Recherche

Jean-Claude Kaufmann : « Le critère central aujourd'hui est le bonheur personnel dans le couple »

Publié par le

Observateur de nos modes de vie, le sociologue Jean-Claude Kaufmann ausculte depuis une trentaine d'années le couple qui, selon lui, brandit deux bannières que tout oppose.

  • Imprimer

On n'a jamais autant parlé d'individualisme et pourtant les êtres humains rejettent l'idée d'une vie solo. Le couple n'a rien perdu de son attrait. Sommes-nous face à un paradoxe ?


Jean-Claude Kaufmann : Les deux thèmes sont au cœur des tendances d'aujourd'hui. Le seul problème, c'est qu'ils sont contradictoires. Et pourtant, la tendance de l'individualisation explique celle du couple. De plus en plus, l'individu est au cœur de sa propre vie. Autrefois, il n'y avait qu'à suivre sa route. Le chemin était tracé. Aujourd'hui, chacun gère ses cartes, s'implique et choisit sa vie ou son partenaire. Les hommes sont entraînés dans des trajectoires d'autonomie individuelle. Mais cela a un prix. A mesure que cette autonomie individuelle s'approfondit, se développe le rêve de couple. Voire même un rêve secret de vrai amour.

L'individualisme et le couple sont nécessaires l'un à l'autre ?


J-C. K : Oui. Autrefois, on était dans le couple sans se poser de questions. On y était embarqué sans réflexion. Le couple aujourd'hui est devenu beaucoup plus difficile à construire. On ne veut pas simplement vivre côte à côte. On veut aller plus loin et construire un couple vivant. Ce qui est extrêmement difficile, car ce sont deux individualités contradictoires qui restent deux individualités dans le couple. Etre en couple aujourd'hui, c'est un travail extrêmement complexe qui n'est jamais aussi bien réussi que ce que l'on rêve. Le nombre de sites de rencontres sur Internet révèle bien cette tendance. Aujourd'hui, ces sites explosent. On voudrait rester soi-même et en même temps, rajouter l'autre, selon un profil bien précis. Or, cela est impossible. Il n'y a pas d'histoire d'amour si on ne lâche pas les amarres, si on ne s'abandonne pas un peu. On ne peut pas rentrer dans une histoire de couple s'il n'y a pas une mise à mort de la vieille identité.

Pour construire un couple, il faudrait laisser un peu de soi ?


J-C. K : En effet, on ne sera plus jamais la personne que l'on était jusque-là. Ce qui est très difficile à intégrer. C'est très contradictoire, notamment avec l'injonction centrale d'aujourd'hui qui est de maîtriser son existence. Avant, les choses étaient plus ou moins dessinées puisqu'on était porté par un environnement De nos jours, on est responsable de sa vie. Désormais, on ne veut plus de n'importe quel avenir, car

le critère central aujourd'hui est le bonheur personnel. Encore un paradoxe.


J-C. K : Dans le couple, on voudrait disparaître en tant qu'individu. Or, c'est impossible. Le grand bricolage dans tous les couples aujourd'hui, c'est simultanément de s'oublier en tant que personne, puis d'être deux. Dans la salle de bains, par exemple, toute la famille défile, le couple se retrouve et, la minute suivante, on a envie d'être seul. Il y a une espèce de guerre des territoires permanente et inavouable entre tous ces moments.

Le couple vit donc par séquence ?


J-C. K : Il y a, en effet, des séquences où l'on a envie d'être purement soi dans ses rythmes, ses espaces. A d'autres moments, on va avoir envie de s'immerger dans des situations conviviales. Le couple d'aujourd'hui, c'est aussi cela. Il va toujours falloir s'articuler à l'autre.

Finalement, le couple est fait d'un mélange d'union et de distance ?


J-C. K : L'alchimie est complexe. Tout dépend des attentes de chacun. Il y a une association de contraires d'une manière permanente. Cela nécessite fusion et distance. Mais il faut retenir qu'il y a un processus de fond qui est l'individualisation et l'autonomie. Certes, au-dessus de cela, il y a l'air du temps et les modes. Dans ce cadre, toutes les valeurs familiales remontent tandis que le processus continue d'avancer. La mode du massage et du Spa est totalement révélatrice de cette quête d'aujourd'hui. On a envie d'être en couple tout en étant autonome. Tout cela est très schizophrène. * L'invention de soi. Jean-Claude Kaufmann. Ed. Armand Colin. 2004.

L'Udecam reconduit Jean-Luc Chetrit à sa présidence

L'Udecam reconduit Jean-Luc Chetrit à sa présidence

L'Udecam reconduit Jean-Luc Chetrit à sa présidence L'Udecam reconduit Jean-Luc Chetrit à sa présidence

L'Assemblée Générale Ordinaire de l'Udecam du 17 novembre a réinvesti son président ainsi que ses deux vice-présidents, Pierre Conte et Raphael [...]

Disparition de Jean-Claude Decaux

Disparition de Jean-Claude Decaux

Disparition de Jean-Claude Decaux

Le père fondateur de JCDecaux et inventeur de l'Abribus est décédé le vendredi 27 mai à l'âge de 78 ans.

Houra.fr livre du homard vivant

Houra.fr livre du homard vivant

Houra.fr livre du homard vivant

Et si vous vous laissiez tenter par du homard livré vivant à domicile? C'est possible depuis août avec houra.fr. Le cybermarché propose, en [...]