Recherche

Les enfants et l'humour : les copains d'abord

Publié par le

Les enfants rient beaucoup entre eux, de tout sauf d'eux-mêmes. Tel est l'un des nombreux constats de l'étude menée par Junior City, spécialisé dans les études et le conseil sur la cible des 0-25 ans, sur les rapports que les enfants âgés de 7 à 11 ans entretiennent avec l'humour.

  • Imprimer


Qu'est ce qui fait rire les enfants de ce début de millénaire ? Telle est la question que Junior City s'est posée pour cerner cette cible tant appréciée des marketeurs. A l'humour "subtil" des adultes, la première constatation de l'étude est la dimension sociale du rire pour les enfants. Un rire qui laisse la part belle au comique de situation et au jeu. Et lui donne toute sa valeur de sociabilisation. C'est donc dans les événements de la vie quotidienne, parmi leurs proches et leur entourage que les enfants rencontrent le plus le rire et l'humour. C'est même entre copains et copines qu'un tiers d'entre eux préfèrent rigoler. En fait, en grandissant, ils passent progressivement de la bulle parentale à celle des copains. Les petites filles ayant au départ plus ri avec leur mère et les garçons avec leur père. Une fois dans la cour de récré, ce sont les médias qui leur fournissent leur première matière à rigoler. Et plus particulièrement la télé. Les émissions s'avèrent d'excellents supports. Mais au hit-parade de "l'humour récré", ce sont encore les farces, les moqueries et autres pitreries qui tiennent le haut du pavé. Jeter de l'eau sur les passants ou effrayer les autres avec des araignées. Faire le "débile" ou lancer des grimaces aux voitures restent des grands classiques, au même titre que les formes préfabriquées, comme les devinettes et autres histoires drôles, voire les jeux de société, les jeux collectifs ou de cour.

La pub source d'hilarité


A la télé, c'est dans le divertissement et le dessin animé que les enfants trouvent la plus grande part d'humour. Si les élèves de cours moyen sont sensiblement attirés par les émissions de variété, les plus jeunes préfèrent les dessins animés. Les feuilletons et les sitcoms livrent leur humour aux plus âgés. Ils apprécient, par exemple, l'humour parodique et peut-être sexuellement transgressif de la série "Un gars, Une fille", ou les mimiques de Mr Bean. La télévision leur permet également de découvrir les spectacles des humoristes. Même si la moitié d'entre eux font surtout référence à Jamel Debbouze. Quant aux publicités, si les enfants se révèlent souvent incapables de les restituer selon le nom de la marque ou du produit, ils sont, en revanche, prolixes en détails et anecdotes propres au scénario. C'est avant tout l'histoire et son contenu qui les font rire, soit par l'absurdité des situations, le détournement des codes, voire le comique de langage, les pitreries ou les transformations et trucages... Côté supports écrits, c'est la BD qui remporte la palme du rire. Loin devant les magazines ou les livres, que seul Harry Potter et sa drôle de magie a réussi à sortir du lot. Au cinéma, ce sont les comédies. Même si les plus âgés se tournent vers les films et les plus petits les dessins animés. Quoi qu'il en soit, les enfants recherchent tous le comique de langage. Et, dans le cas des dessins animés, ils plébiscitent même le dévoiement des codes habituels. De là à penser que les mômes ont le sens de l'humour, il y a tout de même un pas qu'il ne faut pas franchir. Car, s'ils adorent rire, ils sont particulièrement susceptibles dès que l'on se moque de leur petit monde ou de leur vie quotidienne. A un âge où il est difficile de maîtriser ses émotions, les enfants se révèlent même incapables d'apprécier l'humour dès lors que celui-ci les concerne. Même comportement avec les grands problèmes de société, comme la mort, la violence ou l'actualité. Qui ont pour les enfants une valeur de l'ordre du tragique. Preuve que, pour les enfants plus que pour les adultes, l'humour relève plus d'une adhésion affective qu'intellectuelle.

MÉTHODOLOGIE


Etude réalisée d'avril à juin 2002 auprès de 1 182 enfants, âgés de 7 à 11 ans, répartis sur 5 académies (Paris, Lille, Rouen, Lyon et Toulouse).

Isabel Gutierrez

PME et applications mobiles : les derniers chiffres

PME et applications mobiles : les derniers chiffres

PME et applications mobiles : les derniers chiffres PME et applications mobiles : les derniers chiffres

Clutch publie des chiffres relatifs aux petites et moyennes entreprises et leur interet pour le developpement dapplications mobiles En moins [...]

Balmétrie : les Millennials, friands de papier

Balmétrie : les Millennials, friands de papier

Balmétrie : les Millennials, friands de papier

etude Balmetrie demontre la vitalite du courrier publicitaire courrier adresse et imprime publicitaire qui se revele un media ancre dans le [...]

Journée Agences Ouvertes 2017

Journée Agences Ouvertes 2017

Journée Agences Ouvertes 2017

Le 28 mars 2017 des dizaines agences de communication ouvriront leur portes aux etudiants aux institutions aux annonceurs aux medias ainsi qu [...]

Twitter, caisse de résonance de la télévision

Twitter, caisse de résonance de la télévision

Twitter, caisse de résonance de la télévision

occasion du Printemps des Etudes Twitter et Iligo se sont vus remettre le Trophee de Etude de Annee Rencontre avec David Sourenian directeur [...]

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

Dans ans une commande sur quatre en to sera effectuee sur un site de commerce apres etude sur la transition numerique ecommerce to realisee [...]