Recherche

La 'french touch', valeur en hausse

Publié par le

Luxe, gastronomie, savoir vivre......l'argument haut de gamme séduit les entreprises. EN témoigne le succés de l'offre de la Belle Ecole

  • Imprimer


Les offres packagées haut de gamme constituent sans aucun doute l'un des leviers de business du marché en croissance de la dotation. Les entreprises du monde des loisirs et de l'hôtellerie de luxe sont de plus en plus nombreuses à éditer des offres monoenseignes, à l'image de Relais & Châteaux qui, forte du succès de sa collection de chèquescadeaux pour deux personnes “Forfaits Lys”, a lancé en 2006 trois nouveautés : “Lys Spa & Bien-être” (590 euros), “Lys Gourmand” (520 euros), “Lys Duo de Bronze Semaine” (495 euros). De même, le groupe Hôtels & Préférence propose un chèque-cadeau convertible dans ses établissements (de 299 à 599 euros). La phénoménale floraison d'acteurs proposant des offres dans les univers de la gastronomie et du savoir-vivre ne doit rien au hasard. Le marché est porteur. Reste que pour s'y installer de manière pérenne, il faut pouvoir se prévaloir de certaines garanties.

« Tout est dans la solidité du réseau de partenaires. Dès lors que l'on a mis en place des relations de confiance et qu'on a blindé les négociations au niveau des achats, on peut proposer des prestations dans des délais très raccourcis. En une semaine, nous pouvons monter dans un bel endroit une dégustation de vin avec six sommeliers et un quiz », avance Constance Rietzler, cofondatrice de La Belle École. Née en 2005 du succès de l'École des Fleurs, La Belle École propose des prestations autour de thématiques liées à “l'art de vivre à la française” : gastronomie, oenologie, généalogie, bonnes manières, mode… « Notre clientèle se recrute à 70 % auprès d'entreprises ayant mis en place des dispositifs de team building et de stimulation de forces de vente », explique Constance Rietzler. En décembre 2006, la société a de fait monté plus de 70 événements B to B, pour le compte de clients comme l'AFP, Mattel, Lancôme, Danone, TF1… Ses tarifs varient de 50 à 150 euros par personne. En 2006, l'entreprise a triplé son chiffre d'affaires et vise le doublement de ses résultats pour l'exercice 2007.

Muriel Jaouen

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

Article écrit par Dareboost

Dareboost

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

L’analyse des résultats des tests de vitesse de ses pages web peut s’avérer ardue, surtout lorsque l’on est pas expert technique. Pourquoi alors [...]

Le quotidien d’un Social Seller

Article écrit par DEVELINK

DEVELINK

Le quotidien d’un Social Seller

Le quotidien d’un Social Seller

Le Social Selling, cette posture qui consiste à considérer les réseaux sociaux comme un levier permettant de générer du business, a déjà révolutionné [...]

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

Les 10 idées marketing (22-26 mai 2017)

...sont au nombre de 7 cette semaine. Au programme des initiatives marketing percutantes repérées ces derniers jours : Perrier organise des [...]

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Ces marques qui innovent loin des nouvelles technologies

Il n'y a pas que les nouvelles technologies, dans la vie. Ce mois-ci, Tilt ideas a repéré cinq initiatives dans lesquelles la techno n'a (presque) [...]

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Les 10 employeurs français les plus attractifs

Alors que l'employee advocacy devient un enjeu majeur pour les entreprises, LinkedIn publie un top des groupes qui suscitent le plus d'intérêt [...]

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

Article écrit par HAAS Avocats

HAAS Avocats

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

4 lettres qui inquiètent les entreprises : GDPR ou RGPD

A un an de l’entrée en vigueur du texte, l’impréparation règne. Ces quatre lettres («GDPR», ou «RGPD» pour la version française), qui ne suscitaient [...]