Recherche

La promotion en 1997 : le règne du prix

Publié par le

En 1997, plus de 36 000 opérations de promotion (+ 33 %/1996) ont été recensées par la Banque Informations Progress Promotion. Signe des temps : 64 % d'entre elles reposaient sur des offres de prix.

  • Imprimer


Depuis vingt-sept ans, la banque de données BIPP, Banque d'Informations Progress Promotion, assure la pige des actions promotionnelles en France, avec une représentativité qu'elle estime à 70 % du marché des opérations à caractère national ; seuls les messages émanant des médias audiovisuels lui échappant. Avec + 33,2 % en nombre d'actions, l'année 1997 a enregistré la seconde plus forte croissance depuis une quinzaine d'années, après 1993 (+ 43, 2 %). Pour la BIPP, plusieurs explications justifient ce phénomène : la "nécessité impérieuse de secouer les consommateurs en exerçant un effet d'"électrochoc promotionnel" par l'attrait d'offres destinées à briser l'inertie due à la baisse de leur pouvoir d'achat", le transfert d'actions de publicité vers la promotion, l'importance accrue de la distribution dans les lancements de nouveaux produits, l'usage de la promotion dans certains secteurs qui, jusqu'à présent, n'y avaient pas recours tels que l'informatique, la lingerie féminine Sans oublier la tendance de certains annonceurs à traiter en interne les promotions présentant un caractère répétitif.

Le dynamisme de l'alimentaire


Si la grande distribution reste et de loin le secteur leader, sa part relative a diminué de plus de 3 points entre 1997 et 1996, avec parallèlement une croissance inférieure à celle du marché. En revanche, le secteur alimentaire a vu sa part augmenter de près de 4 points, sous l'effet d'une progression record de plus de 60 % de ses opérations. Le non-alimentaire suit la croissance du marché tandis que les services sont en retrait, ne progressant que par la téléphonie, les logiciels et les médias. Avec près de 64 % des actions recensées, les offres de prix dominent très nettement le marché (+ 1,7 point/96) ; une position expliquée évidemment par celle de la distribution. Près de 60 % de ces offres sont effectuées sous la forme d'offres spéciales. A noter la forte croissance des ventes à lots, + 53 %, et des 3 pour 2, + 56 % ; les ventes jumelées, + 29 %, progressant surtout grâce à la technique du "1 F de plus" (105 opérations en 1997 dont plus de la moitié émanant de la téléphonie et de l'automobile). Les offres de remboursement ont, elles, clairement perdu de leur impact face aux bons de réduction (+ 45 % pour ceux à réduction immédiate et + 75 % pour ceux à valoir sur le prochain achat). "De plus en plus, note la BIPP, le public rejette les offres qui ne se caractérisent pas par leur simplicité et l'instantanéité du bénéfice." Quant aux ventes à primes, + 27 %, elles progressent essentiellement, selon la BIPP, grâce au développement des clubs et boutiques permettant d'obtenir des objets personnalisés à la marque et à la vogue des primes "produits en plus". Les jeux représentent près de 95 % de la famille "jeux et concours", avec comme principales tendances : l'impact des jeux à révélation immédiate, le développement des loteries téléphoniques, des systèmes de grattage et des jeux aléatoires in-pack. A noter également un meilleur accueil de la part des distributeurs aux winners per store et le développement des campagnes d'animation, notamment aux points de vente. Si les techniques d'essai voient leur part diminuer, elles n'en enregistrent pas moins une certaine reprise. Quant aux charity promotions, elles restent tout à fait marginales.

Le développement de la "coopération"


Sur le plan qualitatif, la banque de données BIPP met principalement en avant le développement du concept global de "coopération" qui peut prendre des formes diverses : partenariat avec la distribution, partenariat entre marques d'un même groupe et partenariat avec d'autres marques se traduisant par des couplages de coupons de réduction, d'échantillons, de jeux communs, ou encore par la création de produits mixtes.

FRANÇOIS ROUFFIAC

Mim placée en redressement judiciaire

Mim placée en redressement judiciaire

Mim placée en redressement judiciaire

Les difficultés qui touchent le secteur de la mode à petit prix (fermeture de nombreux magasins du groupe Vivarte, notamment) perdurent. L'enseigne [...]

Le mix-marketing

Le mix-marketing

Le mix-marketing

Le mix-marketing représente les variables sur lesquelles les responsables marketing peuvent jouer pour satisfaire au mieux leur marché cible. [...]

Elisabeth Billiemaz, présidente de l'agence Les Gaulois

Elisabeth Billiemaz, présidente de l'agence Les Gaulois

Elisabeth Billiemaz, présidente de l'agence Les Gaulois

Le groupe annonce également la nomination de Hugues Reboul en tant que vice-président. Chez Havas depuis 1997, il gérait, entre autres, le budget [...]

La Fnac clame "Pourvu qu'il pleuve !"

La Fnac clame "Pourvu qu'il pleuve !"

La Fnac clame "Pourvu qu'il pleuve !"

La Fnac lance sa première campagne marketing météo-sensible géolocalisée, du 24 octobre au 13 novembre, pour son service de vidéo à la demande. [...]

Récompenses : 4 règles pour réussir votre opération

Récompenses : 4 règles pour réussir votre opération

Récompenses : 4 règles pour réussir votre opération

Incentive, promotion ou fidélisation, les opérations utilisant la récompense peuvent répondre à toutes vos problématiques pour peu que votre [...]

Le soleil à tout prix ?

Le soleil à tout prix ?

Le soleil à tout prix ?

En cette période de réservations estivales, quel est l'impact réel des innombrables promotions et autres "prix imbattables" sur les achats de [...]

Les 10 idées marketing (7-11 nov.)

Les 10 idées marketing (7-11 nov.)

Les 10 idées marketing (7-11 nov.)

La rédaction a sélectionné pour vous 10 informations percutantes. Au menu cette semaine: des licornes font office de chauffeurs Uber pour Coca-Cola, [...]