Recherche

L'assurance discount attaque la concurrence par le Net

Publié par le

En proposant un nouveau canal de distribution de l'assurance, Assurdiscount.com joue un rôle de précurseur européen sur le Web. Une offre qui base son avantage concurrentiel sur les prix et les services.

  • Imprimer


Jusqu'à présent, l'assurance disposait de trois moyens de distribution de services : les agents courtiers, les banques et le téléphone. Depuis le 18 octobre, elle est entrée dans l'ère du Web. « Notre projet est de créer un réseau alternatif de distribution sur Internet, explique Olivier Jaillon, P-dg d'Assurdiscount.com. Il y a de la place pour un autre réseau et nous pouvons prendre des parts de marché sur l'assurance des particuliers. En Europe, il n'existe aucun site transactionnel où vous pouvez payer votre prime et déclarer vos sinistres. » Sur les sites Internet des assureurs, le service maximum proposé permettait au mieux de calculer le montant de la prime. Les Etats-Unis sont, en revanche, déjà entrés dans ce système. On y trouve même des sites de comparaisons en ligne pour choisir les meilleurs tarifs. « Il ne suffit pas d'être présent sur Internet pour que cela fonctionne, nous avons travaillé pour proposer un plus produit en jouant sur les prix et les services », précise Olivier Jaillon. Au niveau des prix, l'économie s'effectue sur les coûts d'acquisition versés aux réseaux de distribution et sur les coûts de gestion induits par ces mêmes réseaux. Quel que soit le montant de la police, le prix de souscription sur le site est forfaitaire à 149 francs. Une vraie nouveauté dans le secteur. « Nous n'avons aucun intérêt à vous vendre la prime la plus chère, alors que le taux pris par les réseaux est habituellement de 14 à 18 % », souligne Olivier Jaillon. Celui-ci estime les prix proposés par Assurdiscount.com globalement inférieurs de 25 % à la moyenne du marché et au moins inférieurs dans 99 % des cas. Au niveau du service, il existe une certaine équivalence avec la banque directe. L'assuré peut déclarer un sinistre en ligne et suivre l'évolution de son dossier sur le site. En cas d'impossibilité de déclarer le sinistre sur le site, une plate-forme téléphonique entre les données pour l'assuré. Celui-ci dispose également sur le site d'une liste de garages agréés (750 fin novembre). Le véhicule est récupéré dans n'importe quel lieu et Assurdiscount.com prend en charge auprès du réparateur les frais de réparation au-delà de la franchise. Les prestations d'assistance sont sous-traitées par Europ Assistance.

Elargir la gamme


Reste à savoir si les internautes présentent un bon profil de risques pour un assureur. «Sur Internet, on constate une montée du nombre de jeunes retraités, qui représentent une bonne population pour nous. De même, il y a beaucoup de jeunes urbains entre 30 et 40 ans qui roulent peu», estime Olivier Jaillon. Pour l'instant, le site propose uniquement des assurances automobiles. Suivront, dans un mois, des produits habitat, alors que la mise en place d'un service santé s'avère un peu plus compliquée. Le paiement en ligne est sécurisé via le partenariat avec la Banque Populaire de Lorraine. Assurdiscount.com demeure seulement un distributeur et est associé à un assureur, L'Equité, filiale du groupe Generali et à deux réassureurs, Swiss Ré (deuxième réassureur mondial) et ERC Frankona (quatrième réassureur mondial).

Objectif : 1 % du marché dans les cinq ans


L'initiative pourrait créer une réaction de la concurrence, mais les compagnies déjà bien installées risquent d'être bloquées par les réseaux pour entrer sur Internet. De plus, Assurdiscount.com n'entend pas rester un site isolé. « Nous allons travailler sur des groupes d'affinités, le site peut être relooké. L'idée est de proposer à des communautés virtuelles ou des comités d'entreprise, par exemple, d'aménager le produit pour eux et de gérer le back office et les sinistres », déclare Olivier Jaillon. Une évolution vers le reste de l'Europe s'avère assez simple sur le plan technique mais est davantage bloquée par des problèmes législatifs. « Dans chaque pays, les réseaux sont différents, la population n'a pas la même réactivité et l'assureur doit être conventionné », souligne Olivier Jaillon. L'objectif d'Assurdiscount.com est de détenir 1 % du marché de l'assurance automobile dans les cinq ans, ce qui équivaut à 900 millions de francs de primes. Un objectif ambitieux. « Aujourd'hui, les mutuelles niortaises détiennent 51 % du marché, alors que l'on qualifiait leur politique tarifaire de suicidaire à leurs débuts », constate Olivier Jaillon. Dans le but d'attirer les internautes sur le site, une première campagne d'affichage 4 x 3 a eu lieu du 2 au 9 novembre sur Paris et la périphérie. Cette politique publicitaire s'accompagne de campagnes de presse financière, Internet et automobile. On line, Assurdiscount.com s'oriente essentiellement vers une politique de co-branding et de partenariat. « Une fois que l'internaute a calculé son tarif d'assurance automobile sur le site, la partie est quasiment gagnée », estime Olivier Jaillon.

9% des transactions en ligne en 2002


En 1999, le parc automobile français compte 32 millions de véhicules, soit 91,3 MdF de cotisations d'assurance selon la Fédération française des sociétés d'assurance. L'assurance automobile représente 46,7 % du chiffre d'affaires en assurances de biens et responsabilités, devant l'assurance multirisque habitation, 15 %. En France, la distribution directe (téléphone, Minitel) représente environ 5 % du marché. Selon le cabinet Datamonitor, en 2002, la vente d'assurances automobile sur Internet représenterait 9 % des transactions en ligne aux Etats-Unis. Dès 2001, elle représenterait 850 M$ (5,18 milliards de francs).

PHILIPPE CHESNAUD

5 conseils pour réussir votre premier salon

5 conseils pour réussir votre premier salon

5 conseils pour réussir votre premier salon 5 conseils pour réussir votre premier salon

Les dirigeants de start-up se trouvent souvent démunis face aux mastodontes de leur secteur lorsqu'ils participent pour la première fois à un [...]

Marketing d’influence : nouveau prince du marketing moderne?

Article écrit par Sarbacane Software

Sarbacane Software

Marketing d’influence : nouveau prince du marketing moderne?

Marketing d’influence : nouveau prince du marketing moderne?

On en parle beaucoup ces derniers temps, le marketing d'influence se voit comme une nouvelle façon d'aborder les stratégies de communication. [...]

Comment comprendre et influencer le comportement du consommateur

Article écrit par Brandwatch

Brandwatch

Comment comprendre et influencer le comportement du consommateur

Comment comprendre et influencer le comportement du consommateur

Comprendre le comportement du consommateur est une tâche vaste et complexe, mais avec le bon mix de recherches vous pouvez mieux comprendre [...]

Saga #InboundMarketing : Fondements

Article écrit par Éditialis Brand Content

Éditialis Brand Content

Saga #InboundMarketing : Fondements

Saga #InboundMarketing : Fondements

Le comportement des consommateurs a changé ! Ils ne sont plus réceptifs aux stratégies marketing traditionnelles. Un phénomène qui s’explique [...]

Le media pro, outil incontournable de communication BtoB

Le media pro, outil incontournable de communication BtoB

Le media pro, outil incontournable de communication BtoB

Face à la multiplication des canaux, les médias professionnels réaffirment leur rôle et leur pouvoir dans les stratégies de communication BtoB. [...]

S4M acquiert la DSP Netadge

S4M acquiert la DSP Netadge

S4M acquiert la DSP Netadge

S4M, le spécialiste de la publicité ciblée sur mobile, met la main pour un montant non dévoilé sur Netadge, une DSP mar. Stanislas Coignard, [...]