La livraison à domicile de produits alimentaires : un potentiel sous-exploité

Publié par le

La CCIP, le Groupement des autorités responsables de transport, le GIE PSA-Renault, la Mairie de Paris et le ministère de l'Equipement, des Transports et du Logement ont demandé au Crédoc de dresser un état des lieux de la livraison à domicile à Paris et dans les communes limitrophes et d'en cerner les perspectives de développement.

  • Imprimer


Relancé à Paris au milieu des années 90, notamment sous l'impulsion de la chaîne de magasins Monoprix, le service de livraison à domicile de produits alimentaires s'est généralisé depuis à la plupart des grandes surfaces alimentaires de Paris et de ses communes limitrophes. Actuellement, il représente entre 5 % et 20 % des dépenses alimentaires totales des ménages dans cette zone, la plus forte demande émanant de l'Ouest parisien. Un service qui progresse avec le revenu du ménage et la présence d'enfants. L'intensité du recours est deux fois plus importante dans les familles avec deux enfants que dans le reste de la population, trois fois plus importante dans les familles avec trois enfants et 60 % de ces familles y ont déjà fait appel contre 19 % des ménages en moyenne. Toutefois, le recours à la livraison à domicile attire aussi bien les ménages sans enfants que les revenus plus modestes. La livraison trouvant sa justification dès lors que le volume des courses à transporter est important. Le cybermarché offre d'ailleurs un potentiel de développement important. D'autant que les consommateurs se déclarent en général satisfaits du service et que les tarifs sont jugés acceptables dans 65 % des cas. En fait, le prix n'est pas le principal motif de non-recours au service mais plutôt le fait que le service génère plus de contraintes qu'il n'en lève. Quand les distributeurs sauront décoder les attentes et les freins, le service de livraison à domicile sera promis à un bel avenir. A condition que la logistique soit au point.

Anika Michalowska

La rédaction vous recommande

Comment le paiement omnicanal améliore la relation client ?
Comment le paiement omnicanal améliore la relation client ?

Comment le paiement omnicanal améliore la relation client ?

Par Cofidis

Decouvrez dans ce livre blanc comment faire du paiement un atout au service de la relation client Au dela de cet acte qui doit etre facile rapide [...]

Sur le même sujet

Zoom sur la digitalisation des points de vente
Retail
Zoom sur la digitalisation des points de vente

Zoom sur la digitalisation des points de vente

Par Dalila Bouaziz

La digitalisation des vendeurs s'articule autour de trois grandes thématiques ROIstes : web-to-store, in-store et ship from store. Mais cette [...]

86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique
Retail
86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique

86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique

Par Dalila Bouaziz

Sur la plus belle avenue du monde, l'Occitane et Pierre Hermé inaugurent un concept-store inédit où le visiteur peut déguster plats sucrés ou [...]

Faut-il encore investir dans la fidélisation?
Retail
Faut-il encore investir dans la fidélisation?
cristina_conti - stock.adobe.com

Faut-il encore investir dans la fidélisation?

Par Clément Fages

Totem de la littérature marketing, la fidélité et les stratégies de fidélisation sont devenues de véritables martingales, que Byron Sharp et [...]

5 idées reçues sur la tarification dynamique
Retail
5 idées reçues sur la tarification dynamique
vege - stock.adobe.com

5 idées reçues sur la tarification dynamique

Par Pierre Hébrard, fondateur et CEO de Pricemoov

La tarification dynamique consiste à ajuster ses prix à la hausse ou à la baisse en fonction du contexte d'achat. Cependant, les idées préconçues [...]