Recherche

Le bio sème à tout vent

Publié par le

Qui aurait parié que l'offre bio résisterait à la tempête actuelle? Et même, dans certains circuits, que sa part de marché s'envolerait? Quels sont les bénéfices qui lui sont réellement associés chez les consommateurs? Le point sur le succès du bio.

  • Imprimer

Alors que la majorité des secteurs flanche, le bio tire son épingle du jeu. Bien sûr, l'offre de produits bio s'est étoffée ces dernières années. Mais ce n'est pas seulement une question d'offre. La demande est bien là, elle est même dopée par la crise qui suscite, chez beaucoup, un retour aux valeurs essentielles. Reste à savoir à quoi correspond cet attrait pour le bio.

Selon la dernière enquête en ligne réalisée par Ipsos Marketing pour Marketing Magazine en mai dernier auprès d'un échantillon représentatif de 500 Français, le succès actuel des produits bio ne les empêche pas d'être perçus comme onéreux. Ainsi, pour 85% des personnes interrogées, les produits bio sont avant tout des «produits qui sont chers«. C'est le score le plus élevé de l'enquête! Ensuite, on s'aperçoit que la notion de bio possède deux traits essentiels aux yeux des consommateurs: le respect de l'environnement d'un côté, et le caractère»naturel«de l'autre. Ces deux bénéfices recueillent chacun 73% des suffrages. C'est dire à quel point ils sont liés dans l'esprit des consommateurs. Deux autres valeurs se distinguent aussi dans la hiérarchie: les produits bio sont des»produits bons pour la santé« (68%) et ce sont des»produits de qualité«(65%). Or, toutes ces valeurs ont le vent en poupe, surtout depuis le début de la crise. Le succès du bio n'est donc pas surprenant, car il correspond aux aspirations actuelles. Ainsi, 48% des personnes interrogées déclarent que les produits bio «correspondent à leurs convictions». Consommer bio est d'ailleurs, pour 59% d'entre eux, un comportement éthique et responsable.

Des marchés potentiels

Dans le domaine alimentaire, la guerre du goût semble être terminée. Pour 63% des Français en effet, les produits alimentaires bio sont des «produits qui ont du goût» et 51% disent en acheter... Nul doute que si la barrière du prix était levée (et l'offre élargie), ce chiffre bondirait. En revanche, dans d'autres secteurs, tout reste à faire. C'est le cas notamment dans l'univers des cosmétiques. Seulement un tiers des personnes interrogées pensent que les produits cosmétiques bio sont «efficaces», une lacune rédhibitoire sur ce marché. La même proportion pense que ce sont des produits qui «sentent bon». Ces freins restent à lever pour assurer l'envol des marques de cosmétique naturel. Dans quels secteurs justement le bio a-t-il le plus de potentiel? Aujourd'hui, hormis l'alimentaire, l'entretien de la maison et le jardin sont plébiscités. 36% et 31% des Français disent acheter des produits bio dans ces catégories. Parmi les intentions d'achat, les peintures murales se détachent (40% envisagent d'en acheter), ainsi que les jouets (38%). A noter, le potentiel significatif pour les produits d'hygiène corporelle (36%) ainsi que pour le textile (36%).

L'un des enseignements les plus frappants de l'enquête réside dans la convergence de vues entre différentes catégories de la population: hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, parents et célibataires. Et si c'était ça, le vrai succès du bio?

Remy OUDCHIRL