Recherche

Libération fait (encore) peau neuve

Publié par le

Le journal et le site internet de Libération ont été revus et corrigés à la rentrée. Des évolutions devant permettre le retour rapide à l'équilibre.

  • Imprimer

Avec sa nouvelle formule lancée le 7 septembre dernier et l'évolution de son site internet, Libération franchit une étape sur la voie de son redressement. Après les difficultés rencontrées il y a près de deux ans, le quotidien compte sur un rapide retour à l'équilibre. Pour y parvenir, réhabiliter «le journalisme par rapport à la communication» semble une des voies retenues. Favoriser le décryptage de l'information, son traitement de manière originale, tel est donc le défi que s'est lancé Libé. Et l'objectif chiffré est à la hauteur de l'ambition, puisque les changements doivent permettre de faire évoluer la diffusion de 5 à 10%, en moyenne, la première année. En ce qui concerne la version on line, devenue en partie payante, l'objectif affiché est de 20 000 abonnés sur la même période.

Libération ne cache pas sa volonté de monter en gamme et de proposer une formule élégante. En même temps, l'évolution de la maquette doit l'aider à gagner en clarté. En témoigne sa Une revisitée.

Les rubriques ont également évolué pour permettre l'approfondissement des sujets, laisser place au récit, à l'enquête ainsi qu'à la réflexion. Le journal a pleinement conscience que l'ère Internet a sensiblement modifié les habitudes de lecture. En conséquence, «nous ne devons pas nous contenter de suivre l'actualité, mais faire l'actualité», explique Laurent Joffrin, coprésident du directoire, directeur de la publication et de la rédaction. Les révélations sur les provisions pour les bonus de BNP Paribas, sur l'affaire Zapatero, sur les secrets de l'attentat de Karachi représentent ainsi des scoops en mesure de créer le débat et de capter l'attention d'un lectorat de plus en plus exigeant.

Avec des questions polémiques et la signature «l'info est un combat», la campagne reflète la volonté de Libé de provoquer le débat.

Avec des questions polémiques et la signature «l'info est un combat», la campagne reflète la volonté de Libé de provoquer le débat.

Creuser le fond

Autre élément-clé de la métamorphose de Libération, l'importance des décryptages. Quatre événements, au lieu d'un, sont développés, chacun sur une double page. Ils sont accompagnés de pages «expresso» avec des papiers plus courts et un style «dense et nerveux».Le journal étoffe donc son contenu en s'appuyant sur des formats, des angles, des séquences constitutifs de son ADN. En outre, il a choisi de mettre l'accent sur les rubriques Economie, Vous, Ecrans, Rebonds ainsi que Terre qui fait son retour. Libé n'en oublie pas pour autant d'ajouter à ces «must» de nouvelles séquences: Cartes, Bonne nouvelle, Désintox et Diversité.

L'offre du samedi fait aussi sa révolution. Un magazine de 48 pages agrafé dans le format du quotidien a fait sa rentrée le 12 septembre. Au programme, l'actualité du jour se trouve complétée par des histoires longues, des enquêtes approfondies ainsi que par un guide culturel pour le week-end.

Le Web n'est pas en reste, puisqu'il évolue notamment vers un modèle semi-payant. En effet, une offre à 6 euros et une à 12 euros proposent l'accès à une zone dédiée. Les abonnés peuvent ainsi assister à la construction du «chemin de fer» et découvrir progressivement dès 20 heures le journal en prépublication. De plus, ils ont accès à quinze ans d'archives. En parallèle, Libé souhaite développer la fibre communautaire de son portail.

Pour promouvoir ces deux liftings, Libération a fait appel à l'agence Fred et Farid. Avec des questions invitant au débat comme «Tutoyer le président, c'est être plus proche de l'information ou plus proche du pouvoir?» ou encore «Donner de l'argent aux banques, c'est sauver le crédit ou soigner un alcoolique avec de l'alcool?», la campagne se décline sur tous les médias. Sa signature «l'info est un combat», témoigne du challenge que le quotidien et son site entendent relever.

Géraldine BERNARD

[Billet] Désilotage : libération ?

[Billet] Désilotage : libération ?

[Billet] Désilotage : libération ? [Billet] Désilotage : libération ?

"Sens dessus dessous" : dans ce nouveau RDV, la spécialiste du langage Jeanne Bordeau analyse le sens et le poids (marketing) des mots.

Un nouveau magazine hebdomadaire pour Libération

Un nouveau magazine hebdomadaire pour Libération

Un nouveau magazine hebdomadaire pour Libération

Le nouveau supplément "magazine" disponible tous les samedis offre aussi une sélection culturelle: concerts, films, livres, expositions, pièces [...]

Libérez votre créativité culinaire!

Libérez votre créativité culinaire!

Libérez votre créativité culinaire!

Après le tout tradition, puis le tout modernité, place aujourd'hui au «bon cocktail» en matière alimentaire. Haro, donc, sur les pratiques extrêmes [...]

Libération en papier magazine

Libération en papier magazine

Libération en papier magazine

Pour la première fois, le vendredi 24 octobre 2008, le quotidien Libération a été édité sur papier magazine. Une prouesse technique inédite [...]

Carla Bruni, invitée de Libération

Carla Bruni, invitée de Libération

Carla Bruni, invitée de Libération

À J – 1 mois de la sortie de son troisième album intitulé "Comme si de rien n'était", la première dame de France répond à toutes les questions [...]

Libération, gratuit d'un jour

Libération, gratuit d'un jour

Libération, gratuit d'un jour

Six mois après le lancement réussi de la nouvelle formule de Libération, le quotidien imagine avec l'agence Aegis Média une opération originale [...]

B3G veut libérer la téléphonie

B3G veut libérer la téléphonie

B3G veut libérer la téléphonie

L'entreprise de téléphonie, IP d'entreprise, fait appel à de grandes figures de l'Histoire pour sa première campagne de communication.