croître sensiblement en 1998. D'autant plus que les possesseurs d'appareils APS consommeraient deux à trois films de plus par an que ceux d'appareils classiques. Ils ont également davantage recours aux travaux de retirages. Les cassettes sont, en effet, faciles à utiliser et l'APS permet de choisir à la prise de vue entre trois formats d'image, classique, 16/9 et panoramique.

Ouverture vers le numérique


La technologie numérique risque toutefois de freiner légèrement la croissance de l'APS dans les mois à venir. Son apparition dans un nombre croissant de foyers, du fait de la baisse progressive des prix, va bouleverser nettement l'univers de la photo. Pour l'instant, les deux technologies se développent parallèlement sans se cannibaliser, les attentes des consommateurs potentiels étant différentes. Mais les firmes préparent l'APS à la révolution numérique. Elles proposent des produits périphériques qui permettent à l'APS de s'ouvrir au multimédia. Fuji commercialise déjà un lecteur et un scanner APS. Kodak prévoit également de lancer un scanner APS à la fin de l'année.

DAVID HIVET

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

Article écrit par Dareboost

Dareboost

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

L’analyse des résultats des tests de vitesse de ses pages web peut s’avérer ardue, surtout lorsque l’on est pas expert technique. Pourquoi alors [...]

Le quotidien d’un Social Seller

Article écrit par DEVELINK

DEVELINK

Le quotidien d’un Social Seller

Le quotidien d’un Social Seller

Le Social Selling, cette posture qui consiste à considérer les réseaux sociaux comme un levier permettant de générer du business, a déjà révolutionné [...]

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

...sont au nombre de 7 cette semaine. Au programme des initiatives marketing percutantes repérées ces derniers jours : Perrier organise des [...]

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Il n'y a pas que les nouvelles technologies, dans la vie. Ce mois-ci, Tilt ideas a repéré cinq initiatives dans lesquelles la techno n'a (presque) [...]

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Alors que l'employee advocacy devient un enjeu majeur pour les entreprises, LinkedIn publie un top des groupes qui suscitent le plus d'intérêt [...]

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

Article écrit par HAAS Avocats

HAAS Avocats

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

A un an de l’entrée en vigueur du texte, l’impréparation règne. Ces quatre lettres («GDPR», ou «RGPD» pour la version française), qui ne suscitaient [...]