Recherche

Mangez, vous êtes filmé

Publié par le

En mars dernier, Findus installait des caméras chez dix familles françaises. But de l'opération : espionner leurs habitudes alimentaires. Quelques mois plus tard, la marque en tire les enseignements, tant au niveau des comportements que du contenu des assiettes.

  • Imprimer


Les instituts d'études en ont rêvé. Findus l'a fait. Pour arriver à mesurer le décalage entre la vie réelle et le déclaratif, le spécialiste du surgelé a, semble-t-il, trouvé la solution : installer une caméra dans la cuisine des Français, pour, enfin, mieux comprendre la vie autour du repas. Durant sept jours (soit 500 heures), dix familles représentatives des familles françaises ont accepté d'être filmées au moment des repas, dans le cadre de l'opération “Caméra Conso”. « Nous avons enfin eu la confirmation que le déclaratif est souvent différent de l'observation. Il y a des pièges impossibles à déceler autrement qu'en filmant les gens », annonce Matthieu Lambeaux, vice-président Innovation Findus Europe. En scrutant les repas, la marque ne s'est pas contentée d'observer le contenu des assiettes, elle s'est intéressée à la structure du repas, à la place des enfants, de la télévision, etc. Principale conclusion : globalement, la structure du repas à la Française perdure, mais ce qui évolue, c'est son contenu, en raison de la diminution du temps de préparation, due au travail des femmes. « On mange donc toujours ensemble, à table, les mêmes plats. Les familles regardent rarement la télévision, mais abusent plutôt du téléphone », explique Matthieu Lambeaux. Qui constate que le traditionnel trio entrée-plat-dessert a pris du plomb dans l'aile. Le repas se concentre désormais autour d'un plat unique, composé d'une viande et d'un féculent. « Le steack-frites, steack-purée ou steack-pâtes devient un grand classique, ajoute Matthieu Lambeaux. Et les entrées, fromages, desserts sont réduits à leur plus simple expression. » Autre enseignement : la variété n'est pas le maître mot des repas et il est difficile, pour les familles, de trouver des solutions qui marchent à base de fruits et légumes. Aussi, même si les chiffres ne sont pas catastrophiques (0,7 fruit et 1,5 légume par jour aux repas, soit 350 g environ), voire plutôt rassurants, les fruits, légumes, poissons sont peu consommés. « On atteint presque la ration journalière recommandée - 400 g -, mais il n'y a quasiment jamais de fruits à table », souligne Jean-Michel Cohen, le médecin nutritionniste qui a visionné les cassettes.

Un nouveau militantisme pour la marque

Cette première expérience de “repas-réalité” a mis à mal bien des idées reçues, à l'instar de celle de Français cuisinant davantage le week-end. Il n'en est rien, « sauf quand on reçoit sa belle-mère le dimanche midi, sinon c'est off pour tout le monde », glisse Matthieu Lambeaux. Concernant les aspects nutritionnels, un décalage existe entre vie rêvée et vie réelle. « Les familles avaient indiqué au préalable, via un questionnaire, manger beaucoup de poisson et de brocolis. En fait, elles n'en ont pas consommé une fois durant la semaine d'observation », sourit le vice-président Innovation. Problème de temps plutôt que de goût, selon lui. Forte de ces enseignements, Findus a pu vérifier la pertinence de certains droduits et a décidé d'en annuler d'autres. Si Caméra Conso a confirmé l'intérêt de la récente gamme de légumes cuisinés “Secret Partagés”, elle a surtout permis à la marque de développer une nouvelle gamme issue des observations. Baptisée “A Table” et censée répondre aux attentes des familles, elle comprendra quatre recettes de plat complet (poêlées mêlant viande ou poisson aux légumes) qui seront lancées en septembre. « Nous avons la confirmation que le surgelé est une aide aux mères de famille et que nous pouvons aider à manger davantage de légumes », indique Matthieu Lambeaux. D'ailleurs, pour la marque, il est temps de prendre position et d'envisager une communication militante. « Nous allons mettre à la trappe la publicité que nous avions prévue initialement pour septembre, et inciter les consommateurs à manger un vrai repas et ne pas grignoter. A partir d'aujourd'hui, nous nous engageons à défendre le modèle culinaire français », promet Matthieu Lambeaux, qui ne précise pas si la marque se penchera aussi sur le prix, critère pourtant déterminant dans l'acte d'achat des fruits et légumes ou du poisson. Aliments en passe de devenir des produits de luxe.

Rita Mazzoli

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Quels ont été les métiers, compétences et technologies les plus demandés en 2016 ? Découvrez en infographie l'état des lieux de toutes les évolutions [...]

E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?

E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?

E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?

Customer is watching you ! Avec les réseaux sociaux, les marques ne sont plus à l'abri d'un bad buzz qui peut impacter au-delà de leur image, [...]

4 clés pour déployer un marketing 100% data driven

4 clés pour déployer un marketing 100% data driven

4 clés pour déployer un marketing 100% data driven

Miser sur la data et la diffuser à l'ensemble de l'entreprise pour gagner en performance... Si, sur le papier, l'idée séduit et s'inscrit dans [...]

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]