En ce moment En ce moment

Métro, un lectorat sensible à la publicité

Publié par le

Pour rassurer le marché sur ses capacités à être un bon écrin publicitaire, "Métro" a commandé à la Sofres Média une étude sur la perception de la publicité par ses lecteurs. Il en résulte que 66 % d'entre eux y trouvent un moyen de se tenir au courant des nouveautés. Une perception qui s'explique par le format, la cible et les circonstances de lecture spécifiques du quotidien gratuit.

  • Imprimer


Publiphiles les lecteurs de Métro ? Moins publiphobes en tous les cas que ceux de la presse quotidienne payante. C'est ce que tend à prouver l'étude d'impact publicitaire que le titre a commandée à Sofres Média. 66 % des lecteurs déclarent en effet trouver une utilité à la publicité d'un point de vue informatif. Soit 32 % de mieux que pour la presse quotidienne payante. Seuls 24 % trouvent que la publicité est un frein à la lecture, contre 37 % à la concurrence. Le souvenir et la reconnaissance publicitaire sont particulièrement élevés sur les publicités grand format (indice 173 en mémorisation assistée et 166 en reconnaissance). Là où les publicités placées en quatrième de couverture obtiennent 191 et 168. Les secteurs qui retiennent le plus l'attention sont les biens de consommation, qui obtiennent un indice de souvenir de 147 pour 133 de reconnaissance, les télécommunications (140/139) et la distribution (134/150). Le phénomène touche tous les emplacements du journal avec un pic pour la couverture (165/133) et les grands formats (158/105). L'impact publicitaire du journal étant meilleur pour les annonces en noir et blanc (137/142) qu'en couleur. Pour Dominique Lévy, directrice média de Sofres Média, ce résultat s'explique par la conjonction de trois facteurs que sont le format, les circonstances de lecture et l'effet cible. « Au sein d'un journal de pagination plus réduite que celle de la presse quotidienne, les publicités sont vraisemblablement mieux remarquées », observe-t-elle. Et de préciser que « 65 % des lecteurs de Métro le lisent dans les transports en commun, c'est-à-dire dans des circonstances que l'on pourrait qualifier de lecture captive. Enfin, le lectorat est composé d'individus plus jeunes, plus actifs et donc plus perméables à la publicité que les lecteurs de presse traditionnelle. » En outre, et comme le signale Philippe Carlhammar, P-dg de Métro, « les lecteurs de la presse gratuite comprennent très bien que c'est parce qu'il y a de la publicité que le journal est gratuit. » Ce qui les rend de facto moins publiphobes que lorsqu'ils paient.

Isabel Gutierrez

La rédaction vous recommande

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux
Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Par Digimind

Decouvrez les tendances du marche Food Drink sur les medias sociaux des interviews experts et les performances social media de grandes marques [...]

Sur le même sujet

Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français
Média
Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français

Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français

Par Clément Fages

La 14e édition des Trophées Sporsora récompense les meilleures initiatives de marques en matière de sponsoring sportif. Partenaire de la Fédération [...]

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne
Média
Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Par Clément Fages

Soucieux de mettre sa gamme Fines Bulles en avant, Perrier lance ce 19 février une campagne TV et digitale basée sur le remake du film "La Lionne", [...]

PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?
Média
PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?

PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?

Par Stéphane Guillard

Syntec Conseil en Relations Publics et ses partenaires convient les professionnels de la communication le 10 avril 2018 à la 4e [...]