Recherche

MVNO : les Français encore prudents

Publié par le

Comment les Français perçoivent-ils la nouvelle offre de ­téléphonie mobile ? Des réponses avec le Baromètre spécifique lancé par Efficience 3.

  • Imprimer


Aujourd'hui, près de trois Français sur quatre disposent d'un téléphone mobile et 6 % ont l'intention d'en acquérir un prochainement, selon les résultats de la deuxième vague du Baromètre des opérateurs de téléphonie mobile virtuels, lancé en février dernier par Efficience 3 et réalisé tous les six mois. Sans surprise, les trois grands opérateurs (Orange, Bouygues Telecom et SFR) obtiennent des taux de notoriété spontanée compris entre 76 et 80 %. Mais qu'en est-il des MVNO (“Mobile Virtual Network Operator”) ? Si le nombre de personnes en ayant entendu parlé a été pratiquement multiplié par deux entre les deux vagues - tout en restant nettement inférieur à 20 % -, 60 % de ces derniers ne peuvent citer de nom. En revanche, les 40 % restants en ont cité spontanément treize, dont un se détache nettement, Télé2, qui apparaît ainsi comme le premier challenger des trois opérateurs précités. Encore peu connus donc, les opérateurs virtuels disposent-ils de clients potentiels ? En juillet dernier, près de 20 % des Français possesseurs d'un téléphone mobile ou ayant l'intention d'en acheter un, déclaraient être prêts, certainement ou peut-être (la grande majorité), à souscrire à une offre auprès d'eux. La prudence apparaît de mise en la matière. Ce que reflète d'ailleurs également le classement de la confiance que les Français accorderaient aux sociétés “susceptibles de devenir un opérateur virtuel”. Les quatre premières (Canal+, Cegetel, Fnac et Carrefour), avec plus de 60 % de taux de confiance, étant toutes des références dans leur domaine. En tout cas, pour faire franchir le pas aux Français, l'offre des opérateurs virtuels se doit d'être séduisante. Plus de la moitié des possesseurs de mobile ou ayant l'intention d'en acheter un seraient prêts à souscrire, avec certitude, si le tarif proposé était de 40 % inférieur aux tarifs actuels.

Méthodologie

Cette deuxième mesure a été réalisée auprès d'un échantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population française de 15 ans et plus, par téléphone (système CATI), entre le 25 et le 29 juillet 2005

François Rouffiac