Recherche

Louis Harris France fusionne avec Taylor Nelson France

Publié par le

Conséquence de la fusion des deux groupes Taylor Nelson AGB et Sofres, Louis Harris France fusionne à son tour avec la filiale française du groupe britannique. Une décision stratégique qui fait passer la nouvelle entité dans le top 5 des sociétés d'études ad-hoc en France.

  • Imprimer


Début mai, les équipes de Taylor Nelson France (une trentaine de personnes) quitteront leurs bureaux de Boulogne pour s'installer dans ceux de Louis Harris France, concrétisant ainsi la fusion des deux instituts. Créée en 1989 par le rachat de Vepro Etudes d'abord, puis de Différence en 1994, Taylor Nelson France cessera d'exister en tant qu'enseigne en France. La nouvelle entité gardera le seul nom de Louis Harris France. « C'est une fusion stratégique et opportuniste », explique Stéphane Truchi, directeur général de Louis Harris France. Louis Harris, avec un chiffre d'affaires autour de 70 millions de francs, se posait des questions sur son développement : fallait-il rester à cette taille ou passer à la vitesse supérieure ? Par croissance interne ou externe ? De son côté, Taylor Nelson France, pour atteindre le niveau de visibilité et de notoriété voulu, aurait eu besoin de gros investissements. La fusion des deux sociétés vient donc à point. La nouvelle entité devrait peser en 1998 entre 110 et 120 millions de francs, ce qui lui permettra de jouer dans la cour des grands et de prendre place parmi les toutes premières sociétés d'études ad-hoc en France, derrière Sofres, Ipsos et Research International. On trouvera désormais, pratiquement ex quo, Louis Harris, Ifop et BVA. « C'est une étape très importante pour nos équipes qui pourront trouver là une nouvelle opportunité de carrière, tout en laissant la porte ouverte à de nouveaux talents », commente Stéphane Truchi.

Une forte complémentarité


« Nos deux sociétés ont une forte complémentarité en termes de domaines, d'équipes et de techniques », estime Pascal Hermite, directeur général de Taylor Nelson France. Première complémentarité : le terrain, avec les 350 enquêteurs de Louis Harris. Conséquence : plus besoin de sous-traiter. Deuxième complémentarité : les domaines d'expertise. Louis Harris apporte son quali à Taylor Nelson qui viendra, elle, renforcer le pôle grande conso de LH. Déjà bien positionnée sur les marchés des services, Louis Harris bénéficiera des modèles Taylor Nelson. Et, ensemble, elles vont donner naissance à HMI, Harris Médical Research, première société d'études médicales, placée sous la responsabilité d'Alain Flinois. HMI rassemblera les activités de Louis Harris Médical (25 MF en 1997, + 40 % / 96, dont 60 % réalisés à l'international) et de Taylor Nelson (12 MF). Louis Harris Médical avait pour spécificité les études en milieu hospitalier (asthme, diabète, psychiatrie...). Taylor Nelson Médical avait développé des expertises dans le domaine de la cardiologie, de la médecine de veille et de l'OTC. « Sur le médical, nous serons en position de co-branding, surtout sur les études internationales où Taylor Nelson AGB a acquis une très forte réputation », remarque Pascal Hermite. HMI devrait étendre ses modèles hospitaliers au niveau mondial. Le responsable de Healthcare Asie chez Sofres, Franck Small, rejoindra Louis Harris France pour développer les études en Asie. Deuxième axe de déploiement pour HMI : développer à l'international les produits en projet ou déjà existants (Stratemi, trade-off interactif ou Optima, étude de positionnement).

De multiples ambitions


L'ambition de la nouvelle entité, outre celle de "chatouiller les plus gros" (il n'y a rien de tel qu'un peu de rivalité à l'intérieur d'un groupe ; Kantar en sait quelque chose dont les trois filiales Research International, Millward Brown et BMRB, se retrouvent souvent en compétition chez un même client), est de développer l'international. Louis Harris France mettra également sur le marché une gamme d'outils packagés, directement adaptés à l'ad-hoc (modèles d'analyses, d'approche, mise à disposition d'informations...). La société d'études compte proposer une approche intelligente de lecture des évolutions des marchés. Premier exemple : l'Observatoire des Tendances "Trends Scouts" (voir Marketing Magazine n°28, p. 10). Mais d'autres projets sont en réflexion sur les médias, les seniors... Enfin, dernier chantier : le développement du chiffre d'affaires dans l'opinion, l'institutionnel, les médias et la gestion de crise qui était déjà un secteur clé pour Louis Harris mais sur lequel la société va réinvestir. Le département sera placé sous la responsabilité de Jérôme, assisté d'Emmanuel Rivière (précédemment au département Opinion du CSA), qui sera en charge des études institutionnelles. Un secteur qui a progressé de 30 % l'an dernier chez Louis Harris. Dans la foulée de la fusion, Taylor Nelson France abandonne ses activités panels qui seront rapprochées de celles de Secodip. Quant à l'Access Panel lancé par Taylor Nelson AGB, Infratest Burke et Market Facts, il passe désormais dans le groupe Sofres. « La grande force de Louis Harris France sera notre philosophie et notre structure de mini-cellules de direction clientèle que nous voulons proches d'une petite entreprise pour plus de réactivité », conclut Stéphane Truchi.

Le nouvel organigramme


Aux côtés de Stéphane Truchi, directeur général, l'équipe de management de Louis Harris France sera composée de : Pascal Hermite et Bruno Zaros, directeurs généraux adjoints, Jean-François Levionnois, directeur du marketing, Alain Flinois, directeur de Harris Médical International, Marguerite de la Ménardière, directeur des Etudes qualitatives et Jérôme Sainte-Marie, directeur des Etudes politiques et institutionnelles. L'institut, qui comptera 90 salariés, comprendra 4 départements : Grande consommation (30 % de l'activité), Services (Banque, Assurance, Transport, Télécoms - 30 %), Politique/Institutionnel/ Corporate (10 %) et Médical (30 %). Qualitatif : 30 % ; Quantitatif : 65 % et Conseil : 5 %.

ANIKA MICHALOWSKA

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Comment les annonceurs perçoivent-ils le mobile, qui absorbe une part de plus en plus croissante des investissements publicitaires ? Réponse [...]

Les Français face à la publicité digitale

Les Français face à la publicité digitale

Les Français face à la publicité digitale

Selon les résultats d'un sondage Harris Interactive présentés lors des Rencontres de l'Udecam, les Français seraient prêts à accepter la publicité [...]

TNS France a reçu l'Excellence Gold Award du Giga Group

TNS France a reçu l'Excellence Gold Award du Giga Group

TNS France a reçu l'Excellence Gold Award du Giga Group

Taylor Nelson Sofres France a reçu le Trophée d'Or paneuropéen 2001 (Excellence Gold Award), décerné par le Giga Group, pour son outil de "workflow" [...]