Recherche

Le hard discount toujours dynamique

Publié par le

Dans un contexte de concentration accrue, l'édition 1998 du RéférEnseigne de Secodip note une nouvelle fois la poussée du hard discount et constate les difficultés de certaines enseignes.

  • Imprimer


A la fin du 1er semestre 1998, six "interlocuteurs" achats représentaient quelque 80 % de la consommation des ménages. Une conséquence du phénomène de concentration qui s'est poursuivi en 1998 et qui engendre, parallèlement, ce que Secodip nomme le "trouble du consommateur". "Le client/ consommateur 98 s'est replié vers un comportement plus "conservateur". Ce qui se traduit factuellement par la baisse quasi générale des mixités de fréquentation et la légère érosion du nombre moyen d'enseignes fréquentées." Comme en 1997, le "RéférEnseigne d'Or" récompense le hard discount : 8 % des achats des ménages et une progression de 0,7 point. Un dynamisme dû, selon Secodip, "exclusivement à la capacité de fidélisation des hard discounters qui, pour la seconde année, leur permet de construire petit à petit leur fonds de clientèle". Les trois quarts de leur progression sont dus à des transferts de chiffre d'affaires en provenance d'Intermarché et Leclerc et, dans une moindre mesure, de Système U.

Les bonnes performances de stoc


Le "RéférEnseigne d'Argent" 98 revient quant à lui à Stoc, "petite enseigne" (10e part de marché) pour laquelle Secodip a noté "une amélioration spectaculaire de la pénétration, qui n'est pas expliquée uniquement par l'augmentation du parc, et une amélioration très nette du niveau de fidélité de sa clientèle". Stoc est par ailleurs une des seules enseignes à récupérer du chiffre sur les hard discounters. A contrario, trois enseignes apparaissent en difficulté. Leclerc, leader du paysage commercial dont l'association avec Système U représente 22 % de la consommation, mais qui, pour la seconde année consécutive, enregistre un recul de sa part de marché. Champion souffre, quant à elle, "d'un recul d'attractivité non compensé par l'amélioration de la fidélité de sa clientèle". Et enfin Géant qui, sur un parc stable, doit sa contre-performance à un recul de fidélité de sa clientèle. L'enseigne disparaît même du Top 5 des enseignes dans les régions Centre-Est et surtout Sud-Est...

FRANÇOIS ROUFFIAC

[Retailoscope] Lidl : du hard au smart discount

[Retailoscope] Lidl : du hard au smart discount

[Retailoscope] Lidl : du hard au smart discount [Retailoscope] Lidl : du hard au smart discount

C'est un cas d'école. Le chantre du hard-discount Allemand, Lidl, a opéré un repositionnement radical. Il est passé du "hard" discount au "smart" [...]

Lidl ose la pub comparative

Lidl ose la pub comparative

Lidl ose la pub comparative

Lidl, en pleine mutation vers une montée en gamme, veut montrer son nouveau visage, loin du hard-discount. Une stratégie lacée en 2012 et qui [...]

Gifi digitalise ses points de vente

Gifi digitalise ses points de vente

Gifi digitalise ses points de vente

Avec une centaine de magasins déjà équipés d'écrans, Gifi, numéro 1 du discount digitalise ses magasins. Installés à des endroits stratégiques, [...]

Le non-consommateur

Le non-consommateur

Le non-consommateur

Infidèle, zappeur, accro au hard discount, adept du concept

Les MDD volent au secours des enseignes

Les MDD volent au secours des enseignes

Les MDD volent au secours des enseignes

Nouveaux produits, nouveaux concepts, nouveaux noms... Pour freiner la percée du hard discount, la distribution classique multiplie les initiatives. [...]

Lidl relooke ses magasins

Lidl relooke ses magasins

Lidl relooke ses magasins

Le hard discounter investit plus de 200 millions d'euros dans la réhabilitation architecturale de ses magasins existants et la création de nouveaux [...]

Le Hard Discount s'essouffle

Le Hard Discount s'essouffle

Le Hard Discount s'essouffle

Selon l'étude annuelle TNS Worldpanel sur le Hard Discount, le rythme de croissance de ce type de magasin ralentit, freiné par une concurrence [...]