Recherche
Se connecter

Numsight renforce son management

Publié par le

Le cabinet conseil en marketing joue sur la complémentarité de ses, désormais, cinq managing partners pour conforter son positionnement basé sur la connaissance client.

  • Imprimer

Créé en 1998, le cabinet conseil en marketing Numsight vient de franchir une nouvelle étape avec un management désormais fort de cinq membres associés au capital. Les trois fondateurs - Jean-Christophe Personnat et Jean Deloffre, venus du conseil en management (Bain & Co), et Eric Janvier, ancien de chez Kraft (R&D USA et Consumer Science Europe) - sont rejoints par Eric Weerdmeester, ancien publicitaire (Lintas, BDDP, TBWA Retail Paris) et directeur marketing de La Halle, qui avait intégré le cabinet en 2002, et par Eric Lombard, ancien directeur des études du groupe Danone et, dernièrement, directeur général de l'institut Repères.

Les cinq managing partners de Numsight: Jean-Christophe Personnat, Eric Weerdmeester, Jean Deloffre, Eric Lombard et Eric Janvier.

@ (C) Brugo Delessard

Les cinq managing partners de Numsight: Jean-Christophe Personnat, Eric Weerdmeester, Jean Deloffre, Eric Lombard et Eric Janvier.

L'arrivée de ce dernier vient étoffer les compétences études de Numsight, dont le positionnement a été bâti sur la conviction que, «pour faire des stratégies plus pertinentes, il fallait aller vers davantage de connaissance client, explique Jean Deloffre. Et les études sont un des moyens majeurs de connaissance». Et Eric Lombard de poursuivre: «Elles jouent un rôle de plus en plus stratégique. Les études décisionnelles - quelle famille de produits, quel packaging ?... - ont toujours existé, mais, de plus en plus, la connaissance du consommateur devient un élément du marketing et pas seulement du marketing «de tous les jours». Les études stratégiques, dont l'horizon n'est pas à deux ou trois mois mais à plus long terme et qui concernent les directions marketing et générale, se développent. Elles correspondent à une vraie demande des clients

Numsight est bâti autour de cinq pôles: un pôle analytique (exploitation des résultats d'études et data mining) et quatre pôles marketing (stratégique, innovation, relationnel et opérationnel). Une structure optimisée par la complémentarité à la fois de compétences et d'affinités sectorielles des cinq managers, qui travaillent en équipe, selon les sujets. «C'est un regroupement sans doute assez unique, commente Jean Deloffre, mais qui n'est en rien complexe. Il nous a fallu quatre ou cinq ans pour bâtir notre dispositif et faire fonctionner les bons processus, car la connaissance client est un tout. Nous avons investi dans une «boîte à outils», avec des protocoles d'études, du data mining, de l'accompagnement de l'innovation... Et nous pensons disposer maintenant d'un socle qui doit nous permettre d'accélérer notre croissance.»

En 2006, Numsight, fort d'une trentaine de personnes, devrait réaliser plus de 6 millions d'euros de chiffre d'affaires, avec des clients tels que Cadbury pour des projets dans la zone Europe-Afrique, McDonald's pour des projets en Europe et dans sept pays d'Asie ou le groupe Carrefour en Belgique.

FRANCOIS ROUFFIAC

Sur le même sujet

La montée en puissance des marques locales se poursuit
Etudes
La montée en puissance des marques locales se poursuit

La montée en puissance des marques locales se poursuit

Par La rédaction

Le classement Kantar Worldpanel des marques nationales les plus choisies en France et dans le monde révèle que La montée en puissance des marques [...]

Études: la fin des sens interdits
Etudes
Études: la fin des sens interdits

Études: la fin des sens interdits

Par Clément Fages

Bardé de capteurs ou dans une simulation virtuelle, le panéliste du futur voit ses cinq sens mis à contribution: plus que son avis, ce sont [...]

Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques
Etudes
Business
Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques

Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques

Par Business via Marketme

Le branding ne suffit plus à créer du lien avec des consommateurs de plus en plus méfiants... Et les jeunes diplômés sont dans le même état [...]