Recherche

Les zoos humains bientôt dans la désaffection ?

Publié par le

Surexposés, surexhibés, zoophilisés, ces corps domestiqués et dociles filmés par la télé-réalité et le sport-business portent en eux leur propre épuisement. A force de vouloir faire coïncider les masses à la réalité et la réalité aux masses, les individus risquent de se détourner du spectacle frénétique de l'immédiat sans perspective. La lassitude est pour bientôt. Ce sont peut-être le langage et la dignité, nécessaires à la pensée, qui vont susciter la curiosité de demain et resensibiliser la société. Le marketing ne saurait s'en plaindre.

  • Imprimer


Du XIXe siècle aux années 30, les pays d'Occident se sont complu dans la reconstitution de villages "indigènes" et dans l'exhibition d'êtres humains. Des millions d'Européens et d'Américains sont venus contempler des spécimens vivants et se rassurer avec une "hiérarchie des races et des civilisations". Dans des cirques, tels Barnum, on exposait aussi des monstres, femmes à barbe et autres freaks, du nom du célèbre film de Tod Browning. C'était le temps d'Elephant Man, de l'enfant sauvage, de la vénus hottentote. A Paris, par exemple, lors de l'Exposition coloniale de 1931, des milliers d'indigènes sont parqués pour enrichir les producteurs et divertir le public. La différence et l'exotisme constituaient un spectacle des plus courus. Avec l'actualité de la télé-réalité, plusieurs ouvrages viennent de paraître sur ce sujet, y compris des fictions*. Car cette époque est-elle définitivement révolue ? Rien n'est moins sûr. Certaines émissions ne sont pas sans faire penser à ces zoos humains. Le sport, qui privilégie la vision instantanée et immédiate dans un espace clos dont le public est mis à distance, n'y échappe pas. « Comment le stade participe-t-il encore aujourd'hui à la diffusion d'imaginaires sur l'Autre issus de l'époque coloniale ? », s'interroge Philippe Liotard**. D'autres n'hésitent pas à faire le parallèle avec un certain art moderne privé de son esprit critique et de sa dérision. « L'art du XXe siècle s'est fondé sur la glorification du banal à partir du geste de Duchamp qui, le premier, transforma l'objet d'art en "ready-made". Andy Wharol et le Pop art ont décrété qu'il suffisait de mettre quelques boîtes de soupe Campbell dans un musée pour qu'elles acquièrent, du même coup, le statut d'oeuvre d'art. Est-ce que cette mise en boîte de quelques jeunes entre les murs d'un studio est un avatar de cet art ? », se demande François Jost ***. Et effectivement, si l'on considère ces jeunes comme des produits industriels vivants, le Pop art ne serait-il pas dépassé au profit du Popuch'art de la télé-marketing ? * Cannibale et Le retour d'Ataï, de Didier Daeninckx. Editions Verdier. ** Des zoos Humains aux stades : le spectacle des corps, in "Zoos Humains". *** L'Empire du loft. Editions La Dispute.

Stirésius

Persona Driven : le Marketing BtoB lève le masque.

Persona Driven : le Marketing BtoB lève le masque.

Persona Driven : le Marketing BtoB lève le masque. Persona Driven : le Marketing BtoB lève le masque.

Les nouvelles technologies et le digital ont bouleversé les cycles de décision et de vente. Un phénomène que le marketing BtoB ne peut ignorer. [...]

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs communication inspirent davantage confiance aux consommateurs que les directeurs marketing, selon une étude réalisée par l'Ifop [...]

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Comment les annonceurs perçoivent-ils le mobile, qui absorbe une part de plus en plus croissante des investissements publicitaires ? Réponse [...]

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Alors que les enseignes lancent régulièrement de nouvelles initiatives digitales, parfois à grand renfort de média, le cabinet de conseil Stanwell [...]

7 jeunes Français sur 10 sont infidèles aux marques

7 jeunes Français sur 10 sont infidèles aux marques

7 jeunes Français sur 10 sont infidèles aux marques

72% des millennials ont changé de marque au cours des douze derniers mois. C'est ce que pointe une étude réalisée par YouGov France pour GT [...]