Recherche

Les sites publics locaux appréciés des internautes

Publié par le

Opinion Way et EVS Conseil, cabinet conseil en stratégies et projets dans le domaine des nouvelles technologies, ont réalisé une enquête sur l'image des sites publics locaux. Bilan.

  • Imprimer


Plus de la moitié des internautes français consultent les sites des collectivités locales sur le Web. C'est ce que révèle l'enquête réalisée par OpinionWay et le Cabinet EVS Conseil*, dans le cadre du lancement de leur nouvelle offre de "Diagnostic Numérique Local", une boîte à outils destinée aux collectivités territoriales afin de faciliter le pilotage et l'évaluation de leurs politiques de développement de la société de l'information. Cette enquête avait pour objet d'évaluer le comportement des internautes français, dans leur environnement de vie locale, et d'analyser leur perception des sites publics des mairies, des conseils généraux et régionaux. Il en ressort que 57 % des internautes français consultent de temps en temps ou souvent un site public local et que 61 % d'entre eux utilisent un moteur de recherche pour le trouver. Environ 7 % des internautes consultent ce type de site toutes les semaines ou tous les jours. Le site le plus visité est celui de la mairie (80 % des visiteurs de sites locaux), devant celui du conseil général (44 %) puis régional (36 %). La motivation des visiteurs est avant tout la recherche d'information sur la vie locale (57 %), mais aussi la réalisation à distance de démarches administratives (déjà 25 % des réponses). Toutefois, ces visites ne sont pas exemptes de critiques : près des deux tiers des internautes interrogés considèrent que la conception des sites pourrait être plus attractive, plus conviviale et graphiquement plus agréable. En revanche, ils jugent le contenu et les services satisfaisants même s'ils souhaiteraient une mise à jour plus fréquente de l'information locale (au moins à un rythme hebdomadaire) et davantage d'informations pratiques. * 1 057 individus, représentatifs des internautes français, interrogés en ligne fin novembre 2002.

Anika Michalowska