Recherche

Le Net, le meilleur canal du C to C

Publié par le

Alors que Price Minister ses cinq ans, la plate-forme de e-commerce entre particuliers vient de lancer avec Opinion Way un baromètre du C to C. Il est destiné à suivre chaque année le comportement et les opinions des internautes.

  • Imprimer

En 2005, le commerce en ligne entre particuliers a fait figure de phénomène. 2006 devrait marquer son explosion. Fin mai, une étude Fevad/ Médiamétrie//NetRatings évaluait le marché du C to C sur Internet aux alentours de 1,5 milliard d'euros. Selon cette même source, près d'un internaute sur deux (48 %) s'était déjà rendu sur un site de C to C au cours du dernier mois, contre 39 % en 2005. Pour le baromètre PriceMinister/Opinion Way, qui s'est intéressé au C to C en général et sur le Net en particulier, 74 % des personnes ont commercé avec un particulier au cours des douze derniers mois, dont 38 % sur Internet. Qui sont ces nouveaux commerçants ? Selon Opinion Way, l'acheteur est souvent une personne habitant en milieu rural, mais il est indifféremment homme ou femme, CSP + ou -. Le vendeur, lui, est plus souvent masculin. Quant à ce qu'il se vend entre particuliers sur ces sites, il s'agit en priorité de biens culturels, comme pour le C to C en général. 22 % des internautes affirment ainsi avoir acheté un DVD ou une VHS sur Internet et 7 % en avoir vendu. Viennent ensuite les livres, suivis de près par les jeux vidéo, l'informatique et les vêtements (11 % à l'achat et 10 % à la vente). A la traîne, les meubles, le matériel hi-fi et autres moyens de transport qui ne sont achetés que par moins de 3 % des internautes. Mais le potentiel existe : près de 20 % des personnes interrogées affirment ainsi que le Net est un canal adapté pour la vente ou l'achat d'un véhicule. Tous biens confondus, le Web est d'ailleurs plébiscité par les internautes pour le commerce entre particuliers. Ils sont 86 % à affirmer que la Toile est un moyen efficace pour ce type de transactions, loin devant les petites annonces de la presse spécialisée (51 %), de la presse quotidienne (12 %) et celles déposées dans les commerces de proximité (9 %). Dans ce contexte, 75 % des internautes prédisent un avenir radieux au C to C en ligne pour les prochaines années. La plupart envisage d'ailleurs d'utiliser au maximum les possibilités du réseau en achetant et en vendant par ce biais (65 %) et pas seulement en réalisant une seule de ces actions (17 % à l'achat et 9 % à la vente).

Des garde-fous indispensables

Pour autant, les craintes concernant le commerce en ligne restent vivaces. La peur de se faire avoir ou de ne pas être payé préoccupe ainsi 70 % des internautes qui s'inquiètent également du manque de garantie (61 %), du montant des frais de port (59 %) et de l'impossibilité de voir le produit avant de l'acheter (49 %). La sécurité est ainsi le premier critère d'achat sur les sites de C to C. Et ce bien avant le prix. Deux tiers des internautes interrogés déclarent que l'assistance en cas de litige avec un vendeur permettrait de déterminer leur choix de site, quand 55 % avancent l'argument du prix et 34 % celui du choix. A la vente, même chose. C'est la garantie de paiement (75 %) qui est largement en tête des demandes des internautes, loin devant la simplicité d'utilisation des services proposés (48 %). Une fois la confiance installée, c'est tout de même le prix qui est relevé comme l'avantage majeur du C to C sur le Net. 56 % des personnes interrogées considèrent ainsi qu'il est moins cher d'acheter des produits par ce canal. Autres atouts du réseau : sa taille et sa diversité qui permettent de trouver en quelques clics des articles rares ou épuisés (52 %) ou, pour les plus écolos, d'éviter le gaspillage ou de jeter (26 %). Enfin, pour les plus sociables, PriceMinister, dans un petit dictionnaire (très) subjectif, livre une multitude d'anecdotes, d'histoires d'amitiés, d'amour et de hasard qui ont toutes commencé par un simple échange commercial en ligne…

Méthodologie

Etude quantitative réalisée par Opinion Way pour PriceMinister auprès d'un échantillon de 957 personnes, représentatif des internautes français âgés de 18 ans et plus, selon les critères de sexe, d'âge et de CSP. Questionnaire on line (Cawi) envoyé par e-mail du 21 au 26 juin 2006.

Béatrice Héraud

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B [Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

Dans 4 ans, une commande sur quatre en B to B sera effectuée sur un site de e-commerce, d'après l'étude sur la transition numérique & ecommerce [...]

L'e-mailing ne baisse pas la garde

L'e-mailing ne baisse pas la garde

L'e-mailing ne baisse pas la garde

L'e-mail demeure un outil majeur de prospection et de fidélisation, aussi bien en B to B qu'en B to C, selon l'étude "Email marketing attitude", [...]

Le marketing sectoriel

Le marketing sectoriel

Le marketing sectoriel

Plusieurs facteurs conduisent à pratiquer un marketing sectoriel, en utilisant la même démarche marketing, mais en actionnant des leviers différents [...]

Qui sont les ambassadeurs de marques ?

Qui sont les ambassadeurs de marques ?

Qui sont les ambassadeurs de marques ?

Quelles sont les attentes et les motivations des personnes qui s'engagent pour les marques et partagent leur expérience en conseillant d'autres [...]