Recherche

OAO, le bio signé Starck

Publié par le

Pour OAO, nouvelle marque d'alimentation biologique, Philippe Starck ne s'est pas contenté du rôle de designer vedette. Il s'est engagé industriellement dans l'aventure.

  • Imprimer


Il y a deux ans, le plus médiatique de nos designers, converti aux bienfaits du manger sain, rencontre Michel Wointrin, patron de la société belge Lima, leader européen des produits bio. Quelques mois plus tard, ils créent avec un troisième associé, WSL Bio, une société chargée de définir une nouvelle gamme de produits biologiques. Une étude de marché quali est menée avec Reason Why qui a déjà planché sur le lancement de Carrefour Bio. Cette dernière va permettre de mettre en évidence trois catégories de consommateurs. " Les "bio-rigoureux", sont végétariens, voire végétaliens, explique Michel Crespin, directeur de WSL Bio. Ils consomment 100 % bio et sont, a priori, des consommateurs de la marque Lima. La deuxième catégorie a été définie comme étant celle des "bio-paysans". Essentiellement urbaine, cette cible est à la recherche de produits du terroir. Elle est très sensible à la traçabilité des produits. Les bio-paysans fréquentent aussi bien les marchés bio que les magasins spécialisés. Enfin l'étude a mis en évidence de nouveaux consommateurs, les "bio modernes". Traumatisés par la crise de la vache folle, ils cherchent une alternative à l'industrialisation de l'alimentaire. Ils ne bouleversent pas pour autant leurs habitudes en matière de shopping et vont donc rechercher ces produits en grande distribution. "

Démocratiser le bio


En toute logique, c'est donc la grande distribution que vise OAO. En Belgique, Delhaize a déjà référencé la gamme qui est proposée dans des armoires designées par Starck. " Le test semble positif. Les produits sortent au rythme de 150 par semaine. En fait, nous avons adopté une stratégie commerciale à double détente. Nous cherchons avec la grande distribution un partenaire exclusif par pays. Aux GMS, vient se joindre une distribution plus sélective comme Naturalia en France, voire les magasins qui vendent des produits design ", poursuit Michel Crespin. En France, Carrefour pourrait être ce partenaire. Installée sur un marché qui, pour l'heure demeure une niche, OAO compte sur ses caractéristiques produits pour se faire connaître. Outre des dégustations et animations points de vente, ses concepteurs parient sur le bouche à oreille et sur le développement de rédactionnel dans la presse. En attendant des développements futurs qui pourraient prendre la forme de lieux de consommation anti-Planète Hollywood.

RITA MAZZOLI