Recherche

Les produits sur Internet sont-ils moins chers ?

Publié par le

La distribution virtuelle étant a priori moins coûteuse pour un marchand qu'un réseau de magasins réels, les prix pratiqués sur ce canal sont supposés être moins élevés que ceux de la distribution classique. Pour vérifier le bien-fondé de ce postulat, une enquête comparative sur la commercialisation des logiciels informatiques a été réalisée entre décembre 1998 et mai 1999. En voici la synthèse.

  • Imprimer


Pour comparer le facteur prix dans la vente en ligne et hors ligne de logiciels, il faut prendre compte des différences de prix existant entre les différentes versions du logiciel (française, américaine, etc.) et l'origine géographique du vendeur (notamment en raison des taxes). Par exemple, un client français achetant un CD-Rom sur un site américain est facturé hors taxes. Les autorités françaises opèrent une refacturation de la TVA lorsque la somme des produits est supérieure à 400 francs. En dessous de cette limite, les frais de constitution du dossier coûtent plus que le montant de TVA récupérée. En revanche, il est impossible pour les autorités françaises de contrôler la vente de logiciels par téléchargement, car le produit passe les frontières de façon immatérielle. C'est à l'acheteur de déclarer son acquisition afin de régulariser la TVA. La principale difficulté rencontrée lors de cet exercice de comparaison de prix a été de trouver un ensemble de logiciels présents en grande distribution et sur plusieurs sites web marchands. En effet, les logiciels référencés varient selon les sites, certains étant spécialisés dans la bureautique et d'autres dans les jeux. Deux logiciels de bureautique, Excel et Word (nouvelles versions sur le marché à la date de l'enquête), et quatre logiciels de jeux (X-files, Tomb Raider, Flight-Simulator et C sar), un logiciel utilitaire (Norton Utilities) et un logiciel système (Windows) ont été retenus. Huit sites marchands ont été sélectionnés : boutiquemicro.com, fnac.fr, netboutic.com, cdandco.com, mon micro.com, softgallery.fr, softhori zon.com, wstore.com.

Bonne ergonomie


Tous les sites de notre échantillon étaient clairs, attirants et avec une charte graphique soignée. Les produits étaient présentés avec photo et commentaire. La partie recherche était aussi une réussite. A la manière d'un moteur de recherche, le visiteur dispose de deux moyens pour trouver un logiciel : taper un mot-clé ou choisir au travers d'un index thématique (bureautique, jeux, sécurité... ). Un autre outil de convivialité est apparu sur les sites. Il s'agit de "l'aperçu du chariot". En fait, l'acheteur effectue ses achats en sélectionnant les produits puis envoie sa commande globale à la fin. Certains sites (softgallery, monmicro...) permettent à tout moment de visionner l'ensemble des produits sélectionnés avant d'envoyer la commande. Dans ce bilan plutôt positif, seul le temps de chargement, souvent assez long, s'inscrit au passif. Tous les sites visités, à cause des bases de données de produits et des nombreuses images, sont assez lents et rendent la visite assez pénible. Via cette comparaison, il ressort que les prix proposés sur Internet sont en général légèrement inférieurs à ceux pratiqués par la distribution. Principaux bénéficiaires de cet avantage : les logiciels professionnels (499 francs pour Norton Utilities 3 en ligne, par exemple, contre 692 francs en grande distribution). Les prix des jeux, en revanche, varient peu (la vente off-line est même parfois moins chère : 329 francs pour C sar 3 en grande distribution contre 340 francs pour le vendeur on-line le moins cher). La différence entre revendeurs sur Internet est similaire à la concurrence traditionnelle. Certains prix d'appel (l'affaire du jour, de la semaine... ) attirent le consommateur, mais les prix restent assez comparables en général.

Téléchargement, une option d'avenir


La différence s'agrandit lorsque la livraison du produit se fait par téléchargement et non par livraison. Par exemple, Norton Uninstal Deluxe coûte 315 francs en distribution traditionnelle, alors qu'il ne vaut que 195 francs sur Softgallery. Les économies de support, de transport et de stockage sont en partie redistribuées aux clients. Le téléchargement est encore peu pratiqué en raison des capacités de transmission de données sur Internet. Il n'est valable aujourd'hui qu'avec des produits de faible taille (inférieur à 10 Mo). Les logiciels de grande taille, Windows par exemple, dépasse largement les 100 Mo, et il serait aberrant de les proposer en téléchargement. Cela sera possible uniquement lorsque le transfert de données sera optimisé (généralisation de l'accès Internet par le câble... ) et capable de transférer des données à hauts débits. Du point de vue des tarifs, la vente sur Internet apparaît plus avantageuse, surtout en comparant uniquement le prix de vente. Cependant, cette impression s'estompe dans l'acte d'achat de certains segments de consommateurs, peu habitués à la pratique du réseau, surtout en ce qui concerne les conditions de vente et les moyens de paiement. En effet, quelques doutes entourent encore l'achat via le Net, et limitent ainsi le développement du commerce électronique. Nous pouvons malgré tout légitimement supposer que la vente de logiciels par Internet devrait se développer. L'exemple du marché américain donne raison à ceux qui misent aujourd'hui sur le commerce électronique, même s'ils n'en tirent pas tous des bénéfices à court terme. * Les résultats obtenus, compte tenu de l'évolution rapide d'Internet, restent aujourd'hui sujets à d'éventuelles rectifications.

D.A

Franprix livre courses et repas en moins d'une heure

Franprix livre courses et repas en moins d'une heure

Franprix livre courses et repas en moins d'une heure

L'enseigne Franprix s'appuie sur la plateforme de livraison espagnole Glovo afin de proposer aux franciliens de commander leurs courses et des [...]

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Alors que les enseignes lancent régulièrement de nouvelles initiatives digitales, parfois à grand renfort de média, le cabinet de conseil Stanwell [...]

Marketing BtoB : plus d'opportunités que jamais !

Marketing BtoB : plus d'opportunités que jamais !

Marketing BtoB : plus d'opportunités que jamais !

Le marketing BtoB a souvent été le parent pauvre du marketing, souffrant d'une image austère, laissant moins de place à la créativité. Pourtant, [...]

Franprix et Allo Resto livrent des repas en 45 minutes

Franprix et Allo Resto livrent des repas en 45 minutes

Franprix et Allo Resto livrent des repas en 45 minutes

Une quarantaine de menus livrés en moins d'une heure. C'est ce que proposent Franprix et Allo Resto. L'enseigne s'est, en effet, associée au [...]