Recherche

Le Réseau Pervasif : le sens de l'histoire

Publié par le

De même qu'Internet est apparu pour désenclaver des PC solitaires, il est nécessaire de construire un nouveau réseau qui tisserait dans une même toile l'ensemble des objets communiquants dans laquelle l'utilisateur serait immergé.

  • Imprimer


Au commencement, le composant électronique coûtait cher. Les ordinateurs étaient gros et rares. Les hommes devaient se regrouper à plusieurs autour d'un ordinateur central (Main Frame). C'était l'époque : UN ordinateur pour plusieurs utilisateurs. Puis, les puces électroniques ont commencé à devenir de moins en moins chères. Il a été possible de donner à chacun son propre ordinateur. On appela, d'ailleurs, l'appareil Personal Computer (PC). C'était l'époque : UN ordinateur pour UN utilisateur. Mais les puces n'avaient pas fini de pulluler. Leur coût devenait de plus en plus dérisoire. Alors, il y eut des puces partout : dans les voitures, dans les télévisions et les téléphones, dans les poignées de porte et les ascenseurs, dans les sèche-cheveux… Et bien sûr, dans certains appareils qui, bien que n'étant plus les seuls à être dotés de puces intelligentes, portaient, seuls, le nom d'ordinateurs. L'homme naviguait au milieu de cet archipel d'objets et de prothèses. Chacun lui parlait une langue différente et n'acceptait de communiquer qu'à de rares occasions avec des appareils étrangers à son espèce. On était au début de l'époque : PLUSIEURS ordinateurs (ou machines intelligentes) pour UN utilisateur.

Du PC, Personal Computer, au PN, Personal Network

Et l'homme de rêver : “Ne serait-il pas normal qu'il existe un réseau permettant à tous mes appareils de collaborer en permanence, de parler spontanément ensemble et avec le reste du monde, de constituer collectivement comme un seul ordinateur virtuel qui serait la somme de leurs intelligences, de leurs connaissances et de leurs savoir-faire respectifs ?” Jusqu'à présent, construire un réseau était une entreprise chère et complexe, réservée aux riches. Aussi, les hommes se regroupent-ils autour du Grand Réseau central comme jadis autour de leur Main Frame. Mais avec des technologies telles que la Wi-Fi, l'établissement d'un réseau devient possible, peu coûteux et relativement facile à mettre en œuvre par tout un chacun. Ce phénomène ne pourrait-il pas donner naissance à des Personal Networks ou Réseaux d'Utilisateurs, comme nous avons déjà des Personal Computers ? Ils pulluleraient librement, se développant au gré des besoins immédiats de leurs utilisateurs même. Mais très vite, comme un individu appartient à différents réseaux, ces micro-réseaux finiront par se donner la main les uns aux autres. Ce réseau, composé par de nombreuses minuscules unités qui coopèrent, a donné naissance au concept de Mesh Networking et au développement de technologies qui permettent de le mettre en œuvre. L'Internet n'est pas un réseau mais le méta-réseau interconnectant un très grand nombre de réseaux construits par des entités publiques ou commerciales. Il s'est constitué à partir de la notion de peering qui consiste simplement à laisser passer sur son propre réseau le trafic provenant d”un autre réseau et vice versa. En introduisant la notion de peering entre Personal Networks, c'est-à-dire en interconnectant les différents Personal Networks, il sera possible de poursuivre la logique qui a présidé à la formation de l'Internet. Nous verrions alors l'apparition d'un macro/micro-Internet, ou le prolongement de l'Internet à un plus petit niveau de granularité (ou de fractale). Ainsi, à partir de centaines de micro-initiatives parviendrons-nous à construire, plus rapidement et plus économiquement, un réseau global avec et sans fil. En somme, à poursuivre ce que l'Internet a réalisé à ce jour. Ce réseau est le Réseau Pervasif.

Ozone, premier opérateur du Réseau Pervasif

Ozone déploie un réseau à Paris, construit à base de technologie Wi-Fi. OzoneParis propose à tous un accès haut débit à l'Internet sans fil. Accès utilisable de façon fixe comme en situation de mobilité : la connexion de l'utilisateur n'est plus cantonnée à sa seule adresse physique mais est effective dans toutes les zones couvertes par l'opérateur. L'utilisateur n'a plus besoin d'un autre fournisseur d'accès, ni même d'une ligne téléphonique et sa connexion est permanente. La vitesse de connexion de 2 à 4 Mégabits, et ce de manière symétrique, permet d'exploiter l'ensemble des ressources d'Internet. Fin 2006, OzoneParis, grâce aux utilisateurs qui contribuent à l'extension du réseau, couvrira l'ensemble de la capitale. www.ozoneparis.net

par Rafi Haladjian, fondateur d'OzoneParis

Le web social, source d'insight

Le web social, source d'insight

Le web social, source d'insight

En prêtant attention à ce qui se dit sur les réseaux sociaux, espaces d'expressions privilégiés des consommateurs, les marques sont à même d'identifier [...]

Les 10 idées marketing (10-14 oct.)

Les 10 idées marketing (10-14 oct.)

Les 10 idées marketing (10-14 oct.)

La rédaction a sélectionné pour vous 10 informations percutantes. Au menu cette semaine: Facebook teste la publicité dans les groupes, les raisons [...]

Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Avec 6058 millions d'euros générés sur les trois premiers trimestres 2016 d'après l'IREP, la baisse des recettes publicitaires se stabilise [...]