Recherche

Laboratoires pharmaceutiques : vers un nouveau mix communication

Publié par le

La huitième édition du Baromètre Communication Santé de Pharmamétrie apporte son lot d'enseignements sur les nouvelles orientations de la communication des laboratoires pharmaceutiques.

  • Imprimer


La nouvelle édition du Baromètre de la Communication Santé de Pharmamétrie voit se renforcer les tendances de la précédente vague de 1997 : les politiques de communication se mettent en place bien avant l'AMM (autorisation de mise sur le marché). Dans la communication post-AMM, l'importance accordée à la visite médicale est toujours plus affirmée parce qu'il s'agit d'un média interactif, réactif et permettant un ciblage précis. Si, sur les 100 % alloués à la promotion, 80 % sont consacrés à la VM, les 20 % restants vont, en majorité, au développement d'actions permettant d'instaurer la permanence de la relation avec les cibles. Les outils one-to-one, les programmes de fidélisation, de relations professionnelles et d'études épidémiologiques se multiplient. « On assiste à la montée en puissance des structures marketing/ventes chargées d'établir une relation optimale entre les réseaux et les prescripteurs », souligne Kilian Frisch, manager de Pharmamétrie. Le tout avec un objectif principal : accroître la fidélité envers le laboratoire et donc la motivation à la prescription de produits. En conséquence, le discours s'oriente de plus en plus vers l'expression de savoir-faire spécialisés (cardiologie, gastro...) ; la communication produit ne venant qu'en second plan. En même temps, se développe la communication "preuves" faisant référence à des essais cliniques. La communication institutionnelle, quant à elle, se développe tant à destination des prescripteurs qu'auprès de l'environnement, afin de limiter le "pouvoir de nuisances" des acteurs de santé. Nouvelle orientation dans la communication : des budgets additionnels se créent également pour gérer l'interface entre le laboratoire et l'officine dans des opérations de trade marketing. Au moment du lancement, les investissements se veulent massifs et de courte durée pour établir le plus rapidement possible la notoriété du produit auprès du plus grand nombre (le potentiel doit être atteint au bout de 6 mois maximum), présenter les avantages concurrentiels du produit et "bloquer" le marché.

MÉTHODOLOGIE


Etude réalisée par Pharmamétrie entre janvier et juin 1999, basée sur 130 entretiens : 25 dirigeants de laboratoires pharmaceutiques et 105 opérationnels (directeurs marketing, de la communication, chef de groupe, de produits...).

Anika Michalowska

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs marketing en mal de confiance Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs communication inspirent davantage confiance aux consommateurs que les directeurs marketing, selon une étude réalisée par l'Ifop [...]

Marketing pharmaceutique : quelles évolutions ?

Marketing pharmaceutique : quelles évolutions ?

Marketing pharmaceutique : quelles évolutions ?

Le monde de l'industrie pharmaceutique est en évolution permanente. Qu'en a-t-il été du marketing durant ces dix dernières années. Et quelles [...]

Les nouveautés de JCDecaux pour 2016

Les nouveautés de JCDecaux pour 2016

Les nouveautés de JCDecaux pour 2016

Avec la mise en place d'un vaste programme d'étude et le lancement de son propre laboratoire d'innovations, le groupe JCDecaux veut renforcer [...]

Vivactis MailCall adopte Performer 3.5 de PGS

Vivactis MailCall adopte Performer 3.5 de PGS

Vivactis MailCall adopte Performer 3.5 de PGS

Pour ses campagnes de marketing direct, Vivactis MailCall, spécialiste du marketing direct pour les laboratoires pharmaceutiques et les professionnels [...]