Recherche
Se connecter

Marché des études en France : faible progression prévue pour 2002

Publié par le

La belle santé affichée par le marché des études en France depuis 1996 n'est plus qu'un lointain souvenir. Selon Syntec Etudes Marketing et Opinion, le marché ne devrait augmenter que de 4 % en 2002. Au mieux.

  • Imprimer


«Avec une croissance de 6,25 %, l'année 2001 apparaît encore préservée en regard des estimations pour 2002 », constate Jean-Pierre Gaucher, président de Syntec Etudes Marketing et Opinion. En effet, Syntec estime que l'année 2002 devrait terminer autour de + 4 % par rapport à 2001, année où le chiffre d'affaires s'est élevé à 1,275 milliard d'euros. On est loin des progressions à deux chiffres connues par la profession depuis 1996. « L'année 2001 a été nettement coupée en deux, rappelle Jean-Pierre Gaucher. Avec un premier semestre continuant sur la tendance des années passées et un second semestre très atone. » Ce sont les panels et les études récurrentes qui expliquent cette progression, au détriment de l'ad hoc qui continue de souffrir. Néanmoins, les panels, qui avaient assez bien résisté au ralentissement de conjoncture, montrent quelques signes d'essoufflement. « Le marché des études souffre d'incertitudes à court terme », note le président de Syntec Etudes marketing et Opinion. Pour de nombreux annonceurs, tous les investissements qui ont pu être retardés l'ont été. Reprendront-ils d'ici à la fin de l'année ? Syntec en doute. « Les entreprises ne sont pas dans une période d'investissement », répond Jean-Pierre Gaucher. Si les investissements publicitaires sont les premières victimes des réductions budgétaires, ceux consacrés aux études continuent malgré tout de se maintenir, même si leur volume est réduit. « Certaines études sont encore plus indispensables en période de crise. Je pense aux études sur les trends, les baromètres par exemple, toutes les études pour expliquer, comprendre et prévoir. La corrélation que l'on avait l'habitude de faire entre le marché des études et le marché publicitaire est de moins en moins valide », conclut Jean-Pierre Gaucher.

Anika Michalowska

La rédaction vous recommande

Etude: Les consommateurs français en ligne
Etude: Les consommateurs français en ligne

Etude: Les consommateurs français en ligne

Par Limelight Networks

Dans cette etude vous decouvrirez impact de usage des smartphones dans les comportements achat experience utilisateur la rapidite et les performances [...]

Sur le même sujet

Études: la fin des sens interdits
Etudes
Études: la fin des sens interdits

Études: la fin des sens interdits

Par Clément Fages

Bardé de capteurs ou dans une simulation virtuelle, le panéliste du futur voit ses cinq sens mis à contribution: plus que son avis, ce sont [...]

Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques
Etudes
Business
Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques

Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques

Par Business via Marketme

Le branding ne suffit plus à créer du lien avec des consommateurs de plus en plus méfiants... Et les jeunes diplômés sont dans le même état [...]

Les usages du mobile à la loupe
Etudes
Les usages du mobile à la loupe

Les usages du mobile à la loupe

Par Dalila Bouaziz

PayPlug, solution de paiement en ligne des petites et moyennes entreprises, publie son décryptage des tendances et usages mobiles.

RGPD: les consommateurs veulent faire valoir leurs droits
Etudes
RGPD: les consommateurs veulent faire valoir leurs droits

RGPD: les consommateurs veulent faire valoir leurs droits

Par La rédaction

Une étude menée par Veritas révèle que les consommateurs s'apprêtent à assaillir les entreprises de demandes sur la confidentialité des données [...]