Recherche

Les “Hyper-mobiles” pointent le bout de leur nez

Publié par le

CSP +, aisés, urbains, constitués de jeunes familles avec enfants, les “Hyper-mobiles” sont à suivre de près. SIMM 2004 s'est penché sur ces consommateurs.

  • Imprimer


Friands de temps libre, boulimiques de médias, zappeurs professionnels de lieux et modes d'achat, les “Hyper-mobiles” débarquent. Agés de 39 ans en moyenne, constitués de jeunes familles avec enfants, ces Hyper-mobiles, ou “Hyper-pragmatiques”, ont une particularité : ils profitent pleinement de l'augmentation de temps libre. La “perméabilité du temps” est, en effet, leur domaine de prédilection, selon TNS Media Intelligence. 24 % des Hyper-mobiles passent de 10 à 12 heures par jour hors du domicile contre 13 % de l'ensemble de la population. Sans hésiter, cette cible met à profit les temps de transport et de déjeuner pour travailler, lire, surfer sur Internet et surtout faire ses courses. Ainsi, 72 % des Hyper-mobiles font leurs courses sur leur trajet ou pendant leur heure de déjeuner contre 45,3 % pour l'ensemble de la population. Parmi leurs domaines de dépenses privilégiés, figurent les voyages, les sorties, l'habillement, les livres, CD, DVD puis le sport ou l'équipement de loisir au détriment du bricolage, de l'électroménager, voire même des véhicules. « Les Hypers-mobiles sont clairement des hédonistes, souligne Hélène Hascoët, directrice commerciale du pôle Etudes Média de TNS Media Intelligence. Ils ont une haute sensibilité à la communication et un attachement à la marque. » En Hygiène-Beauté, les marques attirent, par exemple, 63% d'entre eux (contre 54 % de la population), et la publicité séduit 23% de la cible. Quant aux articles de presse, ils remportent un indice d'affinité de 144 (base 100).

Rapidité et pragmatisme vont de pair


Si les Hyper-pragmatiques ont un goût prononcé pour les produits, ils sont également médiavores. Ils ont d'ailleurs une forte capacité à saisir l'information en multipliant les canaux d'information et d'achat (Internet, radio, affichage, presse thématique). La télévision est ainsi largement plébiscitée pour les magazines de communication (indice 190), les émissions musicales (indice 141). Quant aux journaux télévisés nationaux et les magazines de divertissement, ils obtiennent des indices, respectivement, de 88 et 82. Concernant leur usage du Net, 24 % des Hyper-mobiles lisent la presse sur la Toile et s'intéressent plus particulièrement à l'économie, à la mode. L'achat de produits et services font partie des moteurs les plus utilisés. Encore une fois, ces jeunes urbains, démultiplient leur temps. Ils sont, par exemple, 41 % à travailler à leur domicile (contre 26 % des actifs), 12 % à travailler dans les transports (5 % chez les actifs). 19 % possèdent des ordinateurs portables contre 10 % des actifs. Idem pour les téléphones mobiles, possédés par 86 % d'entre eux contre 69 % de la population ou pour l'électronique de poche (13 % contre 6 %). « Le besoin de customisation, l'attachement à la marque et la sensibilité aux actions de communication guident leurs pratiques de consommation, analyse Hélène Hascoët. C'est une cible intéressante à suivre pour les médias et la distribution qui devront développer de nouvelles stratégies d'approche de communication» A bon entendeur…

Ava Eschwège