Recherche

Jean-Pierre Gaucher (Syntec Etudes) : « Affirmer la valeur stratégique des études »

Publié par le

S'appuyant sur des groupes de travail, le nouveau président de Syntec Etudes Marketing et Opinion entend augmenter la visibilité du métier des études et réaffirmer leur rôle stratégique.

  • Imprimer

Quels sont les chantiers prioritaires du nouveau conseil d'administration ?


Jean-Pierre Gaucher : Le premier est celui de la qualité dans les études. Il y a eu en 2000 un gros travail sur la norme NF Service. Maintenant, en liaison avec l'Afnor, nous mettons en oeuvre tous les modules de pédagogie et d'accompagnement de nos membres dans leur démarche de certification. Nous avons voté l'obligation pour tous nos membres d'être certifiés, soit NF Service, soit ISO, pour 2003. Ce chantier est sous la responsabilité de Jean-Pierre Malosto. Le deuxième chantier, conduit par Renaud Dédéyan et Yves Krief, est celui du renforcement de la visibilité du Syndicat et de ses membres. Avec deux grands axes : la communication et un CD-Rom, réalisé sous la houlette de Loïc Becquart, traitant du marché, des entreprises, du métier... à destination des écoles, des universités... Il sera diffusé au début du second semestre et disponible à la demande.

Comment et sur quoi entendez-vous communiquer ?


J-P. G : Nous allons le faire à travers notre site internet dont une nouvelle version sort mi-juin et à travers une communication très "secteur". Nous voulons renforcer les aspects communication de recrutement et communication grand public, qui a besoin d'être redynamisée. Faire apparaître que notre métier est un métier à forte valeur ajoutée et qui se situe au coeur des stratégies des entreprises. Le fait d'affirmer la valeur stratégique des études est aussi une des manières de changer de niveau d'interlocuteur ou d'ajouter un niveau à ceux que nous avons déjà. De s'adresser encore plus aux dirigeants opérationnels. Nous faisons de l'aide à la décision, pas de la documentation... Mais ceci demande encore à être affirmé. Notre niveau de conseil, la séniorité de notre middle management... peuvent aider à faire changer les choses.

Quels sont vos autres chantiers ?


J-P. G : En ce qui concerne Internet, nous travaillons à la construction d'une charte fixant les règles déontologiques, de confidentialité... découlant de ce qui a été fait par Esomar et en liaison avec les organismes français comme la Cnil. Nous allons également travailler sur nos statistiques qui doivent être à la fois plus précises et plus larges. Nous souhaitons en effet pouvoir analyser des secteurs adjacents au nôtre, au sein desquels il existe des activités d'études mais qui ne sont pas strictement marketing et opinion (BDD, terrain, consulting...). Ce chantier est conduit par Frédéric Dorion. Nous avons enfin deux missions permanentes : susciter de nouvelles adhésions, et les relations avec nos clients et leurs organisations représentatives telle que l'UDA.

Quelles sont, selon vous, les problématiques majeures actuelles du marché ?


J-P. G : Développer et faire reconnaître notre capacité d'accompagnement dans le conseil, notre capacité de recommandations. Notre métier est un métier d'intelligence, dans le sens analyse, et de conseil. De manière différente que peut le faire le consulting. Mais nous sommes le secteur le plus à même de générer des conseils et des recommandations à partir des études marketing, y compris en tant qu'associés à des cabinets conseils, et non en tant que sous-traitants. Ensuite, travailler sur tout ce qui concerne l'accessibilité aux données et aux études. Il faut fournir la bonne information au(x) bon(s) utilisateur(s) et ce, sous la bonne forme. Ce qui nous oblige à de la synthèse, de la mise en forme, de la customisation...

JEAN-PIERRE GAUCHER


Titulaire d'une Maîtrise de Sciences Economiques (option Econométrie), Jean-Pierre Gaucher, 53 ans, a d'abord effectué son parcours au sein du groupe Sécodip en tant que directeur commercial d'Intercor, puis directeur du département Distribution et enfin directeur commercial des panels consommateurs et détaillants. Il rejoint IRI Sécodip, lors de sa création en 1993, en tant que directeur commercial. Depuis 1996, il en est le directeur marketing.

François rouffiac, Jean-Pierre Gaucher

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs marketing en mal de confiance

Les directeurs communication inspirent davantage confiance aux consommateurs que les directeurs marketing, selon une étude réalisée par l'Ifop [...]

[Stratégie média] Minutebuzz : cap sur les millennials

[Stratégie média] Minutebuzz : cap sur les millennials

[Stratégie média] Minutebuzz : cap sur les millennials

L'homme qui murmure à l'oreille de 9 millions de millennials détaille la stratégie de développement du site d'infotainment qui s'est associé [...]