Recherche

Métier : Mondialisation et micro-marchés

Publié par le

Quoi de neuf dans le monde du packaging français ? Il est amusant de constater que lorsque l'on demande aux Est-ce que la qualité s'harmonise au point de ne plus rien faire ressortir ? L'informatique lisse-t-elle à ce point fait que le produit sur lequel on s'est accordé hier, même s'il n'est pas encore sorti sur le marché, fait place d'expérimentations, de projets et d'audaces. Mosaïque de témoignages de cette bonne humeur partagée. Patrick Vayssière, le très optimiste directeur de la création de Dragon Rouge, se réjouit de l'évolution de son métier où la multitude de nouveaux marchés écarte pour longtemps le spectre de la mondialisation.

  • Imprimer


« Le métier change et il avance dans le bon sens. Cela le rend de nouveau intéressant pour ceux qui sortent des écoles. Parler uniquement de pack aujourd'hui, c'est un peu "limitant". C'est une vision un peu étriquée du rôle que l'on joue et que l'on jouera de plus en plus. Aujourd'hui, nous rentrons dans le domaine de la gestion de marque. Il y a quelques années, les marques avaient peur des distributeurs. C'est passé. On s'aperçoit que l'on a des marques avec un potentiel formidable et non exploité. Il y a une dizaine d'années, on se posait la question de l'uniformisation pure et dure du marché. Aujourd'hui, on sait qu'il y a des micro-marchés, des pays, des régions, d'autres grands marchés comme les USA, l'Asie, l'Amérique Latine... Cela devient très concret. Il y a une mondialisation et, parallèlement, une ouverture sur des marchés spécifiques. Il y a quelques années, on pensait que les agences de 100 personnes allaient être réduites à 10. Aujourd'hui, c'est l'inverse qui se passe. Regardez le marché du chocolat il y a dix ans et aujourd'hui, idem pour les cafés, les eaux... Les marques enrichissent en permanence leurs propositions. Et puis d'autres réapparaissent comme Persil dans les lessives. Dix ans après, on se dit "ça a une valeur". Je trouve ça génial ! Je me suis toujours battu pour les marques. Les voir disparaître, c'est comme un monument qui brûle. C'est ce que l'on en fait qui fait qu'elles croulent. Nous avons un rôle de préservation des marques. Pour travailler sur le pack notamment, nous utilisons aussi la richesse de notre Observatoire des tendances. Nous avons des informations sur ce qui se passe dans tous les pays. Tout existe, mais tout reste à réinventer. On pense que l'on est dans une surabondance mais tous les ans, on voit apparaître de nouveaux produits. Côté fonctionnement, nous le remettons sans arrêt en question pour être toujours en mouvement. »

Valérie Mitteaux

I-Expo 2016

I-Expo 2016

I-Expo 2016

L'édition 2016 de ce salon dédié à l'information numérique professionnelle, la veille et la gestion des connaissances met l'accent cette année [...]

Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer ?

Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer ?

Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer ?

Définition, missions, profil, salaire : faites le tour d'une profession marketing dans la rubrique des Fiches Métiers.

Mar'Tech : 7 start-up qui remuent les foules

Mar'Tech : 7 start-up qui remuent les foules

Mar'Tech : 7 start-up qui remuent les foules

Marketing collaboratif, communautés de clients... La rédaction de Marketing fait le point sur 7 entreprises qui rapprochent les marques des [...]

Quelle est la vision des marketeurs en 2016?

Quelle est la vision des marketeurs en 2016?

Quelle est la vision des marketeurs en 2016?

DMP, social selling, marketing automation... Quelle est la maturité des directions marketing sur le digital? Le CMIT fait le point en infographie. [...]

Les 7 défis de l'expérience client

Les 7 défis de l'expérience client

Les 7 défis de l'expérience client

Mobilité, réseaux sociaux, intelligence artificielle... La rédaction de Relation Client Mag fait le point sur les grands enjeux de la relation [...]

Le commerce unifié: nouveau Graal des retailers

Le commerce unifié: nouveau Graal des retailers

Le commerce unifié: nouveau Graal des retailers

The customer is the channel ! Il ne faut plus parler d'omnicanal mais de commerce unifié. Web, mobile, point de vente... l'expérience d'achat [...]