Recherche

Les pontons en révolution

Publié par le

Les responsables du défi Bouygues Télécom Transiciel qui défendront la France à l'America's Cup 2000, choisissent une identité qui tranche nettement avec l'esprit yachting.

  • Imprimer


La France gagnera-t-elle la coupe de l'America dans la foulée du Mondial ? C'est semble-t-il le pari de la nouvelle équipe du défi Bouygues Télécom Transiciel. Conçu par un pool d'architectes, le Yaka Design Team, le bateau est habillé d'une identité signée Euro RSCG Design, qui tranche singulièrement avec l'univers "blaser bleu marine" du yachting international. Les deux sponsors - Bouygues Télécom pour les deux tiers et Transiciel pour le reste - ont préféré à Yaka, nom originellement choisi par ses responsables, "le 6e sens", un claim appliqué sur la coque, les tenues de l'équipage et qui est également le nom du bateau. Un travail délicat compte tenu des contraintes techniques imposées par les architectes du bateau, les normes édictées par le comité de course et les desiderata des deux sponsors. « Nous avons dû veiller à ce que le marquage ne nuise pas à la fluidité de la coque », explique Pascal Coubry, directeur commercial d'Euro RSCG Design. « Les organisateurs de la course ont imposé par ailleurs un seuil maximum de présence publicitaire sur les bateaux, pour des raisons éthiques. » Des contraintes financières également, soit deux couleurs seulement du fait de la modestie du budget : 53 millions de francs contre près de 300 millions pour l'équipe italienne, sponsorisée par Prada... Côté impact des sponsors, l'agence a préalablement réalisé un audit des photos et vidéos de précédentes éditions pour définir les angles favoris des médias et s'assurer de la visibilité optimale des sponsors. « Nous avons également travaillé à faire passer un certain anticonformisme dans un univers de marquage habituellement très soft », poursuit le directeur de l'agence. Cette nouvelle approche veut également affirmer la singularité de l'équipe, son esprit de challenger et éviter tout rapprochement consanguin avec la gabegie Pajot/France Télévision lors de la dernière édition. Cet esprit frais devrait permettre au défi français de prendre un bon départ en termes médiatique, tout d'abord, et donner, on l'espère, un moral de vainqueur à son équipe. Nous verrons dès la première régate, le 18 octobre prochain à Auckland (Nouvelle-Zélande), si la subversion à la française s'avère payante.

VALÉRIE MITTEAUX

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Article écrit par Digitalent

Digitalent

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017 Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Le salon du E-Marketing PARIS ouvrira ses portes à Porte de Versailles, Paris, du 18 au 20 avril 2017. Comme à son habitude, il traitera des [...]

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Mardi 28 mars, Marketing organisait la 1re édition du Dîner du retail, réunissant plus de 70 directeurs retail à la Maison blanche à Paris. [...]

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

L'institut Harris Interactive a présenté la cinquième édition de son baromètre Social Life consacré aux médias sociaux. Le point sur les tendances [...]

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Article écrit par MEDIARITHMICS

MEDIARITHMICS

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Le Data Marketing : parcours du combattant ?

Lundi 10h : réunion hebdomadaire au département marketing. La directrice annonce les grandes lignes d’une campagne d’activation marketing scénarisée [...]