Recherche

Le hard discount toujours dynamique

Publié par le

Dans un contexte de concentration accrue, l'édition 1998 du RéférEnseigne de Secodip note une nouvelle fois la poussée du hard discount et constate les difficultés de certaines enseignes.

  • Imprimer


A la fin du 1er semestre 1998, six "interlocuteurs" achats représentaient quelque 80 % de la consommation des ménages. Une conséquence du phénomène de concentration qui s'est poursuivi en 1998 et qui engendre, parallèlement, ce que Secodip nomme le "trouble du consommateur". "Le client/ consommateur 98 s'est replié vers un comportement plus "conservateur". Ce qui se traduit factuellement par la baisse quasi générale des mixités de fréquentation et la légère érosion du nombre moyen d'enseignes fréquentées." Comme en 1997, le "RéférEnseigne d'Or" récompense le hard discount : 8 % des achats des ménages et une progression de 0,7 point. Un dynamisme dû, selon Secodip, "exclusivement à la capacité de fidélisation des hard discounters qui, pour la seconde année, leur permet de construire petit à petit leur fonds de clientèle". Les trois quarts de leur progression sont dus à des transferts de chiffre d'affaires en provenance d'Intermarché et Leclerc et, dans une moindre mesure, de Système U.

Les bonnes performances de stoc


Le "RéférEnseigne d'Argent" 98 revient quant à lui à Stoc, "petite enseigne" (10e part de marché) pour laquelle Secodip a noté "une amélioration spectaculaire de la pénétration, qui n'est pas expliquée uniquement par l'augmentation du parc, et une amélioration très nette du niveau de fidélité de sa clientèle". Stoc est par ailleurs une des seules enseignes à récupérer du chiffre sur les hard discounters. A contrario, trois enseignes apparaissent en difficulté. Leclerc, leader du paysage commercial dont l'association avec Système U représente 22 % de la consommation, mais qui, pour la seconde année consécutive, enregistre un recul de sa part de marché. Champion souffre, quant à elle, "d'un recul d'attractivité non compensé par l'amélioration de la fidélité de sa clientèle". Et enfin Géant qui, sur un parc stable, doit sa contre-performance à un recul de fidélité de sa clientèle. L'enseigne disparaît même du Top 5 des enseignes dans les régions Centre-Est et surtout Sud-Est...

FRANÇOIS ROUFFIAC

A la rencontre de l’équipage de Mailjet

A la rencontre de l’équipage de Mailjet

A la rencontre de l’équipage de Mailjet A la rencontre de l’équipage de Mailjet

Comme dans de nombreuses startups une des devises de Mailjet est Work Hard Play Hard Pourtant le culture dentreprise qui regne chez le leader [...]

[Retailoscope] Lidl : du hard au smart discount

[Retailoscope] Lidl : du hard au smart discount

[Retailoscope] Lidl : du hard au smart discount

est un cas ecole Le chantre du hard discount Allemand Lidl opere un repositionnement radical Il est passe du hard discount au smart discount [...]

Gifi digitalise ses points de vente

Gifi digitalise ses points de vente

Gifi digitalise ses points de vente

Avec une centaine de magasins deja equipes ecrans Gifi numero du discount digitalise ses magasins Installes des endroits strategiques les ecrans [...]

Tati mis en vente par le groupe Eram

Tati mis en vente par le groupe Eram

Tati mis en vente par le groupe Eram

Tati le celebre discounter cherche un repreneur apres sa mise en vente par le groupe Eram La marque cumule les pertes depuis plusieurs annees [...]

Lidl ose la pub comparative

Lidl ose la pub comparative

Lidl ose la pub comparative

Lidl en pleine mutation vers une montee en gamme veut montrer son nouveau visage loin du hard discount Une strategie lacee en 2012 et qui se [...]

Le non-consommateur

Le non-consommateur

Le non-consommateur

Infidele zappeur accro au hard discount adept du concept

- 0,4 %

- 0,4 %

- 0,4 %

est le pourcentage de baisse des deacutepenses alimentaires en volume dans le circuit hard discount ennbsp2010 contre nbsp2nbsp pour les hypers [...]