Recherche

Marché européen des études : les outils de recueil

Publié par le

Dans le cadre de son enquête annuelle sur le marché des études, Esomar fournit une répartition des différentes techniques de recueil de l'information. Voici les données concernant les études qualitatives et quantitatives pour les principaux pays européens.

  • Imprimer


Selon Esomar, le poids des enquêtes par téléphone continue de croître en Europe. De 12 % du chiffre d'affaires études en 1992, elles sont passées à 14 % en 97. Le face à face domine encore avec 23 %, dont 15 % pour le "à domicile", qui a néanmoins le plus régressé au profit du téléphone mais aussi du face à face en salle (4 % en 92, 8 % en 97). C'est dans les pays scandinaves, en Suisse et au Luxembourg, que la part du téléphone est la plus élevée.

12,5 millions d'interviews en france


Au niveau du nombre d'interviews, la Grande-Bretagne domine avec 22 millions, devant l'Allemagne, 13,6 millions et la France, 12,5 millions estimés. Un chiffre dû à l'importance des études ad-hoc et en continu et à celles des études d'opinion. Selon une enquête Syntec Etudes Marketing et Opinion, l'institut membre qui a réalisé le plus grand nombre d'interviews en 1998 est BVA avec 1,3 million (64 % en face à face). Suivent Ipsos (plus d'un million réparties de façon équilibrée entre téléphone et face à face) et Taylor Nelson Sofres France (700 000 par téléphone, 300 000 en face à face). On compte plus de 400 000 questionnaires (40 % par téléphone) chez CSA, 200 000 chez TMO (80 % en face à face), à peu près autant pour l'Ifop, 250 000 interviews par téléphone et plus de 110 000 en face à face pour Louis Harris (+ 11 000 en médical), 400 000 questionnaires (25 % en téléphone) pour RI France, et plus d'un demi-million d'interviews pour Démoscopie (dont 10 % pour les enquêtes Cofremca). Les 9 premiers instituts totalisent près de 40 % des interviews réalisées en France (hors panels).

ANIKA MICHALOWSKA