Recherche

La peur au ventre n'a pas de frontière 2/2

Publié par le

Résultat d'une recherche effectuée auprès de 7 000 Italiens, Français, Anglais, Allemands et Américains, l'étude Ocha démontre que, si le mangeur international standard n'existe pas, l'anxiété alimentaire, elle, gagne du terrain. Les continentaux européens résistent avec leurs traditions, mais les Anglo-Saxons ne savent plus à quel saint se vouer.

  • Imprimer



Les affres du choix


De quoi perturber plus d'un mangeur. Car, simultanément, une majorité très importante d'interviewés affirment être convaincus de l'importance de l'alimentation pour sa santé. « Partout le mangeur est soumis à une pression analogue : prendre le contrôle de son alimentation, manger correctement. Cette pression vient autant de l'industrie que de la médecine et des pouvoirs publics. Mais, dans tous les cas, elle renvoie à une conception individuelle et volontariste de l'alimentation qui est censée venir remplacer les "modèles" collectifs culturellement déterminés de jadis », explique Claude Fischler. Le rapport à la modernité alimentaire pose donc des problèmes partout, mais de manière différente selon qu'il persiste ou non une tradition culturelle transmise. Ainsi, avoir une alimentation saine est plus facile pour les Allemands, les Français, les Suisses ou les Italiens que pour les Américains ou les Anglais. Les premiers s'en réfèrent à quelques principes édictés par la "sagesse des nations" comme manger avec modération, avoir une alimentation variée choisir des produits frais ou s'appuyer sur des traditions comme faire trois repas par jour ou ne pas manger entre les repas. Les Anglo-Saxons, au contraire, trouvent ces préceptes insuffisants. De sorte que 5 à 6 Américains sur dix sont des mangeurs "tourmentés" et 7 sur 10 préfèrent être "confiants en la science". Alors qu'à titre d'exemple, un quart des Français ne fait justement pas confiance à la science. Pas étonnant non plus que les Britanniques n'entrent que très rarement dans la catégorie des mangeurs "conviviaux" pas plus que dans celle des "écolo-bio" en quête de naturalité. Mais, si les Etats-unis comptent autant de "mangeurs" tourmentés, c'est aussi parce qu'ils se sentent coupables de ne pas être capables de contrôler leur alimentation et leur poids. Car aux Etats-Unis, manger sain est un impératif moral autant qu'un impératif de santé. Ainsi que l'explique Christy Shields, chercheur en anthropologie au CETSAH de Paris, « les Français se sentent vulnérables collectivement face à la modernité alimentaire et les Américains en tant qu'individus. Aux USA, c'est "nous" en tant que peuple qui avons le choix et la liberté des choix. Mais c'est à "moi" en tant qu'individu qu'il revient de faire le bon choix. C'est cette responsabilité qui est lourde à porter ».

Sainte nature


Dans ce contexte névrotique, une majorité de mangeurs occidentaux trouvent refuge dans une nostalgie du "naturel", et une hostilité massive aux OGM qui font peur à plus de 8 mangeurs sur 10, en moyenne, et plus particulièrement en Suisse, en Allemagne et en France.
























Mais, comme le souligne Paul Rozin, de l'Université de Philadelphie aux USA, qui s'est livré à l'analyse de toutes les données du programme Ocha, « la nature du naturel est complexe ». D'un côté, la nature est forcément bonne pour la santé, le goût ou l'environnement. Et ce, même si c'est loin d'être toujours prouvé. De l'autre, la notion de nature relève tout bonnement du mythe. « Le plus souvent, les gens croient que le naturel est meilleur par définition car il symbolise le stade originel des choses, explique Paul Rozin. Et, toute intervention humaine sur un produit alimentaire devient à priori suspect. Qu'un produit soit physiquement transformé voire simplement bouilli, qu'on lui rajoute un ingrédient ou qu'on mélange les ingrédients et il est perçu comme non seulement moins naturel mais parfois nettement moins bon. » Au Japon, la nature confère à la pureté. Pour Emilo Ohnuki-Tierney, professeur de sociologie, cette notion de pureté représente le summum même du naturel et s'incarne dans le riz nouveau. Riz nouveau qui ne peut être importé sous peine de devenir impur. La notion de pureté est associée à la représentation que les Japonais se font de leur terre, de leur passé et de leur soi collectif. Même si, cette image d'un Japon immuable et virginal, immortalisé par les graveurs d'estampes, est "romantisée" et n'a plus grand-chose à voir avec le Japon ultra-urbanisé et postindustriel d'aujourd'hui. Par opposition, le clonage est diabolisé puisque contre-nature. Et, spontanément, les gens l'associent à des images terribles comme Frankenstein ou l'eugénisme. Loin de se résumer à de simples problématiques physico-chimiques ou gustatives, les grandes peurs alimentaires sont donc bien symptomatiques d'une société en quête ou en mal de soi. Ce qui fait dire à Claude Fischler que, « les réponses aux problèmes de l'alimentation moderne se situent probablement ailleurs que dans l'alimentation, dans la politique du cadre de vie et du mode de vie ». (1) Congrilait 2002, 26e congrès de la FIL (Fédération Internationale de Laiterie) s'est tenu à Paris du 24 au 27 septembre dernier.

MÉTHODOLOGIE


Le programme de recherche transculturelle de l'Ocha a été mené de 2000 à 2002, dans six pays (cinq européens et les Etats-Unis) et, partiellement, en Inde. Le programme a été réalisé avec un chercheur associé par pays et a fait appel à des méthodes qualitatives et quantitatives. Après une première étape de focus groups, en 2000 et 2001, la seconde, de septembre à octobre 2001, a concerné 1 032 personnes dans 6 pays (consommateurs, enseignants et médecins) avec un questionnaire comportant des questions ouvertes. Enfin, 6 023 personnes dans les mêmes pays (environ 900 personnes dans chacun des pays européens et 1 500 aux Etats-Unis) ont répondu en février/mars à des questions fermées.

Isabel Gutierrez

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16) Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Les chatbots : avenir du service client ?

Les chatbots : avenir du service client ?

Les chatbots : avenir du service client ?

71% des consommateurs américains souhaitent être capables de résoudre par leurs propres moyens, les problèmes relatifs à une commande, plutôt [...]

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Quels ont été les métiers, compétences et technologies les plus demandés en 2016 ? Découvrez en infographie l'état des lieux de toutes les évolutions [...]

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Partager la compréhension et le traitement de la donnée à l'ensemble des métiers de l'entreprise. La démarche, data-driven, a beaucoup à apporter [...]