Recherche

Les revers à venir du désir pervers

Publié par le

Fonction innovation, nouvelle approche de la création produit, tendances, mondialisation, customisation, cabinets de conseils et instituts d'études, audits et fond de marques, études quali, expertises en tout genre... L'innovation devient le terrain d'une grande foire d'empoigne où l'on dit tout et son contraire. Marketing Magazine s'est placé du côté de la désobéissance pour demander à un psychiatre, une artiste et un metteur en scène quelle était leur vision des objets et de la société, et se ressourcer à leur propos.

  • Imprimer


Pourquoi huit Français sur dix se désintéressent-ils d'Internet ? Pourquoi deux sur trois n'ont-ils jamais eu la curiosité de faire un tour sur le Web ? Pourquoi la France ne compte-t-elle que 17 % d'internautes. Pour l'année 2000, leur croissance s'est limitée à 6 %. « Je parle de l'ordinateur à partir d'une position qui me paraît être celle de beaucoup de femmes. Aujourd'hui, les Paganini du clavier qui passent des dizaines d'heures dessus sont en majorité des hommes. Les femmes, elles veulent une machine qui rende des services dans les meilleures conditions et je ne vois pas pourquoi nous devrions devenir des experts pour faire fonctionner nos ordinateurs », explique, sans mâcher ses mots, François de Closets. L'ordinateur pose aussi le problème du désir pervers de mettre à mort l'intimité. Webcams, caméras biométriques, vidéosurveillance... aux Etats-Unis, 78 % des entreprises ont installé des systèmes de surveillance interne pour contrôler, stocker et analyser les messages électroniques de leurs salariés. Sur Internet se développe un marché de la vie privée. Une nouvelle société, partagée entre ceux qui pourront protéger au prix fort la sécurité de leurs données et ceux dont l'intimité sera exposée à tout vent, s'annonce. L'ordinateur et Internet ont fait souffler un vent de liberté et de partage. Mais ce n'est guère l'élaboration de contenus au service de la vie politique, sociale et culturelle qui triomphe. L'ordinateur est en train de miner la vie de couple (voir interview d'Antoine Malarewicz). Certains lendemains vont déchanter. Pour se nettoyer l'esprit et les yeux, écoutons les artistes (voir interview de Macha Makeieff et explications de Jean-François Maurier) lorsqu'ils nous parlent d'objets, d'objet du désir, non pervers... Lire Vision oblique, de Bertrand Barré et Francis Lepage aux Editions LPM. L'Imposture informatique de François de Closets et Bruno Lussato. Editions Fayard. Voir article de Michel Alberganti, La vraie-fausse fracture numérique, Le Monde du 15 mars 2001. Le Monde diplomatique, Sociétés sous contrôle, mars-avril 2001.

Stirésius